Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
   

When the student meets the teacher ▬ Feat. Baël

   :: Soyons sérieux à présent :: Centre-ville :: Vieux quartier populaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
Aller à la page : 1, 2  Suivant
          
Renzô Shima
Étudiant en Seconde † Page
avatar
   
Messages : 108
¥ens : 197
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Fondateur


( www.) Le petit Rose ~ fiche
( www.) La bonne family ~ fiche de liens

( www.) (T)raining !
( www.) When the student meets the teacher.
( www.) Quand le bar vous appelle
( www.) First Steps

(www.) – Galerie de gifs et citations
Étudiant en Seconde † Page
          
Ven 3 Mar - 0:52
       



Oh, Hmmm des jolies filles ~
Feat. Baël & Renzô
Un oiseau s’élança devant la fenêtre de la salle, il le regarda avec inconscience. Nous étions quel jour ? Un jour de cours comme un autre, quoique… Aujourd’hui, tu n’avais que les cours gouvernementaux. C’était une journée de repos pour la Section exorcisme et cela te rendait chose, tu n’avais pas l’habitude de ces jours-ci. Heureusement qu’ils étaient rares ! Notre cher Rosé glandait un peu en cours pour ne pas changer, il regardait par la fenêtre comme à son habitude. Les gens qui marchaient, les oiseaux qui volaient, les souris qui se cachaient...Étrangement, tout ceci lui semblait nettement plus intéressant que le cours de… Peu importe ! Et oui, Renzô était capable d’oublier dans quel cours il était, comment faisait-il pour avoir des notes favorables ?... Vraiment !
La sonnerie sortit de ses trachées de cuivre pour vous informer que l’heure était passée, le professeur plia bagage et s’en alla pour un autre cours. Les camarades du Rosé en avaient profité pour se promener dans la salle, elle était immense, personne ne se bousculait. La richesse de la Croix-Vraie ne rigolait pas du tout avec ses infrastructures. Bon sang… Renzô tu dormais ? Idiot qu’avais-tu fait encore ? « J’ai voulu finir un épisode hentai avant de dormir ! ». Décidément, tu préférais faire passer ses besoins érogènes avant tes besoins vitaux. Sombre crétin de moine… Ah oui… les plaisirs comme ça, c’était normal dans votre religion, on se demandait pourquoi Ryûji et Konekomaru n’étaient pas comme ça eux. Au fait, c’était juste lui qui n’était pas tranquille et beaucoup trop au taquet avec ses testostérones… Lui et surement ses frères !
Bizarrement, personne ne l’avait dérangé et pourtant, il y avait de quoi en profiter. Sa tête était étalée sur sa table, le mec était à deux doigts de baver ! Il fallait croire que ses camarades avaient pris l’habitude de le voir dormir de temps à autre. C’était peut être même mieux… Du moins, pour les filles. Croyez-moi, s’il était réveillé, il aurait profité de cette interclasse, pour se « jeter » sur une jolie fille de sa classe. Renzô entendait les douces voix de ses jolies camarades, il dormait à moitié, mais il n’avait pas le courage de se redresser. A croire qu’il avait perdu la foi, cette bonne blague ! « Ne rigole pas, j’ai pas la volonté s’te plait. ». Par Satan ! Renzô était en fait blasé ?! Mais par quoi dites-moi ? Eh bien, il repensait à ce jour… Le jour où tout lui était tombé dessus, c’était un vrai Shima et ça, c’était dur de le supporter. Il était rare que Renzô se morfonde sur lui-même, mais il était humain, il avait des sentiments, il était normal qu’il ait ces phases-ci. Tu sentais ton sceptre se frotter à ton torax, tu avais cette sensation désagréable qu’elle s’enfonçait du plus profond de ton être. Tu aimais cette arme, mais sa signification était un lourd fardeau pour toi.

Les cours prirent fin, la journée scolaire était enfin terminée. En sortant du bâtiment, Renzô s’étira tel un tigre qui sortait de sa sieste. Il bailla était si fort, qu’il aurait pu se fendre la mâchoire en deux. Celle-ci se fit absente par la suite, le temps d’une dernière pensée négative. Le Rosé posa sa main au niveau de son cœur, là où était rangé le Khakkhara. C’était vraiment dur de devoir tout faire pour ne décevoir personne et pour Renzô, c’était horrible d’y penser tout le temps. Il essayait d’oublier, mais ce Khakkhara était là pour le rappeler à l’Ordre. Heureusement que son père n’était pas accro au téléphone, il aurait été capable de le harceler tous les jours pour lui rabâcher ses responsabilités envers le fils du Supérieur. Juzô et Kinzô en avaient, mais ils étaient trop occupés pour le faire chier… Du moins pas Kinzô, qui avait étrangement la pêche pour le massacrer, même en texto quoi ! Soudain, le cour des choses évolua, le paysage changea, le public également. Puis, il figea subitement ses lèvres en un sourire heureux et vicieux.
Tient donc, tu étais déjà passé à autre chose mon grand ? « Elles sont vachement jolies ! », murmura-t-il. Renzô était déjà loin de l’Académie, il avait marché pendant tout ce temps, il se trouvait dans les vieux quartiers. Je pense qu’il ne s’en était pas rendu compte, mais il avait inconsciemment suivi des filles qui étaient sorties au même moment que lui...Couché l’érection, pas bouger l’instinct sauvage ! Tu étais vraiment un cas, mon pauvre Renzô. Suivre des filles sans s’en rendre compte…. pure obsession. Heureusement que ce n’était pas des gamines de primaire…. Futur Pédophile ! Par réflèxe, Renzô se posta derrière un pilier.

« Bon sang, je vais passer pour un fou. Comment j’ai réussi mon coup cette fois ? Elles sont trop mignonnes ! »

Oui, ce garçon paniquait, mais il kiffait aussi… Ton cas était mort depuis ta naissance, petit « démon érotique ». J’espérais que tu n’allais pas tomber sur un de tes camarades exorcistes ou pires encore… Un de tes professeurs. Déjà que tu avais manqué de sérieux ce jour-ci, le mieux n’était pas qu’ils te trouvent dans cette situation. Séance matage !
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Nah ! Tu ne m’empêcheras pas de sortir avec une fille !


T.T.S. McKingdom
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Sam 4 Mar - 0:45
       



When the student meets the teacher
Baël & Renzô
Aujourd’hui, tu avais fait peur à des élèves. On dirait le début d’une Vie De Merde. Pourtant, c’est loin d’être le cas, car tu étais d’une bonne humeur assez inattendue et surtout impressionnante. Comme si rien ne pouvait entamer cette bonne humeur. Toi qui étais un éternel sadique, tu avais même plaisanté avec les élèves. L’un d’eux t’avait même demandé si tu étais malade, et pour lui prouver que tu allais bien, tu lui avais collé un devoir en plus. Il en fut rassuré. Cela ne te perturbait pas, même si tu te demandas après coup si c’était l’image que tu renvoyais de toi, le fait d’être toujours de mauvaise humeur, sadique, méchant… Sûrement hein, les chiens ne font pas des chats, c’est bien connu.

