Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
       
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Mer 29 Mar - 0:02
       



Pinkie Pie
Baël & Mephisto
Ohoho. C’était rare une telle opportunité. Toi qui crachais sur Mephisto Pheles à longueur de journée, tu redoutais toujours une rencontre avec lui, même si tu en dis du mal les trois-quart du temps. Depuis ton arrivée à Assiah il y a de ça… Beaucoup trop longtemps pour que tu t’en souviennes, tu ne l’avais pas spécialement croisé. Enfin, pourquoi tu avais quitté la Géhenne ? Parce que tu étais dégoûté, tout simplement. En colère aussi. Bref, tu ne voulais pas rester. C’était des souvenirs vieux de plusieurs décennies facile, mais tu t’en souvenais parfaitement. Pourquoi lui ? Pourquoi pas toi ? Pendant longtemps tu as erré sur Assiah à terroriser les humains, leur faire voir leurs pires cauchemars… Tu faisais tout pour leur faire peur, tu étais un véritable démon qui recherchait uniquement le besoin de se défouler, d’évacuer sa colère. Des années après, tu avais l’impression que tu en revenais au même point de départ. Tu y pensais, cela t’énervait.

Parfois, tu étais obligé de quitter l’académie pour évacuer tes nerfs, car ce cher Samaël n’aurait pas accepté que tu maltraites les gens qui sont dans le campus, et toi tu ne tenais pas spécialement qu’il te massacre pour ça, alors tu partais, telle l’ombre que tu étais, sans un mot. C’était le cas aujourd’hui. Tu avais passé toute la journée ailleurs. Loin. Très loin de cet endroit, pour rester isolé, parce que tu te sentais mal. Tu y tenais trop, à cette affaire. La chose n’avait pas bougé d’un iota depuis toutes ces années. Il fallait que tu grandisses, mais non, tu restais à la case départ, et c’était particulièrement frustrant. Tu détestais cette sensation. Tu détestais ce qu’il s’était passé à l’époque, et tu désirais te venger. Tu regardas autour de toi. Depuis la nuit dernière où tu étais arrivé, tu n’avais pas pris le temps d’observer ce qui t’entourait. De la verdure, des arbres, un ruisseau qui se jetait dans un étang. Tu étais vraiment dans un environnement calme et totalement sain, loin de tout bruit de civilisation. Tu aimais ce calme, et tu en profitais pour une fois. Ici, tu n’avais pas besoin de te cacher. Ici, tu pouvais être un démon si tu le souhaitais.

Pourquoi es-tu frustré, Baël ? Parce que tu es un gamin capricieux car il n’a pas eu ce qu’il convoitait ? Il y avait sans doute une part de ça dans l’histoire. Ce qui te restait en travers de la gorge, c’est qu’Amaimon t’avait doublé. Ca, tu ne pouvais simplement pas le laisser passer. Tu détestais ça, tu détestais y penser, tu détestais viscéralement Amaimon. Tu serras le poing, avant de donner un grand coup dans l’arbre près de toi qui céda sous la puissance du coup. Ca y est, ta colère remontait. Tu n’étais pourtant pas le Prince de la Colère, mais le Prince des Ombres… Ouais… Des ombres… Pour montrer que tu n’es que la misérable ombre d’Amaimon, qui est devenu Roi de la Terre. Tu avais envie de le tuer, pour ne pas changer. Tu poussas littéralement un cri de rage. Cela t’aidait à te calmer. La seule chose qui te calmait, c’était de te défouler, de t’épuiser jusqu’à t’écrouler. Cela t’étais déjà arrivé, tu avais utilisé toute ta puissance pour terroriser une région entière, mais en contrepartie, tu avais dormi pendant des jours sans te réveiller pour récupérer. Tout cela te frustrait. Tout ton corps hurlait à l’injustice, mais qui étais-tu pour parler d’injustice ? A force de vivre parmi les humains, tu avais appris ce mot. Tu trouvais que c’était ça que tu vivais. Une injustice, mais tu n’es pas sûr d’avoir raison.

Tu n’as jamais été sûr d’avoir raison, d’être apprécié, d’être reconnu, d’être craint, d’être détesté… Tu ne savais rien. Cela ne t’intéressait pas, car tu ne vivais absolument pas pour les autres mais pour toi-même, mais cela te rendait curieux malgré tout. Quel mal y avait-il à ça ? Finalement tu cédas, et tu créas une créature d’ombre difforme, bien plus grande que toi. Tu avais l’impression de te ramollir, autant sur tes pouvoirs que sur ta façon de te battre. Alors tu fis un combat contre ta créature, qui t’attaquait pour te mettre hors de course. Tu n’allais évidemment pas te laisser faire, bien au contraire, et te fatiguer était la manière la plus intelligente à tes yeux pour te calmer. Si tu rentrais énervé, tu risquais de faire passer un sale quart d’heure à tout le monde, et là c’est sûr qu’on te détesterait encore plus qu’aujourd’hui. Très honnêtement, personne ne t’apprécie dans le campus, sauf peut-être une ou deux personnes. Qu’est-ce que cela importe ? Tu n’étais qu’une ombre, quelque chose qu’on fini par oublier qu’elle est là car c’est normal. Tu es monochrome, blanc et noir, cela marque les passants, tu ne comprends pas pourquoi. Tout cela était curieux. Tu ne comprenais plus rien. Tu as mal à la tête. Tu es fatigué.

Après des heures à avoir réduit tes poings à l’état de chair sanguinolente, et après qu’ils se soient soignés relativement seuls, tu décidas de rentrer à l’Académie en prenant ton temps. Tu n’avais pas envie de rentrer de suite, mais tu savais une chose : tu n’y étais pas par hasard. Si aucun démon ne sait pourquoi tu es là, les Rois eux le savent, le tien encore plus que les autres. Normalement, Mephisto n’est pas ton Roi. C’est Amaimon. Mais tu préfères te faire manger le foie tous les jours éternellement plutôt que d’avoir cet espèce de… Comme Roi. Samaël n’est pas bien mieux il faut l’avouer. Radin comme il est, il serait capable de te supprimer ton salaire. Saloperie. Enfin, en attendant, il était le seul à savoir ton véritable objectif. Peut-être était-ce pour ça, qu’il voulait que tu viennes dans son académie. Pour te surveiller. Hm, pourquoi pas. Il est vrai que tu ne lui avais jamais vraiment posé la question. Cela dit, tout ce qui est affilié à Amaimon mérite de mourir démembrés et voir son cerveau dévorer par des corbeaux et ceci, durant toute l’éternité. Mephisto inclus. Satan inclus. Tu ruminais de bien sombres pensées lorsque tu arrivas enfin à la Croix-Vraie. Une petite discussion s’imposait. Il était temps après tout ce temps passé à le fuir, à fuir tes responsabilités, à te comporter comme un gosse, à fuir les pensées qui te poursuivent pourtant sans relâche. Tu es fatigué, tu ne sais pas comment ça va se terminer, tu ignores comment Samaël va tirer profit de la situation… Tu es fatigué.

Tu arrivas à la demeure de Mephisto plutôt tard dans la nuit, minuit passé, tu préférais largement la nuit, elle arrivait à t’apaiser. Une des seules choses qui te rendaient calme. Il était temps d’attraper le démon par les cornes.


« Hé Mephisto, j’aimerais te parler. »

Simple, efficace. Les dés sont jetés, et la partie est lancée.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Mephisto Pheles
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
avatar
   
Messages : 75
¥ens : 98
Membre depuis le : 17/01/2017
À propos : Compte fondateur PNJ
(www.) – contexte
(www.) – règlement
(www.) – groupes
(www.) – grades et qualifications
(www.) – guide suprême
(www.) – avatars, rôles et postes

(www.) – bestiaire

(www.) – gestion de l'expérience
(www.) – évolution des grades
(www.) – Rp avec Mephy | Dé Alerte au Démon!

(www.) – système monétaire

(www.) – partenariat
(www.) – absences

(www.) – Galerie de gifs et citations
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
          
Mer 29 Mar - 13:56
       


PinkiePie - ft. Baël
Je ne savais pas exactement ce que je faisais là, à moitié vautré sur mon siège aux allures de trône inconfortable, à la table du Vatican. Comme d’habitude, la réunion était aussi passionnante qu’un documentaire sur la vie des huîtres des galapagos. Chaque chef de branche faisait son rapport habituel, et autant dire que ça n’était jamais très consistant. C’était la routine, quoi. Des démons un peu chieurs, des futurs exorcistes pas toujours très futés et de belles bandes de bras cassés. « Phélès, on a recensé un pic d’activité démoniaque au Japon. » Je dus faire un immense effort pour ne pas lever les yeux au ciel en me redressant sur mon siège, avant de poser les coudes sur l’immense table, entortillant mon bouc autour de mes doigts. Évidemment qu’il y avait eu un pic d'activité, entre le fils mi-humain de Satan, les habituelles conneries d’Amaimon et Baël qui se la jouait prof. Certes, ce dernier n’avait pas encore fait (trop) de grabuge, mais je savais que ça ne tarderait pas à arriver. Déjà, parce qu’il avait fait mumuse dans mon cher Mepphy Land avec ses pouvoirs. Je n’avais rien signalé mais tout était consigné, car tout pouvait un jour être ressorti et servir. Mais en soi, j’étais plutôt satisfait qu’il soit à portée de main, car je n’ignorais nullement quelles funestes ambitions bouillaient en lui. Rien de moins que détrôner Amaimon. Si j’étais tout à fait sincère avec moi-même, j’aurais presque pu dire que voir Baël prendre la place d’Amaimon mettrait un peu de plomb dans la cervelle de cette fichue tête de brocoli, mais au final c’était bien plus drôle de voir Baël gesticuler ridiculement après la couronne de mon petit frère. « Phélès. As-tu une explication ? » Sortant de mes pensées, je parcourais l’assemblée du regard. « Peut-être. » Des grognements peu amusés échappèrent à mes interlocuteurs. Après tout, je ne pouvais rien leur dire à propos de Rin Okumura, et je n’avais guère intérêt à dévoiler la présence des nombreux démons, proches ou non de Satan, qui pullulaient aux alentours du campus. Voire dans le campus-même. « Mais elle ne concerne que moi. »

« Vatican de mes deux... » Mon grondement mécontent se perdit sous le bruit du jet d’eau chaude qui remplissait la piscine qui me servait de baignoire. J’avais écopé d’une tonne de questions visant à me tirer une explication quand à ce regain d’activité sur mon territoire, et tout ce tintouin m’avait retenu bien plus longtemps que prévu. Ma journée y était passée, et autant dire que je n’en étais pas ravi. J’étais las, terriblement las de tout ça, mais je ne pouvais pas quitter cette position. C’était un point bien trop stratégique que pour être négligé, et je ne pouvais pas compter sur le soutien de sbires. Même si j’étais un Baal, je n’avais jamais pris le temps de me constituer un cercle d’alliés, n’en ayant jamais vu l’utilité.
Les yeux fermés, me prélassant dans l’eau chaude, je m’apprêtais à piquer un petit somme bien mérité quand mon majordome vint toquer. Ouvrant un oeil torve, j’avais fusillé la porte du regard, attendant qu’elle s’ouvre. « Maître Samaël, quelqu’un vous demande. » Rien à foutre, sincèrement. Je m’apprêtais à refermer les yeux pour ordonner qu’on congédie mon visiteur imprévu. « Il s’agit de Baël. » Oh. Ooooh ? Baël ? En mon humble demeure ? Cela piqua ma curiosité. « J’arrive. »
Manipuler le temps et l’espace est définitivement une capacité dont je ne pourrais me départir. Distordant le temps, j’avais continué mes ablutions sans un regard pour mon visiteur qui, de toute manière, ne pouvait s’en rendre compte.

Vêtu de mon superbe uniforme anti-conventions, je m’avançais dans mon bureau, où attendait le prince démon. Même si je savais qu’ici j’étais le maître absolu, j’étais méfiant quant aux raisons poussant Baël à venir directement dans mon antre. Il ne prit pas de gants, ne s’encombra pas de la politesse la plus élémentaire ni du respect à un supérieur, et lança tout de go la probable raison de sa visite. J’haussais un sourcil, le jaugeant. « Intéressant. » Je me laissais tomber gracieusement sur ma chaise, derrière mon bureau, et posant les pieds sur la surface marquetée, je déplaçais mine de rien d’immenses piles de paperasse en retard pour dégager mon champ de vision. « Je suppose que tu n’es pas suffisamment idiot que pour venir me parler de mon petit-frère, et que donc ce que tu as à me dire me concerne directement ? » Me laissant aller contre le dossier de mon siège, diablement plus confortable que ceux du Vatican, qui vous laissaient les fesses endolories pendant des jours si vous aviez la malchance de rester assis dessus trop longtemps, je continuais à observer le démon. Il avait l’air fatigué, frustré, aussi sombre que les ombres dont il avait le contrôle. « Je n’ai pas toute la nuit à te consacrer, et si tu es là pour une augmentation, je te conseille de te fondre immédiatement dans tes ombres pour disparaître hors de ma vue. » Le Vatican m’avait usé plus que nécessaire, et je n’avais pas envie de perdre mon temps avec un démon frustré dont la seule ambition était d’envoyer six pieds sous terre mon frère. Certes, l’amour fraternel n’existait pas chez les démons, mais mettre des bâtons dans les roues des manants était un principe auquel je ne dérogeais pas.
They don't know what's on my mind, I've got 'm fooled 'cause underneath my business I am cold I'm hard I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not 'cause I'm evil. Tell the people I'm evil. Open your eyes I'm all a disguise, I've got bad intentions. △ EVIL
Diabolic Canticle - 2017 © Sweetie
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Mer 29 Mar - 15:27
       



Pinkie Pie
Baël & Mephisto
Tout était si… Rose, si… Mephisto. C’est encore pire que Mephy-Land l’affaire. Tu allais perdre réellement la vue à ce rythme, mais tant pis. Tu venais pour une bonne raison. Ne t’étant pas encombré de la politesse, tu avais un peu exigé voir le Baal. Le majordome qui était là t’avait dit du genre : « Non il ne reçoit pas », ou ce genre de chose mais avec le regard noir que tu lui avais jeté, il avait changé d’avis et était parti prévenir son maître. Tch. Ce qu’il ne fallait pas faire sérieusement. Jouer avec tes nerfs en étant fatigué, et énervé en même temps, tu aurais pu l’engloutir dans les ombres jusqu’à ce que mort s’en suive, mais pas chez Mephisto. Tu tenais un tant soit peu à ta vie, même si ce n’était pas l’envie qui te manquait. Au moins il n’allait pas te mettre dehors. Encore heureux. Tu étais pire que teigneux quand tu le voulais. Tu le vis arriver, et tu demandas encore où ce clown s’habillait. Bah. Encore l’un des nombreux mystères qui entourent cet homme. Enfin, ce démon.

Tu croisas les bras en le fixant. Ce type respirait la désinvolture, et ça t’agaçait encore plus. Tu devais le déranger d’une part (et tant mieux, ça lui fera les pieds), et d’autre part tu n’étais qu’un démon inférieur à lui, donc sans aucun intérêt, du moins c’est ce que tu pensais. Tu ne devais pas être très loin de la vérité cela dit. Tu penchas la tête lorsqu’il engagea en premier la conversation. Pourquoi tu venais à la base ? Parler d’Amaimon. Ce que le clown ne voulait pas ? Parler d’Amaimon. Ah, très bien. Alors tu lui parlerais de lui tout en finesse, dissimulé dans des sous-entendus, après tout tu es champion dans ce domaine. Tu eus un sourire ironique en t’approchant du bureau pour t’y appuyer, sans faire attention au manque de rigueur de ce Roi flemmard. Lequel semblait bien s’installer confortablement dans ce siège qui semblait affreusement confortable, c’est vrai. Tch. Il ne tarda pas à te renvoyer une nouvelle pique. Une augmentation ? Cela faisait des lustres que tu avais oublié ce mot si doux à tes oreilles pourtant.


« Très drôle Mephisto… Comme toujours, tu restes hilarant et original. Mais en effet, ce n’est pas pour parler de ce conna… Que dis-je, ce très cher Amaimon. »

Tu savais bien que Mephisto se servait d’Amaimon pour ses buts personnels. C’en était frustrant, de ne rien savoir mais ce clown savait couvrir ses arrières et en tant que Roi, c’est bien plus facile qu’un démon de rang inférieur comme le tien. D’autant plus que par la force des choses, c’était… Ton Roi. Même toi tu as encore du mal à le digérer. Tu ne l’acceptais toujours pas au fond de toi. Tu es pire que contradictoire au final. Des enfants de Satan, ces deux-là étaient ceux que tu ne pouvais pas blairer du tout. Bon, tu craignais un peu plus Mephisto que Amaimon cela dit, et tu allais faire jouer ça dans un sens. Tu voulais savoir comment ce très cher Baal réagirait si tu voulais partir, emportant avec toi des informations issus de la Croix-Vraie.

« Je me fous de ton augmentation bidon, radin, tu me payes quasiment pas de toute façon. Là n’est pas la raison de ma venue, très cher. Loin de moi l’idée de venir gaspiller ton si précieux temps. Mais tu as toujours du temps pour tes sous-fifres n’est-ce pas ? »

Tu appuyas ce mot « précieux », qui transmettait toute ton ironie. Mephisto n’avait pas l’air spécialement de bonne humeur. Toi non plus, et dans un combat de force, tu perdrais immédiatement, mais il t’envoyait des piques, tu ne faisais que lui renvoyer la pareille, quel mal y avait-il à ça ? Le respect…? Hm, qu’est-ce donc ? Bien sûr, bien sûr. Tu penchas la tête sans quitter le Baal des yeux.

« Tu es un Roi assez ingrat, radin, démoniaque, mystérieux, comploteur, manipulateur et j’en passe. Avec toi, on ne sait pas ce que tu penses, mais chaque personne a sa place… Je veux savoir quelle est la mienne, pourquoi tu as accepté que je vienne ici, en tant que prof de ta précieuse Académie ? Je sais que tu sais ce que je veux faire, c’est pour ça que je ne vais pas en parler. Tu protèges Amaimon en m’ayant à l’oeil n’est-ce pas ? »

Ce n’était pas spécialement conseillé, d’envoyer à un Baal ses défauts. A moins que ce ne soit des qualités pour Mephisto, tu n’en savais rien. Dans tous les cas, ce n’était pas très conseillé ni même très intelligent de ta part, mais tant pis. Il fallait que tu suscites son intérêt, sinon tu serais venu pour rien. Tu t’attendais aussi à la réponse de ton interlocuteur, étrangement. Tu sentais la réponse évidente arriver, parce qu’il y avait la réponse dans ta question au final. Tu avais pleins d’autres questions qui te venaient à l’esprit, mais chaque chose en son temps, une par une. Lui n’avait pas toute la soirée à te consacrer, mais toi tu avais toute la nuit pour lui parler à ce clown. En tant que maître du temps et de l’espace, qu’est-ce qu’il s’en fichait de perdre deux ou trois heures dans sa vie ? Décidément, ils étaient bien orgueilleux ces Baals. Tu te pensais toi-même comme ça, mais il y avait toujours pire, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi. La chose que tu craignais chez Mephisto, c’est qu’il est imprévisible. On ne peut pas prévoir quand il va attaquer, où il va attaquer, ou même s’il va attaquer. C’est ce qui le rend dangereux. Bien trop à ton goût, mais ce soir tu étais d’humeur à prendre des risques, peut-être inconsidérés. Peut-être même qu’il allait balayer tes questions d’un simple revers de main, et qu’il te demande de partir parce que tu le déranges. Cela ne t’étonnerait même pas si cela devait arriver, mais tu tenais à avoir cette conversation. Tu était resté dans l’ombre pendant trop longtemps, sans mauvais jeu de mot, et même si tu ne supportais pas l’ambiance rose-paillette-girly de la demeure de Mephisto, tu pouvais bien faire cet effort pour une fois. Tu n’y retournerais pas de si tôt après cette conversation dans tous les cas. Tandis que tu attendais la réponse du Baal, tu attrapas un goodies qui traînait sur son bureau à travers les montagnes de feuille pour regarder ce que c’est, sans aucune gêne, histoire de faire passer le temps en patientant.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Mephisto Pheles
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
avatar
   
Messages : 75
¥ens : 98
Membre depuis le : 17/01/2017
À propos : Compte fondateur PNJ
(www.) – contexte
(www.) – règlement
(www.) – groupes
(www.) – grades et qualifications
(www.) – guide suprême
(www.) – avatars, rôles et postes

(www.) – bestiaire

(www.) – gestion de l'expérience
(www.) – évolution des grades
(www.) – Rp avec Mephy | Dé Alerte au Démon!

(www.) – système monétaire

(www.) – partenariat
(www.) – absences

(www.) – Galerie de gifs et citations
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
          
Ven 31 Mar - 13:26
       


PinkiePie - ft. Baël
Pendant un instant, je me demandais si j’avais bien fait de quitter la quiétude de mon eau chaude après avoir distordu le temps, pour rencontrer un prince démon ronchon comme pas possible. Tapotant avec agacement sur l’accoudoir de mon siège, j’observais le pseudo-exorciste aux cheveux blancs. Vraiment, ce type manquait cruellement de couleurs ! J’avais l’impression de voir un corps derrière un filtre monochrome, et c’était franchement déprimant. Je réprimais la folle envie de l’envoyer valser dans mon dressing pour rajouter du rose et du mauve sur cet être désespérément noir et blanc. Même ses cheveux avaient abandonné la lutte pour se fondre dans le décor !

Je levais franchement les yeux au ciel en l’entendant commenter mon hilarité naturelle et mon originalité. L’envie d’invoquer un Coucou en Gâteau pour l’y enfermer dedans me démangeait terriblement. Je ne voulais pas l’entendre se plaindre au sujet du Roi de la Terre. J’en avais assez de ce gamin, et entendre un autre gamin au sujet dudit gamin, c’en était trop. « Ce très cher Amaimon, hum ? » L’ironie suintait par tous les pores de sa peau, mais je n’étais pas mieux loti. Après tout, de tous, j’étais le plus faux. Après tout, n’étais-je pas un Baal, à la tête d’une des branches de la Croix-Vraie, jouissant du statut de Chevalier Honoraire ? « Bien, tu m’en vois ravi. » Évidemment qu’il ne venait pas mendier une augmentation, mais ça aurait été drôle de voir comment il aurait formulé la chose si ça avait été le cas. Mais le connaissant, il m’aurait simplement balancé la chose en pleine figure sans se soucier des formes ni des convenances. Comme sa superbe entrée en ma demeure. Néanmoins, il parvint à capter mon attention avec son Mais tu as toujours du temps pour tes sous-fifres, n’est-ce pas ?
Oho. Que voulait-il dire par là ? Plissant les yeux, j’avais ôté mes pieds de mon bureau pour me pencher par-dessus, coudes posés sur le bois, menton soutenu par les paumes. Aux dernières nouvelles, je n’avais pas de sbires, tout en en ayant un bon paquet. Aucun démon ne m’avait juré fidélité et toutes ces conneries, pas comme Asmodée à Amaimon, ou Xitragupten à Satan. Mais dans un sens, chaque exorciste de la branche japonaise était à ma botte, indirectement. Je réprimais un sourire en l’entendant me traiter de tous les noms, non sans une certaine justesse. Ingrat ? Peut-être, mais je n’avais de comptes à rendre à personne. Radin ? Assurément. Rien à dire. Démoniaque ? Je suis un Baal issu de la Géhenne, que voulais-tu ? Mystérieux ? Il le fallait bien. C’est sous le mystère que l’on se protège le plus, qu’on se dissimule le mieux. Comploteur ? Hum hum. Manipulateur ? Dans le mille. « Tu veux savoir quelle est ta place ? répétais-je avec une pointe d’amusement. Par rapport à qui, par rapport à quoi ? » Je laissais planer un blanc, réfléchissant moi-même à la réponse, avant de me réadosser à mon siège, mi-figue mi-raisin. À mes yeux, et comme chaque autre âme de la branche japonaise, il n’était qu’un pion que je manipulais à ma guise, bien qu’il puisse se montrer plus coriace, de par sa nature de démon. À quel moment se détournerait-il de l’Ordre pour rejoindre les Illuminati ou la Géhenne. Côtoyant Rin, le nouveau fils préféré de papa Satan, nul doute qu’il avait toutes les cartes pour s’attirer les bonnes grâces du démon suprême. « Bien évidemment que je sais ce que tu veux faire, comme tu le dis si bien, même si je n’en vois pas la raison. Ta guéguerre avec Amaimon ne m’intéresse pas. » Enfin, ça ne m’intéressait pas tant qu’ils ne faisaient pas de grabuge sur mon territoire.

La seule véritable raison que j’avais de protéger -si on pouvait appeler ça comme ça- mon frère était que je protégeais surtout et avant tout ma propre position. Un démon, peu importe qu’il soit Prince ou laquais, qui détrônerait un Roi serait une véritable révolution, une porte ouverte à toutes les dérives. Chaque démon un tant soit peu ambitieux verrait alors une chance de marcher sur les plates-bandes de ses supérieurs et ça finirait mal. Très mal. Et je n’avais pas envie de devoir gérer un bataclan pareil. Tant que chacun restait à sa place et que les remous ne devenaient pas des actes, tout irait bien. « Les raisons pour lesquelles j’ai autorisé à ce que tu intègres les rangs de mes exorcistes ne te concernent pas. » Bon, c’était bas. Oui, je le gardais à l’œil, c’était indéniablement vrai, mais il n’avait certainement pas besoin de moi pour le savoir. « Es-tu vraiment venu me poser ces questions inutiles, auxquelles tu connais déjà les réponses ? Viens-en au fait, Winchester. »
They don't know what's on my mind, I've got 'm fooled 'cause underneath my business I am cold I'm hard I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not 'cause I'm evil. Tell the people I'm evil. Open your eyes I'm all a disguise, I've got bad intentions. △ EVIL
Diabolic Canticle - 2017 © Sweetie
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Sam 15 Avr - 14:06
       



Pinkie Pie
Baël & Mephisto
Tu savais que parler avec Mephisto n’était pas une mince affaire, car ce type jouait autant avec les mots qu’avec les humains et les démons. Négocier avec lui était tout simplement impossible puisque généralement, le Baal ne se fait jamais plumer. Pourtant, tu était clairement motivé à le mettre dos au mur d’une manière ou d’une autre, et tu ne le laisserais pas s’en tirer aussi facilement. Certes, personne ne s’opposait à lui car il pouvait faire disparaître quelqu’un sereinement sans que cela ne s’ébruite. Il n’hésiterait sans doute pas à te faire disparaître si tu devenais vraiment… Gênant. Dans son coucou diabolique pour être précis. Tch. Tu n’allais pas te faire enfermer par un vulgaire oiseau en gâteau, certainement pas. Voilà les avantages d’être une ombre, on peut filer dès que la situation se présente. Après, avais-tu tes chances avec le Roi de l’espace et du temps ? Il pouvait tout distordre, il était d’une puissance colossale, c’était une erreur que de le provoquer. Après… Il y avait provoquer, et provoquer, la nuance étant dans le fait qu’on peut provoquer par les mots mais ne pas avoir les couilles pour le faire, et provoquer par les actes pour donner une image à cette parole, cet avertissement. Si tu devais être enfermé, alors ça serait parce que tu as fait quelque chose de grave, et rien d’autre.

Tu voyais que tu venais de capter son attention à ce rigolo, il avait ôté ses pieds de la table, et avait maintenant une expression un poil plus sérieuse, même s’il restait fidèle à lui-même, comme d’habitude. Tu souris légèrement en croisant les bras, lorsqu’il répéta tes mots, puis qu’il te demanda surtout par rapport à qui et à quoi, pour ta place ici bas. Tu ne tardas pas à décroiser les bras pour t’étirer paresseusement, semblant réfléchir à la question, bien que la réponse était toute trouvée maintenant.


« Par rapport à tes pions voyons. Je ne suis qu’un vulgaire insecte à côté de toi, je ne me risquerais pas à vouloir savoir quelle est ma place par rapport à un Baal, ce serait bien prétentieux de ma part. J’imagine. »

Pour le moment, tu te situais très clairement du côté des grandes gueules qui ne savent que parler, et jamais agir. Sauf que tu comptais agir, dans un futur relativement proche, il suffisait de frapper au bon moment, avec les bonnes personnes. Tu ne renonçais pas à avoir des alliés, car c’est toujours utile même si d’expérience, tu sais qu’il ne faut pas faire confiance, car le retour de flamme peut être terriblement violent. Actuellement, tu faisais vraiment tout pour être provocateur. Pourquoi ? Parce qu’on rit de ceux qui ont de la gueule, ils n’ont que ça et rien dans le pantalon. Au final, tu avais envie que Mephisto te prenne pour un rigolo, qu’il se dise que tu es terriblement con et que tu n’as que ça pour toi, et qu’à part ta petite querelle avec Amaimon, il n’y avait rien d’autre qui t’intéressait vraiment. Est-ce qu’il saurait voir clair dans ton petit jeu ? Après tout, tu étais tout le temps provocateur, avec tout le monde, comment savoir tes arrières pensées, à moins de te connaître vraiment bien ? Tu ne sous-estimais pas l’intuition de Samaël, mais tu voulais voir s’il t’avait réellement bien cerné.

« Bien sûr que tu n’en vois pas la raison, puisque tu l’as si bien dit… Ca ne t’intéresse pas. Enfin… Ca t’intéressera un peu plus le jour où Amaimon sera là, à Assiah. »

Tu attendais ce jour avec impatience, très honnêtement. Ces Rois qui se pensent tout permis avaient, pour la plupart, besoin d’une sacré correction, qu’ils descendent de leurs grands chevaux, de leur piédestal doré. Comment ils devenaient Rois ? Avec leur puissance ? Leur intelligence ? Toutes leurs capacités en général ? Pourquoi était-ce ainsi ? Tu n’aimais tout simplement pas ce système, tu le haïssais, parce que tu le trouvais injuste. Qu’est-ce qui était juste de toute façon ? Certainement pas ça, mais c’est la vie elle-même qui n’est pas juste, tu en es pleinement conscient, puisque tu n’es qu’une ombre. Tu fis une grimace quand tu entendis que la raison pour laquelle tu es là ne te concerne pas, pas du tout d’accord avec ce que racontait Samaël. Tu relâchas tes épaules pour laisser pendre tes bras, l’air déçu.

« Si ça me concerne un peu quand même, c’est juste que tu ne veux pas me répondre. Je sais que le savoir permet de tenir en laisse les ignorants, mais une petite information de la sorte ne va pas te tuer, Mephisto. »

Tu t’assis sur le bureau en faisant comme chez toi. De l’inconscience ? C’est fortement possible. L’envie d’énerver le Baal ? Absolument. Tu étais là pour ça après tout, mettre ses nerfs à rude épreuve. Le connaissant, il allait t’envoyer bouler. Tu l’écoutas distraitement te demander d’en venir au fait, tandis qu’il appuyait fortement ton nom de famille humain pour ponctuer sa phrase. Ce dernier mot t’arracha un petit sourire, là il commençait à comprendre que tu ne venais pas uniquement pour ça, qu’Amaimon était un prétexte parmi tant d’autres, mais que d’autres ambitions t’habitaient. Tu ne lui laissas pas le temps de te virer de son bureau, que tu disparus dans tes ombres, pour réapparaître derrière son fauteuil, penché vers lui pour lui serrer les épaules, un peu comme les serres d’un corbeau venant d’attraper sa proie. Oh tu savais ce que tu risquais, mais comment dire… C’est ça, tu n’en as rien à faire. Si tu dois provoquer Mephisto pour qu’il t’écoute, alors tu n’hésitais pas, à aucun moment.

« Eh bien tu vois… J’en ai assez d’être dans l’ombre… Alors plutôt que de me morfondre, je viens te proposer mon pouvoir. Tu n’es pas au courant de tout et je serai ravi de t’aider, et que mon ombre soit utile à quelqu’un… Même pour toi. »

Tu t’approchas un peu plus de lui en souriant doucement. Tu étais complètement sérieux quand tu disais ça, ce n’était pas une entourloupe pour le piéger. Du moins en apparence. Mephisto savait très bien que tu avais horreur de rester dans l’ombre, tu t’en plaignais très souvent avant, dans la Géhenne, jusqu’à ce que tu partes. Tu renonçais presque à connaître ta place et les raisons pour lesquelles tu étais là, pour que Samaël accepte ta proposition. Tu resserras quelque peu ta prise sur ses épaules, tranquillement.

« Alors, tu en penses quoi, Faust... Ou devrais-je dire, Samaël ? Je renonce à tous mes principes pour te rendre service… je suis même prêt à renoncer à Amaimon. Après tout, tout ce que je veux, c’est être utile, et sortir des ombres qui sont mon seul refuge. »

De nouveau, tu retrouvas ta place, assit sur le bureau, pour regarder tranquillement Mephisto. Tu te doutais qu’il n’allait pas te faire confiance, qu’il allait flairer le mauvais coup, mais il y avait du vrai dans ce que tu racontais, et ça jouait indirectement. C’est ça, c’est tout ce que tu voulais, de la reconnaissance, et rien de plus. Tu guettais la réaction de Samaël, prêt à te fondre parmi tes ombres si jamais tu te sentais en danger, bien que le danger est partout dans la demeure du Baal.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Mephisto Pheles
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
avatar
   
Messages : 75
¥ens : 98
Membre depuis le : 17/01/2017
À propos : Compte fondateur PNJ
(www.) – contexte
(www.) – règlement
(www.) – groupes
(www.) – grades et qualifications
(www.) – guide suprême
(www.) – avatars, rôles et postes

(www.) – bestiaire

(www.) – gestion de l'expérience
(www.) – évolution des grades
(www.) – Rp avec Mephy | Dé Alerte au Démon!

(www.) – système monétaire

(www.) – partenariat
(www.) – absences

(www.) – Galerie de gifs et citations
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
          
Lun 17 Avr - 21:46
       


PinkiePie - ft. Baël
Avec le temps, j’étais devenu un maître pour dissimuler ce que je pensais, ce que je ressentais. En même temps, au vu de mon statut, c’était vivement conseillé, pour ne pas dire obligatoire. Laisser aux autres la possibilité de savoir ce que tu penses ou ce que tu ressens, c’est lui donner le pouvoir de prévoir tes mouvements et de te contrer. Et quand on est un Baal ou un démon d’une quelconque importance, cela revenait à signer sa propre exécution. « Je ne peux qu’approuver la véracité de la moitié de ta phrase. » Oui, il était un insecte, il n’aurait pas pu trouver de terme plus approprié. Un insecte, ça donne envie de l’écraser impitoyablement sous le talon et d’écouter le corps craquer. Quant à savoir si vouloir connaître sa place par rapport à un Baal était prétentieux ou non, j’avais presque envie de lui dire que vouloir prendre la place d’Amaimon, piètre Baal qu’il était, n’était pas très modeste. Néanmoins je laissais couler. « Un pion est un pion. Seuls le Fou, le Cavalier, la Tour et la Dame sont importants, bien qu’ils soient risibles à côté du Roi. » Et j’étais incontestablement le Roi de la partie, ici, à Assiah. Quant à Baël, je n’aurais su dire avec précision. Manipulé comme un vulgaire pion, peut-être cachait-il sa nature de Fou, de Tour, ou encore de Cavalier ? C’était la raison pour laquelle je détestais royalement les démons, et que les avoir dans mes rangs était à la fois un avantage et un désavantage.

Un sourire profondément amusé étira mes lèvres tandis que je lissais machinalement mon bouc. « Qui te dit qu’il n’est pas déjà là ? » Pauvre Pion qu’il était. Amaimon était d’une insouciance sans bornes, mais il avait tout de même un peu de jugeote. Si Baël en représentait pas un danger dans son esprit, ses sbires savaient quoi faire pour lui éviter de fâcheuses rencontres. « Ce n’est pas que je ne veux pas répondre, c’est surtout que je n’ai aucune raison valable de le faire. » Je tiquais néanmoins. J’avais l’impression que, depuis qu’il était entré, Baël tentait de faire de son mieux pour se dénigrer lui-même. Dans quel but ? Attirer ma sympathie ? Inenvisageable. Il n’était pas du genre à venir mendier des miettes de quoi que ce soit.
Certes, cette information ne pouvait me tuer, car Baël lui-même ne le pouvait, mais le garder dans l’ignorance me donnait une certaine garantie car la méfiance persistait : le comptais-je parmi mes cartes ou n’était-il qu’un simple fantassin à sacrifier ? Pouvait-il se permettre de se retourner contre l’Ordre, alors qu’il n’avait pratiquement aucune carte en main, ou bien était-il plus avantageux pour lui de rester dans l’ombre des exorcistes, dans mon ombre ?

Le voyant poser ses fesses sur mon précieux bureau, mon sourire peu avenant se transformant en rictus et je m’apprêtais à user de mon pouvoir spatiotemporel pour le virer de là, mais il fut le plus rapide. Je le sentis dans mon dos, et me laissais alors aller contre le dossier de mon siège. « Ôte tes mains de là si tu ne veux pas en perdre l’usage. » Néanmoins, j’écoutais ce qu’il avait à me dire. Ainsi, il était venu se plaindre. Pauvre créature forcée de vivre dans l’ombre. Mais c’était intéressant. Il prétendait détenir des informations dont j’ignorais l’existence. Encore mieux, il se proposait d’entrer à mon service. Certes, à mon service, il y était déjà dans un sens, mais j’avais parfaitement saisi la nuance. Le Pion voulait quitter son déguisement et grimper dans la pseudo-lumière. « Que de belles paroles. J’y aurais presque cru si tu n’y avais pas été aussi fort. Toi, consentir à devenir une ombre pour moi, voire mon ombre ? Toi, consentir à ne plus reluquer la place d’Amaimon ? À d’autres. » Sa proposition était alléchante, je devais l’avouer. Mais qu’il songe à renoncer à Amaimon ne m’arrangeait pas le moins du monde. Même si je me tenais prêt à intervenir en cas de possible victoire, car il fallait que laquais restent des laquais et qu’ils ne donnent pas d’idées stupides à d’autres laquais, je tenais à garder ce pouvoir que j’avais sur ces deux imbéciles. « Je ne fonctionne pas aux paroles, Baël. Ce que je veux, c’est du concret. Aussi, je doute que tes services soient gratuits. » Parce qu’au final, la question qui me taraudait, c’était… « Si tu en arrives à venir ramper devant moi, c’est que je possède quelque chose susceptible de t’intéresser. Je suis curieux de savoir... » S’il osait me sortir “du fric”, je le renvoyais dans la Géhenne illico presto.
They don't know what's on my mind, I've got 'm fooled 'cause underneath my business I am cold I'm hard I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not 'cause I'm evil. Tell the people I'm evil. Open your eyes I'm all a disguise, I've got bad intentions. △ EVIL
Diabolic Canticle - 2017 © Sweetie
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Jeu 27 Avr - 21:32
       



Pinkie Pie
Baël & Mephisto
Caresser le chien dans le sens du poil, ça tu sais le faire, car si tu commences vraiment à le faire chier, alors il commencera à mordre. Tu souris. C’est exactement ce que tu faisais pour Mephisto. Le caresser dans le sens du poil. Puisqu’il approuvait tes propos, tu te demandais où est-ce que tout cela allait vous mener, aussi bien toi que lui. Est-ce que tu sortirais de cet endroit entier ? Tu étais vraiment curieux de repousser tes limites, mais voir jusqu’où Mephisto pourrait aller. Un sourire vicieux étira tes lèvres quand tu l’entendis parler des pions de l’échiquier.

« La dame est bien plus importante que le Roi, car elle peut se déplacer absolument partout pour protéger le Roi. Car si le Roi tombe, la partie est terminée. »

Tu penchas la tête en le regardant. Le fou n’allait que dans une seule direction, de même que pour la tour, idem pour le cavalier. Tandis que la dame, elle, peut se mouvoir partout. En avant, en arrière, en diagonale, sur les côtés… Telle une ombre qui s’abat sur ses ennemis pour les avoir, et ainsi dégager le chemin vers le Roi ennemi, pour faire échec et mat. Tu t’étiras, soudainement las, en te grattant l’oreille. Pas très raffiné en effet, mais tu réfléchissais à ta condition. Est-ce que c’est vraiment utile que tu t’acharnes à ce point à faire comprendre quelque chose à Mephisto qui, de toute façon, arrivera à retourner la situation à son avantage. C’était… Vraiment difficile. Tu te rendais compte que tu jouais un jeu vraiment dangereux, et que tu ne pourrais pas battre Mephisto. Cela dit, ce serait encore plus prétentieux que de vouloir buter Amaimon. D’ailleurs, il attira ton attention en te rappelant qu’il pourrait être là… Eventuellement. Tu souris pour répondre au sien, qui semblait plus amusé qu’autre chose, avant de hausser les épaules, comme si tu t’en foutais. Clairement, tu voulais lui faire gober que tu ne t’intéressais plus à lui… Aussi soudainement, c’en devenait suspect, toi qui était limite obsédé par ce Roi de la Terre. Forcément qu’il ne te croirait pas, puisque tu adores mentir par-dessus le marché. Tu es rarement honnête, pourquoi il te croirait ? Au final sous ses airs… Il n’allait absolument pas avaler ton histoire. Soit. Tu avais plus d’un tour dans ton sac et tu ne renoncerais pas à ce que tu désirais. Tu étais patient, indirectement c’est ta plus grande qualité.

Tu avais sérieusement envie de coller son poing dans le visage de Mephisto. Ok cool, calme, pas besoin de s’énerver, mais il faut avouer que ce Baal joue avec les nerfs. Tu étais donc si indigne que ça pour qu’il ne te réponde pas ? Tu n’en vaux pas la peine ? Très certainement. Tant pis. Il allait arriver à la partie que tu attendais le plus, et ce qu’il te dit, cela ne t’étonna pas. Au contraire, cela t’amusait. Comme tu le pensais, il ne te croyait pas. Prévisible. Tu marchais maintenant devant son bureau, réfléchissant à tout ça. Il ne te croyait pas, très bien, voilà la première chose. Cela dit, il avait bien résumé ce que tu lui avait dit, donc rien à redire pour cette partie. Puis il t’intéressa, ton attention était au plus haut quand il te dit qu’il voulait du concret, pas des paroles en l’air. Cela t’amusa tout particulièrement quand il mentionna le fait que tes services n’étaient pas gratuits. Puis… Enfin, sa dernière affirmation. Qu’il était curieux de savoir si ce que je voulais était quelque chose que lui possédait. Tu souris en t’arrêtant pour le regarder. Tu avais fini de réfléchir, ayant préféré le laisser parler pour rassembler tes idées.


« Je te mentirais si je te disais qu’Amaimon ne m’intéressait plus. Tu vois, tu as l’air de penser que je suis juste un imbécile. Je réfléchis, je pèse le pour et le contre. Seulement, ce que je t’ai dit est loin d’être un mensonge. Je suis prêt à y renoncer. »

Tu recommenças à te mouvoir, lentement, semblant réfléchir à chacun de tes mots.

« Tu le sais très bien, que je veux sa place. Je sais aussi que tu le défendras. Pas parce que tu l’apprécies ou quoi, mais pour protéger votre statut de Roi, pour ne pas que le premier démon venu puisse détrôner l’un des Rois. Ce serait l’anarchie après tout. »

Tu jetas un coup d’oeil à Mephisto, ne te risquant pas de t’asseoir de nouveau sur son bureau, avant qu’il ne t’expédie on ne sait où. Tu regardais tes mains en parlant, prenant ton temps.

« Ca n’a jamais vraiment été un secret pour toi, de connaître mes desseins. Tu te moques également de moi car toi, en tant que Roi et le deuxième qui plus est, donc comme je l’ai dit, les démons comme moi… Ils ne devraient même pas exister, je me trompe ? »

Tu t’approchas de son bureau pour y faire apparaître un échiquier d’ombre dessus, avec les différentes pièces importantes en souriant doucement.

« Tu n’as rien qui m’intéresse Mephisto. Quant à mes services… Je ne suis pas aussi radin que toi, c’est-à-dire que je ne demande rien en retour, puisque de toute façon je n’attends plus rien. Je te propose donc mon aide gracieusement… »

Tu attrapas ta petite pièce de cheval d’ombre pour le faire avancer sur l’échiquier.

« Un démon lambda ne pourrait agir que dans un sens et dans un champ restreint, un peu comme le cavalier… La tour elle, n’avance que dans un sens, mais elle peut également reculer. Le fou, pareil à la tour, n’avance que dans un sens, celui que la tour ne couvre pas. Malheureusement, il ne peut pas reculer. Le Roi, caché derrière tous ses pions, peut les envoyer percer les défenses ennemies, en commençant par les vulgaires pions qui peuvent se faire sacrifier… Histoire d’affaiblir l’ennemi, et surtout pour réserver sa dame, qui elle peut se mouvoir dans tous les sens, pour terminer le travail, et empêcher avec les pions restants la victoire du Roi ennemi. »

Tu regardas cette fois la pièce de la dame, avant de la reposer, faisant disparaître l’échiquier, mais laissant alignés le Fou, le Cavalier et la Tour.

« Je ne te propose pas d’aller dans une seule direction, ou de reculer. » tu fis disparaître le Fou et la Tour. « Je ne te propose pas non plus d’agir dans un champ d’action restreint, et attendre que ça passe. », cette fois c’est le Cavalier qui disparu, et tu posas simplement la Dame sur la table. « Je te propose ni plus ni moins d’être celui qui peut aller partout, pour affaiblir les ennemis, récolter ce que tu ne peux récolter toi-même… »

Tu gardas un instant le silence, pour réfléchir, t’adossant un instant à la table pour regarder la Dame d’ombre.

« Tu veux du concret ? Alors laisse-moi ma chance… Je t’ai dit que je renoncerais à Amaimon, car être puissant est une chose, mais si on est un profond imbécile ignare et néophyte, alors je laisse ton frère à son statut de Roi des imbéciles. Je préfère savoir, car le savoir est le plus puissant des pouvoirs… La preuve, tu joues de ça avec moi. Je préfère rester à ma place, un prince, mais me faire craindre d’une manière ou d’une autre, mais qu’on m’accorde une potentielle chance de sortir de l’ombre. »

Tu fis disparaître la dame en souriant, en penchant lentement la tête sur le côté, sans quitter Mephisto des yeux. Tu étais très motivé ce soir, mais il y avait une dernière chose que tu n’avais pas encore évoquée, et que tu te gardais justement pour la fin.

« Si tu n’as pas besoin de moi… J’ignore encore pourquoi je me tue à rester ici. Je pourrais tout aussi bien partir, et aller me proposer à ton frère, ce cher Lucifer… Qui, je pense, saura faire bon usage de l’ombre dans laquelle je me dissimule, et lui ferait profiter de tout ce que j’aurais appris en ta charmante compagnie. Tu ignores les choses que je peux savoir, et ce serait dommage que certaines informations passent par l’ennemi. ~ »

Cette fois, tu avais définitivement posé ta petite bombe. Maintenant tous tes sens étaient en alerte, et tu restais très attentif. En disant ça, tu omettais délibérément la possibilité de trahir Mephisto pour aller raconter ceci et cela à quelqu’un d’autre. C’était de la provocation pure et simple, il pouvait soit te renvoyer dans la Géhenne, soit t’enfermer dans son coucou (ce qui serait embêtant), soit réfléchir à ce que tu lui avais dit… Dans tous les cas, tu ne regrettais à aucun moment les mots que tu venais de prononcer.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Mephisto Pheles
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
avatar
   
Messages : 75
¥ens : 98
Membre depuis le : 17/01/2017
À propos : Compte fondateur PNJ
(www.) – contexte
(www.) – règlement
(www.) – groupes
(www.) – grades et qualifications
(www.) – guide suprême
(www.) – avatars, rôles et postes

(www.) – bestiaire

(www.) – gestion de l'expérience
(www.) – évolution des grades
(www.) – Rp avec Mephy | Dé Alerte au Démon!

(www.) – système monétaire

(www.) – partenariat
(www.) – absences

(www.) – Galerie de gifs et citations
Roi du Temps et de l'Espace † Chevalier Honoraire
          
Lun 8 Mai - 19:52
       


PinkiePie - ft. Baël
Tes yeux avides de savoir observaient Baël, la manière dont ses traits se distordaient à certaines phrases, la manière dont il modifiait légèrement sa posture. Savoir, c’était avoir le pouvoir. Tu avais appris depuis longtemps à observer, à faire de tes interlocuteurs de pauvres livres ouverts. Mais chez le Prince, il y avait tant de lignes contradictoires qu’on aurait dit un mauvais roman inspiré de manga trop colorés.
Le comble pour un type carrément noir et blanc.

« C’est bien pour cela que je ne m’encombre d’aucune autre pièce que moi-même, le Roi. » Tu ne pouvais te permettre de t’en remettre à d’autres pour ta propre survie. Au moins, si tu tombais, tu ne pouvais t’en prendre qu’à toi-même.
Tes lèvres se tordirent dans une grimace peu avenante en le voyant se gratter l’oreille comme un vulgaire cabot. Il portait peut-être le titre de Prince mais, par Satan, il n’en avais pas hérité les manières.
Un silence plana, chacun rassemblant les morceaux disparates de la conversation, chacun préparant ses arguments et ses attaques. Si Baël voulait jouer à l’espion ténébreux, il allait devoir abattre plus d’une carte pour te convaincre. Néanmoins, tu te plaisais déjà à imaginer comment il pourrait t’être utile. Tu détestais devoir admettre qu’il y avait certainement des choses que tu ignorais, car lié par ta condition de Baal, des choses qui se tramaient dans l’ombre et qui ne pouvait échapper à son maître incontestable. Mais tu devais l’admettre. Baël, contrairement à toi, était encore inconnu du Vatican quant à sa présence sur leurs chères terres d’Assiah. De fait, il n’était pas constamment épié et gardait une liberté de mouvement des plus appréciables. « Évidemment que ce serait un mensonge. Et tu n’y renonceras pas, crois-moi. » Parce que c’était si drôle de le voir courir après son lunatique rival. Ton rictus se fit plus menaçant. Ainsi, il était conscient du fait que tu les utilisais pour conserver intacte la position des Baal et ainsi éviter que tout ne bascule dans la folie. Bah. Au moins il démontrait qu’il savait utiliser sa matière grise un peu plus intelligemment que les autres. C’était toujours bon à prendre. L’entendre parler des non-Baals comme d’insectes indésirables te fit hausser un sourcil. Le pensait-il vraiment ? En soi, ils vous permettaient de leur refiler toutes les sales besognes et autres tâches ingrates, alors tu ne t’en plaignais pas. « Je n’ai pas réellement d’avis là-dessus. Parfois vous êtes encombrant au point de me donner envie de vous exterminer et parfois... » Non, tu n’allais certainement pas entrer dans ce débat avec lui.

Tu écoutas attentivement ton petit discours, l’observant d’un oeil critique faire mumuse avec les pions de ton échiquier. « Donc, si je comprends bien, tu me proposes ton aide sans aucune contrepartie, pour le simple plaisir de me fournir des informations que, selon toi, je ne possède pas déjà, pour… sortir de l’ombre. » Très sincèrement, tu ne parvenais pas à mettre le doigt sur ce qui t’ennuyait dans tout ceci. Qu’il n’y ait pas de contrepartie ? Bah, tu n’avais rien contre le bénévolat.

L’atmosphère changea d’un coup, et une colère sourde enflamma tes yeux. Sans prévenir, tu figeas le temps, parce que c’était plus rapide, puis tu fis exploser l’espace, vous exilant dans un lieu sans ombre ni lumière, où Baël ne pourrait rien faire, où Baël ne pourrait rien faire d’autre que subir. « Ainsi, Lucifer est ta dernière carte ? » Parfaitement à l’aise dans cet étrange espace, tu étais simplement assis dans les airs, comme sur une chaise. Ton regard se fit méprisant, et la colère continuait de luire dans tes yeux. Théoriquement, Lucifer et toi poursuiviez les mêmes objectifs, bien que vos buts et finalités soient relativement différentes. « Il faut certes de la lumière pour créer l’ombre, mais je doute que le Prince des Ombres soit très utile à la cour du Roi de la Lumière... » C’était gratuit, tout le plaisir était pour toi. Néanmoins, maintenant qu’il abattu sa main, tu ne pouvais décemment accepter sa proposition sans que cela ne passe pour une faiblesse de ta part. Hors de question de prendre qui que ce soit à ton service simplement parce qu’il aura menacé de se barrer à la concurrence.

Claquant des doigts, tu vous fis revenir dans tes quartiers, mais cette fois-ci ce fut la salle à manger qui se manifesta sous tes pieds. Lui lançant un regard mi-amusé mi-agacé, tu lui fis signe de prendre place avant de toi-même gagner ta place. Il t’aurait presque ôté ta faim, MonochromeGuy.
Parce que oui, quand tu ne savais pas quoi faire ou que tu n’avais pas envie d’y réfléchir dans l’immédiat, tu te contentais de repousser les choses à plus tard.
They don't know what's on my mind, I've got 'm fooled 'cause underneath my business I am cold I'm hard I'm cruel. Never gonna put a spell on me, never ever gonna bring me back, never gonna make me be something I'm not 'cause I'm evil. Tell the people I'm evil. Open your eyes I'm all a disguise, I've got bad intentions. △ EVIL
Diabolic Canticle - 2017 © Sweetie
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Contenu sponsorisé
   
Contenu sponsorisé
          
       
              
              
       
Contenu sponsorisé
        Revenir en haut Aller en bas       
                                   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » Mephisto D. Cross [Fini !!]
       » Mephisto {By Ayael}
       » Flosi, le forgeron nain
       » Acajou : Les scientifiques alcooliques { Terminée avec Mephisto & Reo.
       » My Little Poney and Big poney
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Repère du Clown :: Résidence Mephisto-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: