Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
   

La nuit, tous les chats sont gris [PV Asmodée]

   :: Soyons sérieux à présent :: Repère du Clown :: Place du belvédère Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Dim 26 Mar - 13:25
       



La nuit, tous les chats sont gris
Baël & Asmodée
Ce que tu aimes la nuit. Pas de lumière violente et aveuglante qui fait mal aux yeux, pas la chaleur parfois étouffante que peut procurer le soleil… Le véritable bonheur. La lune, haute dans le ciel, te faisait doucement sourire. La nuit est le monde des ténèbres, où la lumière n’a pas sa place. Toi, le prince des ombres, tu appréciais tout particulièrement la fraicheur de la nuit. A se demander quand est-ce que tu dormais exactement, mais tu n’en avais pas vraiment besoin. Une heure, voire deux heures te suffisaient largement depuis quelques temps. Tu n’étais pas comme ton meilleur ami, Bel, qui lui passe littéralement sa vie avachi, à dormir et à rien faire. Comment il pouvait insuffler l’inspiration aux humains, sérieusement ? Ou alors c’est ça qui le fatiguait. Tu n’en savais strictement rien. Assez-t-il tout étant, tu marchas tranquillement sur cette place qui se nomme « place du belvédère », les mains dans les poches. Il n’y avait personne, tu laissais ta queue de démon s’agiter tranquillement. A force de la cacher, tu n’en pouvais plus de te faire passer pour un vulgaire humain, même si cela faisait parti de ton plan.

Voyons, de quel plan tu parlais ? Celui de supprimer Amaimon… Ce n’était pas le meilleur des plans, surtout quand tu travaillais pour Mephisto, mais ce n’était qu’un détail après tout. Un détail de taille cela dit, mais tu avais de trop grandes ambitions, car tu en avais marre de rester dans l’ombre. Cela te rendait très certainement imprudent, et tu ne vérifiais pas tous les détails de ton plan. Tu savais qu’il était loin d’être infaillible, qu’il n’était absolument pas parfait, mais qu’importe. Tu avais ton casque sur les oreilles en t’asseyant sur le rebord de la murette, pour observer tranquillement le campus de ton œil encore valide, passant tes doigts sur l’orbite manquant, dissimulé par un cache-oeil, et tu soupiras. Cette fois-là ne te servait visiblement pas de leçon, et tu cherchais encore à faire un excès de zèle. Pourquoi ne pouvais-tu pas simplement rester tranquille, à vivre parmi les humains, sans chercher à vouloir tous les tuer, mais tu t’ennuyais. Ce n’était pas une raison suffisante pour vouloir les tuer, car à la base tu t’en prenais aux démons, pas aux humains. Eux n’étaient qu’une source de distraction pour toi, et rien de plus. En tant que source de distraction, tu fis apparaître près de toi des petites créatures d’ombres, du genre des souris, des rats, ce genre de choses, et tu leur ordonna d’aller s’infiltrer partout dans le campus. Tu avais envie de créer la panique.

Il n’y avait rien de tel que de provoquer la peur la nuit, car l’homme craint la nuit. C’est à ce moment que beaucoup de maux sévissent, tu as pu l’observer à de nombreuses reprises. Certes en plein jour, c’était possible, mais tu avais remarqué que les humains aimaient beaucoup la nuit pour commettre certains méfaits. Des meurtres, des vols, des kidnappings… Tout cela t’intéressait, te fascinait. Quelque part, tu voulais savoir comment les humains fonctionnaient, car certaines choses t’échappaient. Le plus drôle, c’est de voir le kidnappeur kidnappé, ou le meurtrier tué. C’est un peu le serpent qui se mord la queue, et tu t’amuses à voir ça parfois, en bon stalker que tu es. D’autant plus que comme ce sont des humains, ils ne peuvent rien contre toi, et ça c’est encore plus amusant quand tu te montrais à eux. Ils voyaient simplement un homme à l’aspect fantomatique, presque irréel, puisque ta peau cadavérique, tes cheveux aussi blanc que la neige, tes vêtements sombres et ton œil en moins, on disait un costume. Alors que non, c’est bel et bien toi. Tu t’allongeas sur le rebord tranquillement pour regarder le ciel et les étoiles. C’était rare que le ciel soit aussi dégagé, alors tu en profitais pour observer tout ça. Tu détestais ne rien faire, mais observer les étoiles est et sera une activité qui te fera toujours garder ton calme. Tu trouves le ciel fascinant, tu te montres vraiment curieux car tu ne sais rien de tout ça. Tu as vu les mœurs évoluer au fil des siècles, mais toi tu continuais à être attiré par ce ciel si immense, si pur, si beau.

Tu fermas ton œil valide en faisant le vide dans ton esprit, restant allongé, les bras croisés derrière ta tête. Pour une fois, tu étais tranquille. Les gens autour de toi te prennent pour un excité, voire un hyperactif puisque tu ne sembles jamais fatigué, seulement ils ne sont jamais là pour te voir calme, serein et potentiellement heureux. Heureux d’être seul, dans le silence, dans la nuit, sans personne pour venir te les briser. Voilà pourquoi tu préférais la nuit, car le commun des mortels dorment, et ainsi, les oiseaux de nuit peuvent voler sans qu’on vienne leur tirer dans les plumes. La nuit est vraiment le moment le plus magnifique de la journée, cela te calmait. Tu avais même un léger sourire qui flottait sur tes lèvres. Sourire qui disparu bien vite quand tu sentis une présence. Une présence que tu n’appréciais guère, mais en même temps elle t’amusait. Tu te redressas tranquillement en t’étirant. L’avantage avec les démons, c’est que vous pouvez flairer la présence des uns et des autres lorsqu’ils ne sont pas trop loin non plus, et le charmant démon, du moins la charmante démone qui venait te rendre visite, n’était personne d’autre qu’Asmodée.


« Bien le bonsoir très chère. Tu viens solliciter un cours particulier ? »

Tu ne la voyais pas encore. Elle devait se cacher, ne pas se montrer. Elle ne tarderait pas à montrer le bout de son nez, tu en étais certain. Aaah… Toutes ces fois où tu l’avais croisé, et que tu ne pouvais rien faire. Bordel, elle était le second de celui dont tu convoitais la place. Chez les démons, ils savent à peu près tous que tu désires du pouvoir. Seulement, ils ne savent pas encore à qui tu vas t’attaquer, riant de toi car tu t’attaqueras certainement à des gros morceaux. Ceux qui se moquent de toi… Tu les détestais, purement et simplement. Tu n’étais qu’une ombre, une ombre qui veut devenir indépendante, et rien d’autre.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Asmodée
Princesse de la luxure † Second d'Amaimon
avatar
   
Messages : 40
¥ens : 30
Membre depuis le : 11/03/2017
À propos : (x) | Présentation
(x) | Liens & RPs

(x) | La nuit tous les chats sont gris • Baël
          
Dim 26 Mar - 17:48
       
La nuit, tous les chats sont gris

L'astre solaire s'était couché pour laisser l'obscurité envahir les rues. Le regard posé sur la lune, un léger sourire se dessinait sur le visage de la démone redevenue femme. Quitter son apparence enfantine était, chaque soir, un immense soulagement pour elle. L'absence de ses cornes la frustrait. La vulnérabilité de son frêle le corps l'agaçait aussi bien que ce que le regard d'autrui portait sur elle. En effet, les humains ne la voyaient pas de la même façon, pire encore, ils la réduisaient à une chose "mignonne" comme une enfant banale comme on peut en croiser partout. Elle détestait ne pas pouvoir se servir de ses atouts. Mais, laissant ses nocives pensées de côté, ses problèmes s'envolaient avec la lumière. Désormais, il lui fallait profiter des quelques heures de liberté que lui offraient enfin la pénombre. Elle quitta son habitat et se laissa guider par ses pas.

Ses habitudes l'auraient menées tout de suite en ville, au cœur de l'agitation humaine afin de profiter de quelques-uns d'entre eux. Or, avant cela, la princesse profita d'une paisible balade dans des rues désertes. Quelques lampadaires éclairaient son chemin accompagné des rayons grisâtres de la lune, cela lui suffisait amplement pour se repérer. Mais, au final, n'ayant alors aucune destination précise, elle ne sut même pas où ses pas la conduiraient. L'argentée connaissait quelques lieux mais la majorité de la ville lui restait encore inconnue. L'idée de se perdre ne l'effrayait pas, d'une façon ou d'une autre, elle arriverait à rentrer. L'esprit libéré de tous poids, sa promenade continua. Sur son chemin, la femme eut la surprise de croiser un humain, s'échappant de l'endroit où elle se rendait. Pourquoi? Aucune réponse ne vint répondre à sa propre question. Il arborait un visage terrifié du peu qu'elle put apercevoir. Nullement apeurée, sa curiosité la poussa presque vers la source. Asmodée arriva sur une place. Cette dernière lui sembla familière, sans qu'elle ne puisse y mettre un nom particulier dessus.