En fait, ce qui te mettait de bonne humeur, c’est qu’il pleuvait. Ca t’amusait de voir les gens trempés, attraper des futurs rhumes et j’en passe des vertes et des pas mûres. Il ne fallait pas chercher plus loin, tu étais content quand les gens souffraient. Décidément tu n’avais aucune once de gentillesse en toi, que du vice et de la méchanceté. Assez-t-il tout étant, tu étais parfois gentil. La preuve avec Freya. Il faut dire aussi que tu l’appréciais, tout simplement parce qu’elle était aussi sadique que toi niveau enseignement, et ça c’est bien. Elle est vraiment chic cette fille. On peut d’ailleurs se demander si tu ne te lie d’amitié uniquement avec les sadiques ou si ça t’arrivait d’avoir d’autres personnes dans ton répertoire d’amis. Tu réfléchis. Haru était sadique, Bel l’était aussi, Nishiki était vicieux… Tu fronças les sourcils à ce détail. C’est vrai ça. N’y avait-il pas des gens normaux qui t’appréciaient ou que tu appréciais ? L’un dans l’autre, tu avais envie de dire :
Aha nope. Tu devais être ailleurs, car tu entendis quelque chose, un bruit, ou plutôt une parole.

« Monsieur ? Vous savez ce que c’est un Métamorphe ? », demanda un élève.

Keskidit lui ? Non elle plutôt. Ah oui merde, tu étais en plein cours et te voilà à regarder dehors la pluie tomber, ton livre à la main même si tu n’en avais pas besoin à la base. Quoique, tu avais accepté de donner un cours aux non-exorcistes, alors c’était un cours d’histoire normal, pour remplacer un collègue absent, et comme tu étais le seul disponible, on t’avait pas trop laissé le choix. Tu te tournas vers la charmante demoiselle qui venait de te poser une question, avec un grand sourire aux lèvres.

« J’imagine que tu connais Harry Potter non ? Les Métamorphes, c’est comme l’Epouvantard. Si t’as peur d’une araignée géante, elle apparaîtra devant toi car ils prennent l’apparence des peurs de l’homme. »

Tu aimais énormément les analogies, parce que tu adorais les œuvres littéraires fantastiques de certains auteurs, et vu comment l’élève avait pâlit, tu imaginais sans mal qu’elle avait l’image d’une araignée de la taille d’une maison la poursuivre. L’image était amusante. Un autre élève leva la main à son tour, tu lui donnas la parole.

« Et vous monsieur, vous avez peur de quelque chose ? »

Tu penchas la tête en réfléchissant une minute. Avais-tu peur de quelque chose ? Mis à part les endroits clos (d’ailleurs en hiver les élèves râlent énormément parce que tu laisses une ou deux fenêtres ouvertes, avec pour seule excuse : Ca vous endurcira !). Tu avais peur qu’on découvre ton petit secret et que tu sois pourchassé. Tu avais peur de Mephisto. Parce que oui, il a beau être rose à froufrou, tu savais trèèèèèès bien qu’il pouvait te surpasser à tous les niveaux, donc vaut mieux pas trop l’énerver. Déjà tu prends d’énormes risques en voulant la place de son cher frère. Par extension, il faudrait que tu aies peur de Satan. Après tout lui c’était le père d’Amaimon. La famille hardcore en fait. T’as le père tyran cinglé qui fait peur, on a Lucifer, le génie, le poli, celui qu’il faut pas faire chier sous peine de souffrir et de regretter d’être venu au monde, on a Mephisto qui, malgré son air inconscient et un peu con, est terriblement flippant, en plus il parle allemand donc tu le soupçonnais d’être un nazi déguisé, et lui aussi faut pas l’emmerder. Après on a Amaimon, le plus faible des trois, un gamin qui MERITE PAS SA PLACE BORDEL DE MERDE. Ok zen, cool, tout baigne. Bon s’il était le Roi de la Terre, il en avait dans les bras, mais quand même. Putain. Puis on a Rin, et lui c’est une blague donc on s’en fout. Tu avais donc peur de toute cette famille, sauf de Rin. Ensuite, de quoi tu avais peur ? Un truc qui fasse pas stupide. Quoique, avoir peur de Satan c’est normal chez les humains. Ah oui, donc tu avais peur de la mort, tout simplement. Tu finis par hocher la tête en souriant.

« J’ai peur de rien voyons. »

Tu te demandas pendant trente secondes comment cette gamine pouvait connaître les Métamorphes alors que tu n’étais pas dans une classe d’exorciste. D’un coup, tu te demandas si elle aussi se demandait comment tu savais ça. Bah, après tout, c’est pas un crime de s’intéresser aux démons. Cela faisait de vous un être étrange sûrement, et peu fréquentable parce qu’on pourrait croire que vous êtes satanique. Bah tant pis, tu étais cultivé, voilà tout.

« Dites monsieur, votre nom, Winchester, c’est comme dans la série où ils se battent contre des démons et tout. Donc votre Métamorphe là, c’est un peu comme un Shapeshifter ? »

Tu hésitais entre te dire qu’ils étaient cons et qu’ils étaient VRAIMENT cons. Enfin il y avait un autre soucis. Ils avaient tous captés que tu tu semblais t’y connaître. Fait chier. Pourquoi tu avais accepté de remplacer l’autre con malade ? Parce qu’il ne t’avait pas laissé le choix, c’est vrai. Et meeeeeeerde. Bon, il fallait que tu feintes, et tu haussas les épaules en déposant ton livre. Heureusement que tu avais vu cette série. C’était amusant de les voir se battre contre des créatures. Ce qui t’avait le plus tué, c’est de voir Lucifer. Si l’autre blondinet voyait ça… Il serait content, ils se ressemblent. A cette pensée, tu eus un tout petit sourire. Ah. C’était si amusant.

« C’est exactement ça Billy. Non, Masaki. Et je sais que mon nom a la classe, mais je suis anglais donc c’est normal. »

La sonnerie retentit enfin. Ouf, sauvé par le bong. Être avec des petits humains normaux qui ne se contentaient que de séries était assez marrant au final, tu en apprenais des bonnes, comme maintenant d’ailleurs. En quittant la salle illico presto, tu te rendis compte qu’il ne pleuvait plus. Enfer et Damnation. Pourquoi tant de haine ? Tu fis la moue en quittant l’établissement. Il fallait que tu fasses le vide, ces petits démons t’avaient embrouillé, et tu étais parti trop loin dans tes raisonnements. Ce que tu avais envie de dire à Mephisto qu’il te faisait chier, dire à Amaimon d’aller crever, de balancer à tous les Rois d’aller se faire foutre… Donc tu ne tenais pas à la vie. Tu soupiras à cette pensée. Mais pourquoi tu ne pouvais pas être un démon lambda qui n’avait pas envie d’être Roi, juste un truc pour bouffer les humains, prendre possession de l’un d’eux, vivre et faire la fête, et te faire exorciser. Un bon compromis. Bah non, tu es toi. Être toi c’est fatiguant des fois. Voilà pourquoi tu enviais Bel par moment qui passait sa vie à dormir. Si seulement tu pouvais être aussi zen. Mais non, il fallait que tu sois nerveux, ambitieux et pleins d’autres trucs terminant par -ieux.

Il fallait que tu ailles voir quelqu’un dans les vieux quartiers, et profitant de l’air humide que tu adorais, tu te dirigeas tranquillement vers l’endroit convoité, en réfléchissant et faisant le point sur ta situation. Ce n’était pas bien glorieux pour le moment. Il fallait être patient, c’est la clé du succès. Tout vient à point à qui sait attendre. Après tout, avec toutes les malédictions, les incantations vaudous que tu faisais à Amaimon, il allait être maudit et il se ferait bouffer par son animal de compagnie là. Oh. Ce serait tellement bien. Tu souriais à cette idée.

Tu manquais vraiment de sommeil.

Tes pas te menèrent dans le vieux quartier, marchant à un rythme normal, quoique assez rapide parce que tu ne voulais pas traîner, histoire de ne pas voir un con sauvage apparaître d’un coup devant toi. Tu n’avais pas ton cosplay aujourd’hui, t’étant simplement contenté d’être habillé de nouveau tout en noir, avec ton cache-oeil blanc sur l’oeil, sans tes cornes, qui ressemblaient étonnamment aux vraies. Qui le savait, à part certains démons eux-même ? Donc on ne pouvait pas te reprocher d’être extravagant. Quoique les gens étaient capables de te demander si tu travaillais dans les pompes funèbres. Qu’ils sont cons sérieux. Tu soupiras, et en fourrant les mains dans tes poches, tu vis quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Tu eus un sourire en coin en t’approchant silencieusement.

Cette tignasse rose, cachée derrière un poteau qui observait des filles, ça ne pouvait être que Shima. Tu l’avais bien repéré lui, il avait l’air con mais au final pas tant que ça. C’en était étonnant d’ailleurs. Il était loin de l’Académie… Ou alors il avait suivit des filles jusque-là, et pour le coup, tu te dis qu’il était meilleur stalker que toi. Cette idée te fit presque rire, tandis que tu t’approchas pour poser une main sur son épaule sans prévenir.


« Ooooh, Shima-kun ! On vient apprendre sur le terrain ? »

Les filles s’étaient retournés, tu leur lanças un sourire charmant. Tu les entendis glousser, tandis qu’elles continuaient leur chemin et que toi tu te concentrais sur le Rosé en face de toi, tout sourire dehors. Vous n’étiez pas en cours, donc pas besoin d’être aussi formel que d’habitude.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Renzô Shima
Étudiant en Seconde † Page
avatar
   
Messages : 108
¥ens : 197
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Fondateur


( www.) Le petit Rose ~ fiche
( www.) La bonne family ~ fiche de liens

( www.) (T)raining !
( www.) When the student meets the teacher.
( www.) Quand le bar vous appelle
( www.) First Steps

(www.) – Galerie de gifs et citations
Étudiant en Seconde † Page
          
Dim 12 Mar - 16:46
       



Oh, Hmmm des jolies filles ~
Feat. Baël & Renzô
Le démon érotique en action, acte un, seconde prise, trois cent secondes les yeux ouverts. Renzô était toujours là, au même endroit, derrière le même pilier, à se rincer les yeux sur le même objectif. Oui, un objectif comme celui de l’appareil photo haute qualité made in Japan. Revenons à notre ….Renard ! Cela tombait fort bien, tu étais rose donc presque roux au final. Tu avais l’air d’un petit renard tranquillement posté en chasse, prêt à sauter sur ces ravissantes demoiselles qui discutaient entre elles. Leur voix était si mignonne, de quoi hypnotiser notre Rosé. Il fallait tout de même qu’il se bouge un peu, il passait réellement pour un mateur à se cacher de la sorte. Les passants, le regardaient en murmurant : « Quelque chose ne va pas chez lui ? Les jeunes de nos jours, tous des obsédés ! Oh, quel malotru ! ». Il les entendait bien ces remarques, Renzô avait eu la chance de ne pas avoir endommagé son ouïe comme « les jeunes de nos jours ». Certains diront que c’est blessant à entendre, d’autres diront qu’il le mérite. Mais honnêtement, qu’en avais-tu à foutre des « on dit » ? « Oh diable les commères! », je n’aurais pas pensé mieux. Elles étaient belles les commères, elles avaient de grandes gueules, mais elles n’assumaient même pas leurs propres faits.

Le hasard était contre Renzô, c’était indéniable. De toutes les heures qui passaient, il fallut qu’il arrive à ce moment-là. Tu étais si concentré dans ton « observation » que tu n’avais même pas pu entendre que des pas s’approchaient de toi. Alors, lorsqu’une main se posa sur notre Rosé, il sursauta comme s’il venait de voir un fantôme. En soi, c’était un peu le cas car, celui qui lui avait mis la main dessus était aussi pâle que la mort. Il  s’agissait d’un des personnages les plus incompréhensibles de l’Académie de la Croix-Vraie, rien n’était normal ici de toute évidence. Il suffisait de voir le Proviseur pour le comprendre, cette Académie sortait clairement de l’ordinaire. Cette voix, il put facilement la reconnaître. Il s’agissait  Monsieur Winchester, le professeur d’histoire. « Wow, il n’est pas comme d’habitude, il a eu un rendez-vous ou quoi ? ». Il était vrai que Michaël Winchester était connu pour ton style vestimentaire assez...Particulier. Heureusement que nous étions au Japon, sinon ça ne l’aurait pas du tout fait ailleurs… En France par exemple.
Bien joué Monsieur Winchester, grâce à lui Renzô s’était fait grillé. La honte ! Par contre ici, il était affecté. Entendre de si jolies filles se moquer de lui, mais quel gène infâme. Là ne l’avait pas empêché de lâcher un large sourire, il eut presque envie de pleurer. Quelle belle journée, tu n’étais vraiment pas dans la joie et cette situation qui avait si bien commencé, qu’elle se termina en cauchemar. Il était temps de porter ton attention sur ton bourreau, inutile de faire comme s’il n’était pas là.

« Et vous, Monsieur Winchester ? On dirait que les vêtements simples vous offre plus de chance. »

Pourquoi Renzô ? « Il vient de me griller, ma vie est finie, ma réputation ne va pas le supporter ! ». Soit, donc tu voulais la mort de Winchester ? Ah non, excusez-moi pour ces faux espoirs. Jamais Renzô ne l’aurait pensé, il n’aimait pas les confrontations. Mais il était vrai qu’à cet instant, notre Rosé aurait bien enfermé ce professeur dans un placard… On parlait de Renzô, pas de Rin, calmez-vous !  Plutôt que de le menacer de mort, se la jouer autrement était tout aussi amusant. Puis, Renzô n’osait pas vraiment ce professeur, tout comme il n’osait pas Monsieur Neuhaus. C’était des gens à problème, mieux valait ne pas trop les avoir sur le dos. Les jolies demoiselles venaient de s’en aller, l’observation avait été si courte et déjà fini. Mais tout bien pensé, c’était l’occasion parfaite pour réussir à enfin cerner ce personnage que pouvait être Monsieur Winchester. Tu affinas ton sourire qui s’adressa à ton nouvel interlocuteur.

« Mais dites-moi, vous avez des dons de charmeur. A moins que vous ne cachiez autre chose. »

Sous-entendus ? Sur l’instant, il fallait se le demander. Il venait de plisser les yeux comme s’il savait quelque chose. Pourtant, il n’y avait rien derrière, saleté de feinteur ! Renzô croisa ses doigts à l’arrière de sa tête pour un semblant de maintien. Ce vieux tic classe et inutile, voyez. Mine de rien, Winchester était bourré de mystère, on ne savait pas d’où il venait, il avait un nom d’Archange et pourtant, il n’avait rien d’angélique. Renzô le trouvait même plutôt diabolique… Un démon ?! C’était impossible voyons, il n’aurait pas pu s’aventurer dans l’Académie sans conséquences. Cette option ne l’avait pas du tout percuté et puis, s’il fallait penser comme ça, il était vraiment mal placé. Ce n’était pas de votre ressort, laissez tomber, oubliez ce que je venais de dire.
Quelque chose clochait, ton esprit n’était plus avec nous Renzô. Pourquoi je disais cela ? Eh bien, lisez… Lisez vraiment bien, ne vous faites pas de fausses idées, mais faites attention.  Je ne savais pas s’il en était conscient, mais Renzô s’emboita un pas, puis un autre et encore un autre. Il fit un quart de tour pour se poster non loin de l’épaule de Michaël Winchester, encore normal. Puis il baissa ses bras et mit ses mains dans ses poches à lui, pas de vol oh ! Oh et puis, finalement, il posa une main sur l’épaule de Winchester, mais décides toi nom de Dieu ! Son visage s’approcha de l’oreille de ce dernier et d’un murmure vicieux, il demanda :

« Je suis sûr que vous êtes doué pour ce genre de chose…  Donnez-moi vos tuyaux pour être un expert avec la gente Dame, s’il vous plaît ! »

Comment tout gâcher. A sa seconde phrase, Renzô s’était un peu éloigné pour s’esclaffer comme un désespéré. Il était pâle comme un fantôme et pourtant son sourire avait plu aux jeunes filles, ce mec avait un truc c’était obligé ! Et puis, il était professeur, pourquoi ne pas apporter un peu de son savoir à l’élève ? Bon, ce n’était pas de l’histoire comme en section exorcisme, mais c’était tout aussi mieux. Au moins, il pouvait être sûr que Renzô suivrait. « Tout pour vous les filles ! ».
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Nah ! Tu ne m’empêcheras pas de sortir avec une fille !


T.T.S. McKingdom
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Jeu 16 Mar - 16:19
       



When the student meets the teacher
Baël & Renzô
Voir sursauter le gamin aux cheveux roses était tellement satisfaisant que tu en fourras tes mains dans tes poches bien tranquillement en le regardant. C’est pas bien de stalker les gens. C’est bien pour ça que tu le faisais aussi, c’était tellement divertissant. Tu souriais, tandis que tu voyais la tête du plus jeune se décomposer. Visiblement tu lui avais pourri son groove… Mais ce n’était pas de cette façon qu’il allait réellement pouvoir draguer des filles. Les voir de loin n’était pas drôle, il fallait s’approcher, leur parler, les écouter, bref avoir du contact. Ce que ce gamin ne semblait pas encore comprendre. Soit il était terriblement stupide et préférait rester loin à baver, soit il était timide… Et vu son tempérament, tu optais pour la première solution. Tu penchas la tête en le regardant, quand il posa une question. Toi et tes vêtements simples… Tu ricanas en haussant les épaules.

« Vois-tu, je donnais cours à des élèves non-exorciste, et eux ne sont pas habitués à mon look décalé. »

Tu avais ce sourire plaqué sur ton visage, comme quelqu’un qui se sentait satisfait de la situation, alors que tu avais juste mit à découvert un adolescent regardant des jolies filles de loin. Ta journée ne serait pas perdue mais tu savais très bien que l’autre n’apprécierait pas. Pff, qu’est-ce que tu t’en fichais ? Il avait toute la vie devant lui, avec ses misérables 15 ans. Toi avec tes siècles d’existence, tu n’avais jamais réussi à garder une relation saine de plus d’une semaine, donc en plus d’enchaîner les conquêtes, tu étais désespérément seul. Heureusement que Mange-Copies était là pour t’accompagner, unis dans le célibat. Non tu ne faisais pas ça avec un chien, tu étais dérangé mais il y avait des limites à la folie. Bizarrement, même si tu ne semblais pas être un cadeau pour Shima, tu étais plutôt satisfait d’être là. Pourquoi tu traînais dans le coin déjà ? Bah, quelle importance ? Ca attendrait de toute façon. Le faire chier était une perspective tellement amusante que tu ne pouvais pas y résister. Tu te sentais comme un gamin quand tu étais avec des jeunes qui faisaient des trucs bizarres. Avouez-le, Renzô fait des choses étranges ici, du genre observer les filles de loin, tel le prédateur sexuel qui attend ses proies à un coin de rue… Et tu éclatas de rire sans raison. Imaginer Renzô en prédateur sexuel était tellement hilarant et original que tu n’avais pas pu t’en empêcher. Il n’y avait rien de drôle et le rose te prendrait sûrement pour un idiot à rire tout seul, mais tu n’avais que faire de l’avis d’un vermisseau dans son genre. Tu gardas ton sourire lorsqu’il te fit une remarque. Toi ? Avoir des dons de charmeurs ? Tu faisais de ton mieux après tout. Puis la suite te fit tiquer, même si tu ne relevas pas. Cacher autre chose ? Hm. C’était certainement un test. Il bluffait. Personne, excepté Mephisto, n’était au courant que tu es un démon, et jamais tu n’avais attaqué en présence d’un élève. La seule personne… Freya. Non, tu avais pris soin d’être discret à ce moment-là, elle n’aurait pas pu voir. Tu refusais de te l’avouer, mais ce morpion t’avait intrigué. Ce n’était qu’un foutu test, un foutu bluff, il ne savait rien. Au final tu haussas les épaules.

« J’avoue tout, je fais manger les copies à mon chien quand elles sont trop mauvaises, je les met dans sa nourriture et ça passe crème. »

Tu eus un petit sourire en coin. On aurait dit que tu te foutais de lui, alors que tu étais totalement sérieux. D’ailleurs tu n’avais pas pu emmener ton Shiba avec toi. Il attendait tristement chez toi que tu reviennes, sûrement en train de dormir sur ton lit pour se venger, et après avoir manger l’un de tes oreillers… Ou de tes cornes. Argh. Non, il n’avait pas le droit. Pourquoi tu pensais à ça ? Ce chien était tellement adorable que tu ne pourrais jamais lui faire de mal. Tu pouvais brûler des bébés phoques à Halloween pour Satan, mais tu ne toucherais jamais à Mange-Copies. Le rose se mit à l’aise quand il vint carrément poser sa main sur ton épaule pour te murmurer à l’oreille. Comme quoi tu étais doué pour ce genre de choses, puis lui donner tes tuyaux pour être un expert avec les filles. Il était vicieux. Tu l’étais encore plus que lui alors tu te retournas pour l’attraper par la taille et l’attirer vers toi. Tu avais vu qu’il s’était éloigné mais tu ne l’avais pas laissé partir, et tu le serras contre toi avec un grand sourire.

« Bien sûr que je suis doué avec ces choses-là, je peux même te montrer et passer immédiatement en pratique… »

Tu le lâchas en riant aux éclats. Tu étais persuadé qu’il n’était pas prêt et qu’il ne s’y attendait certainement pas. C’était tellement drôle. Tu lui souris largement en lui donnant une tape amicale dans l’épaule avant de remettre tes mains dans tes poches en le regardant. Il était amusant de perturber les humains, c’était bien plus drôle qu’avec les démons, parce que les démons sont pas marrants à tes yeux.

« Bien sûr que je peux te donner des tuyaux, mais tu sais je suis pas un expert en séduction… Je sais jouer de mon charme naturel seulement voyons. Ou alors c’est parce que je suis albinos et du coup ça passe encore plus que le rose. »

Tu eus un sourire moqueur en le regardant, mais rien de méchant. Tu n’avais pas de raison d’être ouvertement méchant avec lui actuellement, il voulait simplement des conseils pour draguer. Si c’est pas mignon. Tu étais d’humeur généreuse aussi aujourd’hui, donc tu n’étais pas contre lui donner lesdits conseils, et tu l’entraînas avec toi pour marcher un peu, et surtout trouver des filles à draguer sinon ça n’avait aucun intérêt. Tu te tournas vers lui en souriant.

« Au fait, comme je suis hyper sympa en réalité, tu peux m’appeler Mike en dehors des cours, c’est moins formel. »

Après tout tu préférais la proximité avec les gens, surtout en dehors des cours où tu détestais cette formalité, du genre les adultes supérieurs aux élèves et tout… Tu trouvais ça chiant. Même si en tant que Prince, tu es au-dessus de tout le monde, mais en-dessous de Mephisto. Un jour tu seras l’un des huit Baal, tu avais envie d’engloutir le monde dans tes ombres, pour qu’ils soient des marionnettes… Un dessein quasi irréalisable, mais tu étais patient. En attendant tu étais à Assiah, et tu expliquais à un gosse comment faire pour devenir un expert de la drague. Tu en étais réduit à là, malheureusement. Tu savais que ta patience allait payer un jour.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Renzô Shima
Étudiant en Seconde † Page
avatar
   
Messages : 108
¥ens : 197
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Fondateur


( www.) Le petit Rose ~ fiche
( www.) La bonne family ~ fiche de liens

( www.) (T)raining !
( www.) When the student meets the teacher.
( www.) Quand le bar vous appelle
( www.) First Steps

(www.) – Galerie de gifs et citations
Étudiant en Seconde † Page
          
Sam 18 Mar - 18:20
       



What the fuck Archange ?!
Feat. Baël & Renzô
« Eh bah mon vieux, ce prof’ est vraiment légendaire… ». Oh que oui, ce professeur était un cas de figure plutôt atypique. Ah ? On ne parlait pas d’une œuvre d’art ? Cela revenait au même non ? Comment Diable as-tu fait pour tenir sans lui ricaner au nez, Renzô ? Avouez que son interlocuteur avait des réponses, qui ne tenaient pas la route. Bon, la première était crédible, il était exorciste - mais d’où ? - certes, mais il était professeur avant tout. Il était donc légitime pour lui de faire un peu de remplacement, même pour les élèves lambda de l’Académie. Les filles qui n’étaient pas en section d’exorcisme étaient, de loin les plus adorables pour notre Rosé maintenant que j’y pense. En parlant d’élèves lambda, ils avaient dû être sans voix en voyant un type tout pâle avec des cheveux aussi blancs qu’un fantôme. N’oublions pas, que tes cheveux étaient roses. Renzô imaginait bien leur réaction, choqués puissance dix fois de plus que lui la première fois. En même temps, côté exorcisme, il fallait dire qu’il avait l’habitude du bizarre. Non, je ne citerais guère  Méphisto Phèles pour exemple. La première passait… Mais la seconde, elle était plus insultante que crédible. « Ok, ça je comprends mieux pourquoi on a pas de notes… », Oui mais non ! Depuis quand, avait-il un chien ce vampire ? Et puis, ce n’était pas du tout bon pour sa santé le pauvre petit. Sur l’instant, Renzô avait de quoi arquer, double-écarquiller et perdre ses yeux et ses sourcils.
A chaque réponse, un sourire encore et toujours. Michaël était nettement plus souriant que Renzô et surtout, réellement flippant. Nous ne vous cacherons rien, Renzô n’était pas du tout à l’aise face à son interlocuteur incolore. Il avait psychologiquement eu du mal à lui tenir tête et poser la main sur son épaule était suicidaire, il le savait fort bien. Pourtant, tu avais assumé et tu ne t’étais pas gêné pour lui demander de partager un peu de sa technique. « Oui, pour ces dames, je tenterais la mort », N’abusons pas non plus voyons.
Suicidaire tu étais, mais ça tu ne l’avais surtout pas prévu… Cette furtive situation n’était pas du tout à ton avantage et bon sang, tu ne t’y attendais vraiment pas ! Du tic au tac, Michaël chopa notre Rosé de façon extrêmement gênante… Mais vraiment ! « Bouddha tout puissant, sors-moi de là ! ». Renzô n’avait jamais été pris par la taille, alors il frissonna, parce qu’il était frustré voyons ! Michaël ne comptait pas le lâcher de suite et plus ses bras se resserraient, plus notre Rosé était à un fil du décès. Au moins, tu étais sûr que tu n’avais pas changé de bord avec tout les plaquages qu’on t’avais fait, tu te sentais comme malade, tes mains n’étaient pas si loin de ton visage. La sentence du décès, c’était ton cœur qui la causait. Ce dernier battait beaucoup trop vite, beaucoup trop fort. Le stresse, la peur, la frustration ? Tout ceci s’entremêlait, ce n’était vraiment pas une situation confortable.
Renzô n’avait pas remarqué que Michaël l’avait relâché, il s’en rendit compte lorsque ce dernier éclata de rire tel un vieux clown. Sur le coup, la pression retomba en moins de temps qu’il ne fallut pour le dire. Notre Rosé était passé du mec le plus étroit de la terre, au type qui avait la soudaine envie de vous balancer ses foudres dans le cul. Rassurez-vous, il n’était pas encore énervé, il était seulement un peu saoulé. C’était la honte en public tout de même ! La tape sur l’épaule t’électrifia littéralement, c’était bon, tu te méfiais à présent. Le professeur venait de te choper comme une fille, normal que le moindre geste te plaçait presto en méfiance. Renzô commença véritablement à se calmer, quand Monsieur Winchester mit ses mains dans ses poches et cette pensée lui vint : « En espérant, qu’il les tiendra loin de mon corps, je me porterais bien mieux ».
Finalement, Monsieur Winchester accepta sans problème et cette fois-ci, cette réponse était crédible. De là, Renzô afficha un sourire un peu irrité. Et voilà que la couleur de ses cheveux était de retour sur le tapis. Décidément, tes cheveux posaient problème mon cher. A moins, que ceci n’était que pure jalousie de ton entourage. Après tout, avoir des cheveux bruns qui devenaient naturellement rosés, ce n’était pas donné à tout le monde. Rosé n’était pas rose, il avait presque des reflets roux. La clinique du cheveu vous le dira, les cheveux rosés sont magnifiques.

« Ce n’est pas la modestie qui vous affame, dites-moi. »

Oh le vilain, voilà qu’il mangeait dans une fausse barbe. Il venait de marmonner ces dires de façon plutôt discrète, son interlocuteur ne devait pas y avoir prêté attention. Une nouvelle fois, ton instinct étrange avait agit pour toi. Tu n’avais pas remarqué que tu avais entamé une marche avec ton professeur, mais quel mouton ! Il semblerait que le cours allait commencer maintenant et sur-le-champ. Décidément, Monsieur Winchester était très vif. Cela lui arrivait de se fatiguer un peu ? Apparemment non.
Notre cher Rosé arqua à nouveau un sourcil, mais pour une question de formalité. Son vampire d’interlocuteur voulait qu’il l’appelle par son nom ou dirais-je plutôt, son diminutif...C’était assez imprévu, il était vrai que Renzô était facilement proche avec tout le monde, mais il gardait l’habitude de respecter un minimum ses aînés. Nommé son professeur par son nom était un peu irrespectueux à ses yeux, alors il se bloqua légèrement. Puis d’un sourire plus naturel que le précédent, il répondit:

« Je vais avoir du mal, mais ok Mons… Mike. Tant que j’y pense, d’où vous vient ce nom ? »

Pas du Japon en tout cas, mais il était vrai que cela intriguait notre Rosé. Il savait toujours qui venait d’où, un stalker en somme. Il savait pour Mademoiselle Brìsingar, il savait pour Kamiki, il savait aussi pour le jeune Yukio Okumura. Bon, il ne savait rien du tout pour Takara et l’autre encapuchonné, mais eux c’était autre chose.
Très vite, un autre questionnement lui vint en tête. Ca ne le concernait plus, mais autre chose oui. Renzô se demandait si Monsieur Winchester avait un style de femme en particulier, à moins qu’il ne soit bisexuel. L’apprenti exorciste s’électrifia de plus bel, sa situation précédente lui restait en travers de la gorge le pauvre, cette journée allait être dure à supporter. Il tenta tout de même le Diable et demanda :

« Vous avez tendance à draguer quelle catégorie en général ? »

C’était vague, mais moins risqué que de se voiler la face, tu savais que ça clochait plus fort que chez toi là-haut, mieux valait ne trop l’éveiller le vampire.
Tes yeux se fixèrent subitement sur une poitrine agréable à contempler, ils montèrent un peu pour y voir une dame… Mais merde Renzô, elle était vieille celle-ci ! Légèrement ridée certes, mais elle devait avoir la quarantaine voyons. Pourtant cela ne semblait pas du tout lui poser problème, il y voyait un bon côté et cela lui suffisait. Elle était bien vêtue et plutôt bien coiffé, mais elle n’était pas pour sa ligne de mire. Ce fut à ce moment-là que l’idée géniale d’envoyer Monsieur Winchester, lui vint à l’esprit. Croisant ses doigts à l’arrière de son crâne pour soutenir ce dernier, il eut le sourire plus large que celui d’un renard malin.

« Et si vous ne faisiez une démonstration de votre « charme naturel » auprès de cette belle Dame. »

Il était temps pour le maître d’apprendre à l’élève et si ça foirait…Il était toujours possible de trouver plus jeune et plus belle encore… Comme Kamiki !
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Nah ! Tu ne m’empêcheras pas de sortir avec une fille !


T.T.S. McKingdom
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Mer 22 Mar - 23:09
       



When the student meets the teacher
Baël & Renzô
Tu étais mort à l’intérieur. Mort dans le sens où tu te retenais tellement de rire que tout ton être tout entier était totalement déconnecté. Ce gamin passait par toutes les expressions faciales possibles et imaginables, mais c’était tellement drôle que tu devais prendre sur toi pour ne pas te ficher ouvertement de lui. Il fallait tellement que tu prennes sur toi pour ne pas partir en riant. Ce que tu pouvais faire ? Lui créer une mauvaise réputation. Tu étais assez bon pour ça, mais ça partirait vite en steak, et tu savais comment ça se passait quand quelqu’un avait mauvaise réputation. Cela se terminait toujours très mal. Combien de fois tu avais vu des jeunes se faire harceler, puis se donner la mort parce qu’ils ne le supportaient pas ? Trop de fois. Cela ne voulait pas dire que cela t’atteignait. Tu t’en foutais comme de l’an 40. Tu en avais détruit des réputations, surtout pour des gens qui osaient te faire un affront. Pour le moment, tu n’avais pas de raison d’en faire baver à Renzô. Tu t’amusais de voir que lui, il était définitivement hétéro’, vu comment il avait eut l’air de vouloir qu’on le tue à coup de Javel. Toi ? Cela ne te faisait ni chaud, ni froid. Pire, ça t’amusait.

En marchant, tu l’entendis dire que ce n’était pas la modestie qui t’étouffait. Tu haussas un sourcil ? A quel moment tu semblais modeste ? Oh ce devait être cette douce ironie que tu adorais tant. Alors tu te contentas de sourire. Comme si c’était ce cafard qui allait te faire sentir mal. Pour toi, les humains n’étaient que de vulgaires insectes… Des fourmis travailleuses pour être exact, pas vraiment des cafards du coup. Quoique, c’est pareil, c’est moche et répugnant. Tu tournas la tête vers Renzô en marchant. Il avait l’air réticent de t’appeler Mike. Hm, c’est vrai que tu étais son professeur. Toi c’était le contraire, tu n’aimais pas les choses formelles. Voilà pourquoi tu appelais Mephisto « Sale clown », alors que lui il est Roi. Rien que ça tu vois. Cela dit, tu ne respectes  absolument pas Amaimon. Il fallait que tu fasses gaffe, ses grands frères sont Mephisto et Lucifer, RIEN QUE CA. Non mais allô quoi. Ok plus jamais. En regardant le Rosé, tu te dis qu’il avait vraiment un balais coincé dans le cul, et cela te rassuras lorsque tu le vis se détendre enfin et faire un sourire naturel, et non pas crispé comme s’il avait la diarrhée. Heureusement que tu ne faisais pas la tronche parce que toi tu pourrais avec ton côté gothique étrange, alors que tu étais juste métaleux sur les bords. Tu hochas la tête lorsque tu l’entendis dire qu’il allait avoir du mal, mais qu’il acceptait. Tant mieux. « Monsieur Winchester », c’était long, c’était chiant, Winchester c’était déjà très long, comme ta raquette de tennis, tout à fait. Puis tu t’étiras.


« Ca vient d’Europe. Mes parents étaient religieux. Ils voulaient m’appeler Satan ou Lucifer à cause de mes cheveux blancs, mais ils ont pas voulu à la mairie, du coup ils m’ont donné Michaël comme nom, et comme Michaël Winchester c’est juste hyper long, je préfère Mike. »

En répondant à la question, tu te demandas si un jour tu pourrais être sérieux cinq minutes. A croire que tu te comportais comme un gamin et tu étais pire qu’Amaimon. Argh non. Tu ne voulais pas être pire que lui, ni comparé, ni quoi que ce soit. Jamais. C’est dur la vie bordel, surtout quand on vit longtemps. Trop longtemps même. Tu laissas échapper un soupir presque dramatique.

« Je sais qu’il ne faut pas plaisanter avec ces noms, mais bon… Ils étaient du genre à croire que les albinos sont l’engeance de Satan, de même que les gauchers et les roux, qui eux en plus n’auraient pas d’âme, c’est une histoire vraie. »

C’est ton mensonge qui est vrai en revanche, car cette histoire… Bien que crédible, puisque tu avais entendu un roux le dire un jour, était fausse. Les joies du mensonge. Un jour tu te perdras dans tes propres paroles, tu serais comme le petit garçon qui criait au loup. A force de mentir, plus personne ne le croyait. Néanmoins, si on ne savait pas que tu mentais, alors il n’y avait pas de souci. C’était tellement vicelard comme système en y repensant bien, mais tu ne pouvais pas faire autrement. C’était ta façon de penser, et elle te plaisait, alors pourquoi tu changerais ? Renzô et toi marchiez lentement dans la rue sur les pavés mouillés et rendus glissants par la pluie. Décidément, tu adorais ce temps. Tu aimais les odeurs associées à la pluie, tu étais nettement plus souriant un jour pluvieux qu’un jour ensoleillé. De nouveau il te posa une question. Quelles personnes tu draguais ? La réponse était toute trouvée.

« Les hommes et les femmes que je trouve à mon goût. Mais rassure-toi gamin, toi t’es loin d’être mon genre, et en plus t’es trop jeune. »

Tu étais tordu, pervers, sadique et j’en passe, tu avais des limites concernant la sexualité, et tu ne visais que les adultes de ton âge, ou semblant plus vieux que toi. Moins de vingt ans, c’est pas possible, plutôt mourir, déjà d’une tu trouvais ça ignoble, puis tu refusais de jouer dans cette catégorie. Après, si on veut être très pointilleux, avec tes siècles d’existence, tous ces humains sont juste des bébés. Ouais, tu préfères éviter d’y penser. Par contre, rien ne t’empêchait de faire des blagues comme tu avais fait à Renzô. Ce n’était pas sérieux et tu n’avais pas d’arrières pensées. Pour une fois, certes. Tu n’étais pas toi si tu ne faisais pas ce genre de blagues aussi ! Qu’est-ce que tu peux être irrécupérable quand tu voulais. Tu riais de ta propre bêtise. Tiens, en y repensant bien, c’est vrai que tu es quelqu’un d’extrêmement positif. Cela te traversa l’esprit. Tu riais souvent, tu souriais tout le temps. Pour quelqu’un comme toi qui n’était qu’une ombre au final… Oh et puis merde, tu n’en avais aucune idée, ça te fatiguait d’être toi, alors tu étais quelqu’un d’autre. Cela devait être ça. Il y avait Baël, il y avait Mike. Tu étais Mike depuis plusieurs années déjà. C’était fatiguant. Pourquoi tu y pensais ?

Tu remercias intérieurement le Rosé qui te sortit de tes pensées bien trop compliquées à ton goût, et ton regard se tourna vers la femme que le plus jeune venait de remarquer. Ce n’était pas des yeux qu’il avait, mais des radars. Une femme d’une quarantaine d’années, pas trop vilaine, bien habillée, promenant un petit chihuahua des familles. Tu haussas un sourcil. Le gamin voulait une démonstration avec cette dame-là. Pourquoi elle et pas une autre ? C’était gênant. M’enfin, tu relevais quand même le défi et tu refusais de te défiler, donc tu haussas les épaules en souriant.


« Okay. »

Heureusement que tu étais bien habillé. Tes vêtements noirs de gothique/métaleux faisait fuir les gens plutôt « normaux » comme cette femme. Donc tu t’avanças vers elle naturellement, son chihuahua aboya après toi et tu haussas un sourcil. Il sentait que tu n’étais pas humain, cette sale bête ?

« Veuillez l’excuser… il est gentil en temps normal. », lança la femme.

« Aucun soucis, j’adore les animaux. Moi-même j’ai un Shiba Inu, c’est peut-être pour ça qu’il aboie. », tu t’accroupis pour caresser le petit chien en souriant.

« Je tiens un salon canin, où les maîtres peuvent venir déposer leurs compagnons, si cela vous intéresse... »

« Michaël. »

« Michaël. N’hésitez pas à passer surtout. », en même temps qu’elle te disait ça, elle te glissa un papier dans la main lorsqu’elle te la serra doucement.

« Je n’y manquerais pas. », tu lui souris.

Elle te fit un clin d’oeil. Houlà, c’était gênant, mais tant pis, cela faisait parti du jeu. Elle devait être du genre à prendre des mecs plus jeunes qu’elle, comme toi… Ou alors plus jeune, mais ça c’était extrêmement gênant. Tu ne voulais pas savoir en fait. Tu lui souris alors qu’elle reprend son chemin, et tu retournas vers Renzô en lui tendant le papier avec un numéro et une adresse.

« Convaincu ? »

Tu étais bien content. Parfois tu te prenais de gros râteaux, avec une claque en prime. Pourtant tu restais courtois, poli, bref un véritable gentleman. Enfin ça, ce n’était qu’avec les filles. Les mecs quand ils essayaient de te fracasser parce que tu vas aller en draguer un, c’est toi qui les met minables. Tu ne frappais pas les filles parce qu’elles pouvaient aller porter plainte et ça n’en finirait jamais. Entre mec c’est un peu plus normal de se taper dessus. Tu fourras le papier dans ta poche. Tu l’oublierais certainement et tu le retrouverais d’ici une semaine ou deux. Là n’était pas la question. Tu cherchas une jolie fille des yeux, et tu souris en voyant deux filles, deux adolescentes, l’une de l’âge de Renzô et l’autre qui devait avoir vingt ans, en train de siroter un verre. Sûrement des sœurs. Tu entraînas le Rosé avec toi dans ce café pour aller t’installer avec lui à une table, à un endroit où tu pourrais observer ton élève, et être prêt à intervenir en cas de besoin… A part si tu voulais le voir s’enfoncer plus bas que terre. Tu souris au gamin.

« Allez Don Juan, c’est à toi de me montrer ce que tu as dans le ventre. Bon courage ! »

Tu commandas même une boisson pour la siroter, histoire d’apprécier le spectacle.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Renzô Shima
Étudiant en Seconde † Page
avatar
   
Messages : 108
¥ens : 197
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Fondateur


( www.) Le petit Rose ~ fiche
( www.) La bonne family ~ fiche de liens

( www.) (T)raining !
( www.) When the student meets the teacher.
( www.) Quand le bar vous appelle
( www.) First Steps

(www.) – Galerie de gifs et citations
Étudiant en Seconde † Page
          
Mer 29 Mar - 14:56
       



Oh, Hmmm des jolies filles ~
Feat. Baël & Renzô
Plus ça allait, plus Renzô se sentait à l’étroit… Je vous arrête tout de suite, on ne pense pas pareil, calmez-vous ! Et si nous revenions un peu en arrière, lorsque notre cher Rosé se demandait d’où venait le nom de Monsieur Winchester alias Mike. Ce nom lui venait d’Europe, était-il donc européen ? « Ses parents auraient pu gâcher toute son existence ! ». Satan...Lucifer… Même pour des religieux, il fallait avouer que ceci était un peu radical. Avait-il eu une enfance difficile ? Ce fut ce que tu te demandais au fond, mais tu haussais un sourcil, tu n’osais pas demander cela. Après tout, ce n’était pas ton problème. De plus, ça ne se faisait pas, peut-être portait-il un fardeau aussi lourd que le tien. Attention, il ne fallait pas que la pression des Shima remonte, ce n’était pas le moment du tout.
Renzô entendit son professeur lâcher un soupir, avant de parler de plus bel. Étrangement, Renzô en apprenait des vertes et des moins mûres même quand il n’était pas en cours. Les albinos étaient considérés tel des engeances de Satan, tout comme les gauchers et les roux...Les roux ?! Sur l’instant, il venait de lever durement son regard vers les quelques petites mèches de cheveux qui pendaient  au-dessus de son front. Bien qu’ils pouvaient être de couleur roses pour certains, Renzô savait pertinemment que ce n’était pas le cas. Ses cheveux étaient bel et bien châtains voire même roux, avec une pointe de rose. En clair, s’il était en Europe, les gens lui auraient peut être fait la peau. Rien que d’y penser, notre Rosé était fort bien heureux de naître japonais et brun avant tout. Il fallait vraiment que l’on comprenne comment ces derniers avaient fait pour changer de couleur, sans aucuns produits. Que cachais-tu sur la nature de tes cheveux Renzô ? Et si tu avais été roux, aurais-tu aimé les femmes à ce point-là ? Peut-être aurais-tu été sanglant et froid ! « Oh, c’est des préjugés ça, faut arrêter un peu cocotte ! »
La nature de son nom ne fut pas grand-chose... A côté de cette révélation sur l’orientation de Monsieur Winchester et là, croyez-le que Renzô manqua de tomber. Bon sang, cette scène extrêmement gênant refit surface. Le professeur aurait pu le trouver à son goût, le Rosé s'électrifia encore et toujours. Heureusement pour lui, il ne répondait pas aux critères du professeur, mais tout de même !

Les choses sérieuses allaient commencer, le « maître » allait enfin dévoiler son « art de la drague », bien qu’il ait un peu fait le mou. Une dame d’une quarantaine d’années, c’était un peu dur  tout de même, ne pensais-tu guère Renzô ? « Du moment qu’il n’est pas affreuse, c’est une bonne conquête non ? », si c’était là ce que tu pensais. Tes yeux suivirent l’artiste en pleine action, puis tes oreilles se tendirent. L’on pouvait entendre les aboiements assourdissants d’un chien de taille pinceau cassable, ce mini truc originaire du Mexique là… Le Chihuahua ! Renzô, n’aimait pas spécialement les chiens, il ne les détestait pas non plus, mais il ne s’imaginait pas en avoir un. Peut être un chien plus gros lui donnerait envie, mais ce mini-machin était à pleurer.
Renzô n’arrivait guère à suivre la conversation, mais il distinguait parfaitement les deux visages. Il entendait « canin » par-ci, « Michaël » par-là… « C’est le nom entier du prof’ ?! Et le nom d’un Archange en