Son regard scrutait les horizons et finit par s'arrêter sur l'imprenable vue limité par la nuit. Cela ne l'empêcha pourtant de remarquer l'établissement scolaire et de froncer les sourcils aux souvenirs de sa désastreuse journée. Depuis la rentrée, la démone apprit à apprécier la vie nocturne loin de ses enfants inintéressants qui usaient sa patience, jour après jour. Chaque soirée représentait une manière d'oublier l'ennui et l'exaspération de la journée où elle les supportait de son mieux. Parfois, la princesse en venait à maudire Méphisto pour l'obliger à subir une telle torture puis elle se demandait si un jour, elle réussirait à s'habituer à cette situation. Peut-être. Trouver un bon côté à cette dernière lui semblait impossible même si sans elle, la femme ne pourrait profiter des plaisirs nocturnes parmi ses humains. Un léger soupir traversa ses lèvres. Que devenir une collégienne lui permette de vivre à Assiah était une chose mais au fond, elle s'en serait bien passée. Ses pensées dérivaient sur ses sujets sans intérêt qui ne lui faisait quelques précieuses minutes.

Alors que l'espace d'un court instant, elle oublia l'humain croisé, la démone aurait pu se douter qu'un de ses congénères était derrière ça. Désormais, elle sentait clairement sa présence et pour unique réaction, elle se contenta de soupirer à nouveau mais cette fois-ci, déçue. Sa contrariété se marquait par le fait de trouver un de ses semblables ici ce qui était bien moins intéressant. Prise d'une soudaine hésitation, devait-elle aller à sa rencontre ou juste l'ignorer? Dans le dernier cas, prétexter ne pas avoir senti sa présence serait une bonne excuse. Or, sa réflexion s'acheva quand Baël lui adressa la parole. Quelle malchance. Lui ne se contenta pas d'ignorer sa présence. Ses paroles lui arrachèrent un petit rire qui fit disparaître son doute. L'argentée garda un léger sourire et s'approcha pour enfin, lui faire face. Son regard azuré se posa sur le prince de l'ombre alors qu'elle l'observa un instant supplémentaire. Elle devait sans doute le déranger pendant ses occupations. Tant pis, maintenant qu'Asmodée était arrivé jusqu'ici, elle ne reprendrait pas la route de sitôt.  

« Bonsoir. Comme si j'avais le moindre intérêt à te le demander. »

La présence du démon n'était absolument pas prévue de base. De plus, c'est lui qui l'abordait. Enfin, elle ne s'arrêtait pas à ces petits détails sans importance et alla s'asseoir à son tour, fatiguée d'être debout. Le moment de surprise et la légère déception passés sa compagnie pourrait presque être potable. La princesse le connaissait principalement par le biais des messes basses qui circulaient parfois sur son sujet. Même si elle possédait un mauvais caractère, l'argentée ne jugeait pas sur quelques ridicules paroles entendues à la cour. Elle ne faisait guère attention à ce qu'ils pouvaient dire, sauf quand ça concernait son roi. La démone ne préféra pas penser à cela.

« Je pensais pas te croiser ici. Tu sors d'un rendez-vous privé avec ton patron? »

Demanda t-elle avec une pointe d'amusement dans la voix. Ils se trouvaient à proximité de la demeure de Méphisto. C'était donc une possibilité tout à fait envisageable. Même si, ses paroles étaient surtout là pour taquiner le démon. Puis, son regard azuré se leva vers le ciel nocturne alors que ses bras se croisèrent sur sa poitrine. A la fraîcheur de sa peau, elle prit conscience de sa chance de pas craindre le froid car ce dernier ne lui aurait fait aucun cadeau au vu de la simple robe qu'elle portait. Se retrouver à l'extérieur à discuter avec un semblable ne faisait pas parti de ses projets de base. Ce n'est pas non plus comme si la princesse en avait eu pour ce soir-là.

Codage par Libella sur Graphiorum

              
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Lun 27 Mar - 7:35
       



La nuit, tous les chats sont gris
Baël & Asmodée
« Toujours aussi charmante à ce que je vois. Tu es bien plus adorable sous ta forme enfantine. ~ »

Tu savais qu’elle détestait prendre cette forme, car c’est un peu comme si elle se rabaissait, et toi tu n’hésitais pas à le lui rappeler, car tu n’aimais pas le ton supérieur qu’elle prenait quand elle te parlait. Ou alors c’est toi qui l’interprétait ainsi, mais peu importait actuellement. Elle venait troubler ton moment paisible avec toi-même, et rien que ça, ça te remettait de mauvaise humeur. La seconde d’Amaimon en plus. Tout pour t’énerver. Elle s’installa sur le muret non loin de toi, et l’envie de la pousser te pris soudainement. Baissant les yeux, tu fus bien vite déçu. Si jamais elle tombait, elle ne se ferait pas trop mal. Quelle déception. Tant pis, tu devrais faire avec. Tu tournas la tête vers elle pour l’observer un instant. Ah, cette chère princesse, toujours aussi belle tu devais l’avouer néanmoins. Tu savais reconnaître les belles choses, même si tu en détestais certaines. Tu penchas la tête sur le côté quand elle te demanda si tu étais avec ton patron. Quel patron ? Ah, Mephisto. Tu parles d’un patron toi.

« Pas du tout. Je me prélasse tranquillement loin des humains. Pas besoin de ce clown pour une fois. »

Bordel le campus n’était pas assez grand pour que tu puisses bénéficier d’un peu de tranquillité pour une fois ? Quelle plaie, sérieusement. Enfin, tu t’énervais pour rien, Asmodée n’était pas Amaimon. Encore heureux, ce serait plutôt étrange dans le cas contraire. Tu poussas un léger soupir en reportant ton attention vers le ciel un instant. Il fallait que tu revois pourquoi tu haïssais Amaimon à ce point. S’il était Roi, c’est qu’il le méritait non ? Hm. Non. Du moins selon toi. Pourquoi pas ? Tu trouvais qu’il n’était pas légitime. Oh, tu n’étais pas bien mieux pour ce poste… Ou si, toi tu le croyais, bien que ce ne soit absolument pas l’avis de la majorité, mais n’importe qui aurait pu faire l’affaire sauf Amaimon. Tu respectais Mephisto, même si ça ne se voit pas spécialement, tu respectais tous les autres Baals, sauf le Roi de la Terre, que tu avais envie de voir crever au plus profond de ton être PARCE QU’IL T’ENERVE. Ok calme, cool. C’est stupide pour s’énerver pour lui. Mais quand même.

« Je ne m’attendais pas vraiment à te voir aussi, chère Asmodée. »

Tu t’accoudas sur tes genoux en regardant le paysage qui s’étalait devant toi, et un ricanement te monta à la gorge quand tu entendis un humain -du moins tu le supposais- crier non loin de là. Il avait dû croiser l’une de tes merveilleuses bestioles d’ombre. Qu’est-ce que cela pouvait t’amuser, très sincèrement. Faire peur aux humains, la bonne idée. Tu ne pouvais pas surprendre les démons, alors autant s’acharner sur des gens crédules comme ces êtres fragiles. Tu étiras tes jambes dans le vide sans aucune pression en baillant, en tournant la tête vers elle pour la regarder de nouveau.

« Dis-moi, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de discuter avec toi. Pourquoi es-tu à Assiah, si loin de ton cher Roi ? »

Provocation ? Un peu, mais tu étais surtout curieux de savoir pourquoi certains démons d’un certain rang venait à Assiah. Cela pouvait complètement varier suivant les démons, et tu avais envie d’en savoir plus sur cette demoiselle exquise. Tu lui souris presque aimablement. Presque. Il y avait toujours cette pointe d’ironie dans ce sourire, dans la mimique que tu pouvais faire. Après tout, elle avait perturbé ton moment tranquille, tu n’allais pas en plus être sympathique. Elle aurait pu passer son chemin, te laisser tranquille… Certes, tu lui avais parlé en premier, mais elle aurait simplement pu te répondre et partir, ou simplement t’ignorer. Alors non, elle était à côté de toi, et vous parliez bien tranquillement, comme le ferait deux connaissances, ou plutôt deux personnes désirant faire connaissance. Toujours connaître son ennemi avant de frapper non ? Tu ne connaissais pas spécialement Asmodée, tu avais entendu des choses sur elle, mais rien ne t’intéressait dans tous les cas, tu préférais largement discuter avec la personne concernée, plutôt que de laisser ton imagination faire. Il n’y avait qu’Amaimon que tu jugeais, parce que tu avais eu l’occasion de l’observer plusieurs fois, que tu l’avais écouté parler, et que c’était un gamin à tes yeux. Sur ce plan-là, tu n’étais pas bien mieux, mais tu n’étais que simple prince, et tu avais encore beaucoup de choses à apprendre, beaucoup de chemin à parcourir.

Tu es plutôt conscient de ton caractère difficile et limite intolérant avec les autres, tu sais aussi qu’il faut que tu changes de comportement avec certaines personnes… A commencer par Asmodée. Tu ressens le besoin de la provoquer alors qu’au final, cette pauvre démone ne t’a rien fait, n’est-ce pas ? C’est quelque chose que tu n’arrives malheureusement pas à contrôler chez toi, et tu préfères laisser ton naturel prendre le dessus. Même toi tu as du mal à te comprendre par moment, mais c’est un fait. Peut-être le fait que tu sois une ombre te mette de mauvaise humeur en permanence, que tu caches sous un sourire faux et une bonne humeur fictive. Pourtant, cela fonctionne plutôt bien, car tu arrives plutôt bien à berner ton monde, du moins chez les humains. Cela faisait un moment que tu n’avais pas discuté avec l’un de tes pairs, eux seraient sûrement moins dupe que ces naïfs d’humains. Tu te massas un instant les tempes en regardant le campus sous tes yeux, ton œil attiré par les lumières encore allumées de certains courageux qui veillaient à cette heure aussi tardive. Eux aussi, devaient trouver la nuit fabuleuse. Tu restas un instant, plongé dans cette réflexion sur toi-même, sur ton être, sur ton existence. Puis tu relevas tranquillement la tête comme si de rien n’était. Parfois tu es vraiment bizarre Baël, et encore, c’est plus souvent que tu ne le penses. Tu tournas la tête vers Asmodée pour plonger ton regard dans le sien.


« Penses-tu que des sous-fifres comme nous doivent servir leur Roi, quitte à mourir pour eux, alors que parfois ils ont un manque flagrant de reconnaissance ? »

Pour le coup tu pensais à Mephisto, et ton regard se tourna vers sa demeure non loin de là, te retenant de peu de grogner après lui. Cela ne servait strictement à rien, ce type n’était pas reconnaissant pour deux sous, il ne le serait sans doute jamais, et pour le coup, tu avais envie de savoir comment ça se passait pour les subalternes des autres Rois. Ils n’étaient pas tous comme Mephisto, encore heureux, mais cela t’intriguait au final. Ta curiosité presque enfantine reprenait le dessus sur ta haine pour certains démons, laissant place aux questions plutôt qu’aux répliques venimeuses. Tu avais vraiment envie d’en savoir plus, car le pouvoir passe avant tout par le savoir, c’est un fait indiscutable, même pour les démons.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Asmodée
Princesse de la luxure † Second d'Amaimon
avatar
   
Messages : 40
¥ens : 30
Membre depuis le : 11/03/2017
À propos : (x) | Présentation
(x) | Liens & RPs

(x) | La nuit tous les chats sont gris • Baël
          
Lun 27 Mar - 15:58
       
La nuit, tous les chats sont gris
Les basiques salutations passées, le démon se permit de faire une remarque sur sa forme enfantine. Avec cette insignifiante constatation, il touchait un point sensible et le savait. Comme à chaque fois entendre le moindre commentaire sur celle-ci énerva l'argentée. Elle serra le tissu de sa robe dans son poing, cherchant à évacuer toute colère. La nuit régnait désormais. Plus aucune obligation l'incombait vis à vis de cette apparence, il ne fallait pas qu'elle gâche ce précieux moment à y penser. Un jour, elle réussirait sans doute à s'y habituer et cela lui éviterait bien des excès de la sorte. Ainsi, la femme arriva à ignorer sa provocation même s'il mit avec un terme à sa paix intérieure. Au fond, elle le savait, ce qui la gênait le plus dans ses paroles n'était pas l'allusion mais le fait qu'il connaissait cette forme. Il s'agissait d'une honte pour une démone de son rang. Si d'autres l’apprenaient, la nouvelle se diffuserait rapidement. Cette idée lui faisait horreur mais fait-il espérer que Baël n'est pas l'envie de s'amuser à le crier sur les toits. Afin d'éviter de lui mettre une telle pensée en tête, elle préféra se taire comme pour clore cet irritant sujet.

Peu après, le sujet dériva sur sa fameuse question. Tout à coup, plus intéressée par la discussion, la démone fit une petite moue à la réponse décevante. En même temps, à quoi s'attendait-elle? Tout mais pas ça.. En quelque sorte. Mephisto savait tout ou presque sur tout le monde aussi bien que lui-même cultivait un mystère autour de sa personne. L'inconnu attisait sans doute sa curiosité. Même, son roi ne semblait rien savoir de son frère. Elle ne cherchait pas à savoir non plus mais ne manquait pas de poser les questions quand le moment opportun se présentait. Puis, la princesse repensa à la fin de sa phrase. "Pour une fois", qu'est-ce que cela était censé vouloir dire? Elle ne put s'empêcher de pouffer. Généreuse qu'elle l'était, Asmodée s'abstiendrait de lui envoyer une quelconque pique là-dessus. Réfugiée dans le silence, les propos suivant ne l'étonnèrent même pas. Après tout, ce genre de lieu, calme et isolé, ne l'intéressait qu'en de très rares occasions. Elle-même se surprenait à être arrivée jusqu'ici. Son regard dériva sur la vue, elle aurait pu tomber sur pire.

Un semblant de cri la tira de sa courte réflexion. Son regard se tourna presque immédiatement vers Baël. Sans doute, était-ce un humain comme elle en croisa sur son chemin. Sa réaction ne lui laissa plus aucun doute. La démone poussa un léger soupir alors qu'elle murmurait quelques mots sur la culpabilité de son interlocuteur, destinés à elle-même. Pourtant, cette dernière n'avait toutefois aucune idée de ce qui pourrait effrayer ces peureuses créatures. L'argentée n'eut pas elle aussi le privilège de croiser la source de leur panique sur la route. Mais, ses pensées sortirent bien vite de son esprit à la nouvelle question qu'il lui posa. La raison de sa présence? Avait-elle besoin d'avoir une raison particulière pour venir à Assiah? Cette dernière existait, certes. Asmodée ne pensa jamais à mettre de mots précis dessus jusqu'à cet instant.  Après tout, son geste lui parut sur le moment légitime pour elle-même. Mais, l'expliquer lui demanda une brève mis au point.

« Loin de mon roi? S'il vient à Assiah, il ne sera plus aussi loin. » Lança t-elle afin de gagner quelques secondes supplémentaires. Il s'agissait juste de réflexions sans fondement. Amaimon avait le projet de venir? La démone n'en avait aucune idée. L'occasion d'aborder ce sujet ne s'était jamais présenté.

« La raison.. Je voulais m'éloigner de le cour sans doute, de la Géhenne par ennui. En grande partie. Les humains sont divertissants. Sauf, ce que je côtoie tous les jours. » Son ton était léger mais quand arriva ses derniers mots, une pointe de dégoût s’immisça.

« Et toi? Quelle raison t'a poussé à te fondre parmi les humains?  » En réalité, la princesse ne savait depuis combien de temps Baël avait quitté le monde de ses congénères. Son savoir se limitait même à son statut de professeur. Enseigner? Était-ce là sa motivation? C'était.. Atypique comme résolution surtout pour un démon de son rang.

Puis, le démon l'interrogea de nouveau mais sur un sujet bien plus complexe. Asmodée posa un regard surpris sur son interlocuteur qui lui-même se tournait vers le demeure de Méphisto. Était-ce lui son roi ? Elle grimaça à l'idée d'être au service d'un tel être. Enfin, là n'était qu'une simple déduction au vu de son comportement car en réalité, l'argentée n'avait eu jusque là, aucune idée de qui pouvait être son supérieur. Si elle avait juste, quel pauvre homme. Mis à part, cet aspect qui l'étonnait, elle réfléchissait à ses propos. La princesse tentait de faire le lien avec sa propre condition, sans succès. Après tout, à ses yeux, Amaimon ne lui manquait aucunement de reconnaissance. Ainsi, silencieuse, même si la réponse lui paraissait déjà clair, elle prenait le temps d'y apporter plus d'attention. Sa vision dériva sur l'horizon obscur avant qu'elle ne reprenne la parole.

«  La réponse est clairement non. Même si nous sommes leurs subordonnés, la reconnaissance est primordiale. Servir un roi ingrat juste car c'est sa destinée, c'est triste tout de même ? » Elle marqua une petite pause afin de réfléchir à la suite de ses paroles.

«  Je suis pas dans cas similaire, je n'ai pas à me plaindre de mon roi, loin de là. Mais, pour me poser une question du type, tu aimerais t'émanciper ? » Il ne serait pas le premier à le vouloir. Puis la question collée bien avec la discussion donc la princesse se permit de la poser. Un léger sourire fleurit sur ses lèvres. Elle avait bien de la chance d'être la seconde d'Amaimon ce qui lui fit penser à cette dernière interrogation.

« C'est Méphisto, ton roi ? » Conclut-elle d'une voix presque horrifié.

Codage par Libella sur Graphiorum

              
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Mer 29 Mar - 0:40
       



La nuit, tous les chats sont gris
Baël & Asmodée
Tu ne pensais pas que la discussion aurait pris une tournure comique. Pourquoi ? Parce que tu entendis Asmodée glousser. Tu jetas un œil vers elle (le restant évidemment), en haussant un sourcil, te demandant ce que tu avais bien pu dire de si drôle pour provoquer son hilarité. Tant pis, tu renonçais à comprendre sans même avoir daigné de réfléchir. Les femmes, c’est compliqué. Asmodée est une Princesse encore plus compliquée que les femmes en général, tu ne voulais pas t’aventurer sur ce terrain glissant. Puis vous profitèrent du silence qui s’installa entre vous deux, suite à tes questions. Tu lui laissas le temps de réfléchir, après tout ce n’était pas des questions simples… Sauf la première, qui était une simple pique de ta part. « Peut-être que tu serais ma seconde s’il n’y avait pas eu Amaimon sur mon chemin... », tu ne pouvais t’empêcher de penser à cela en regardant Asmodée en silence. Elle semblait dévouée à cet espèce de rongeur vert. Puis elle te répondit, et sa réponse t’arracha un petit sourire en coin. Elle ne serait plus aussi loin de lui s’il venait à Assiah, hm ? C’était une information intéressante, tu l’avouais, même si tu savais que rien ne disait qu’il allait venir, à ton grand regret. Cependant, tu conservas le silence pour continuer à l’écouter, curieux d’entendre la suite.

Tu ne fus pas déçu. Toutes les réponses de la démone te plaisaient, sans exception. Le fait qu’elle quitte la cour par ennui, qu’elle trouve les humains fort intéressants et divertissants… Tu serais totalement d’accord sur ces points en fait. Même sur le fait qu’elle les côtoie tous les jours, sous sa forme enfantine, et cette réponse fit naître en toi une petite idée que tu mettraCe is à exécution plus tard. Une douce vengeance pour viser une autre personne, uniquement pour la ridiculiser… A quel point tu étais tombé bas, Baël ? Bien trop bas, tu touchais vraiment le fond et tu n’avais pas l’air d’avoir envie de remonter la pente, au contraire. Tu ricanas quand tu vis s’afficher sur son visage une mine de dégoût, qui retroussait son nez de manière tout à fait adorable. Eh bien ? Tu la trouvais belle, ce n’était pas de ta faute si elle avait des mimiques plutôt adorables. Tu eus un sourire après t’être calmé pour réfléchir à ton tour quand elle te renvoya la question, qui était : quelle est la raison qui t’a poussé à revenir à Assiah ?


« La réponse est simple : Je ne supportais plus l’air du pays, et il fallait que je voyage. Assiah est suffisamment loin d’eux pour que je puisse me reposer tu vois, et rester zen. »

Ce n’était pas encore le moment de lui avouer ton but ultime. C’était encore trop tôt. Tu devais savoir à quel point elle était proche d’Amaimon. Cela t’embêtait de l’utiliser, car elle avait l’air sympathique sous ses airs de princesse peste, mais tu préférais connaître la personne avant de l’insulter ensuite, pour bien savoir à qui tu avais à faire. Tu eus un sourire un peu plus doux quand elle te regarda d’un air surpris. Visiblement, elle ne s’attendait pas à ce que tu lui poses cette question. A la bonne heure. Tu penchas la tête, avant de reposer les yeux sur le ciel étoilé, l’oeil à demi-fermé en attendant une éventuelle réponse. Tu lui laissais tout le loisir de réfléchir, tandis que tu balançais tranquillement tes jambes dans le vide à un rythme lent, tranquille. L’air souleva vos cheveux, tandis que tu perdis lentement ton sourire pour réfléchir. C’est de nouveau Asmodée qui te tira de tes pensées, en répondant. Tiens ? Elle avait une réponse plutôt étonnante à ton sens, et tu en fus agréablement surpris. La reconnaissance est primordiale, hein ? C’était une conception intéressante, que toi tu pouvais comprendre, mais ce n’était pas le cas de tout le monde. Selon elle, elle n’avait pas à se plaindre d’Amaimon. Surprenant, vraiment. Serait-il un bon Roi ? Non, ce n’est pas possible, c’est juste qu’en temps que second, elle ne va pas lui cracher dessus. Elle est bien trop respectueuse, cela se voyait.

« M’émanciper ? »

Tu butas sur ce mot un instant, avant de te redresser pour te mettre debout, les mains sur les hanches. Tu pourrais t’émanciper oui, mais ce ne serait pas à ton avantage, du moins pour le moment. Cela dit, tu éclatas de rire quand tu entendis Asmodée demander si Mephisto était ton Roi. Ce n’est pas la question en elle-même qui te faisais rire, c’est l’air de la démone en posant la question qui était tout bonnement hilarant. Il y avait longtemps que tu n’avais pas ri autant, et tu remercias la princesse intérieurement de t’accorder ces quelques secondes de profonde hilarité. Ce n’était pas marrant à la base, mais toi cela te faisait rire. Qui y avait-il de drôle ? Rien. Tu préférais en rire qu’en pleurer. T’étirant à t’en faire craquer les cervicales, tu marchas un peu sur le muret en croisant les mains derrière ta tête en réfléchissant à la question. Techniquement oui, c’était ton Roi. Techniquement, ce n’aurait pas dû être lui, mais qui pouvait le savoir ? Tu jouais trop bien la comédie et… Tu savais très bien te faire remarquer, comme oublier. La deuxième solution jouait énormément dans ton rôle. La discrétion, le fait de se faire oublier. Tu étais très bon à ce jeu. Tu pivotas pour poser ton œil restant sur Asmodée.

« Eh oui, Mephisto est mon Roi… C’est pour ça que je demandais comment était le tien. J’imagine que tu as de la chance de l’avoir... »

Tu marquas une pause, avant de te rapprocher pour t’accroupir à côté d’elle, t’accoudant sur tes genoux, de manière tout à fait normale. Tu avais pleins d’autres questions qui te venaient en tête. Tu voulais des informations sur le Roi de la Terre, et commencer par une discussion anodine de la sorte était la meilleure idée que tu pouvais avoir depuis un moment. Alors tu eus un sourire sympathique, comme si vous étiez deux amis en pleines retrouvailles, bien que vous ne soyez ni amis, ni dans des retrouvailles.

« J’aimerais savoir… Il est comment, ton Roi ? C’est un bon Roi ? », tu marquas une pause sans bouger, avant de soupirer. « Désolé, je pose beaucoup de questions mais quand on a un Roi aussi extravagant que ce clown de Mephisto, on réfléchit vachement… Si ça t’embête de répondre, alors ne répond pas. »

Tu ne voulais surtout pas la brusquer ni la forcer, sinon elle allait se braquer, te dire de la fermer et de t’occuper de tes oignons, avant de partir. Tu ne voulais pas ça. Pas avant d’avoir eu ce que tu voulais. La manière douce était une bonne manière pour commencer, et se prendre à parti pour avoir ce que l’on veut… C’est se donner toutes les chances de réussir. Si elle ne voulait pas répondre, tant pis, tu saurais détourner les questions. Enfin, elle se douterait certainement de quelque chose, mais en attendant, tu comptais glaner toutes les informations que tu pouvais. Tu n'allais pas faire fuir la seule personne assez proche du type que tu considères comme ton ennemi et qui pouvais te renseigner, tout de même.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Contenu sponsorisé
   
Contenu sponsorisé
          
       
              
              
       
Contenu sponsorisé
        Revenir en haut Aller en bas       
                                   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » La nuit, tous les chats sont gris - Acte I
       » La nuit, tous les chats sont gris...[pv A.M.E.]
       » La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
       » La nuit tous les chats sont gris...
       » La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Repère du Clown :: Place du belvédère-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: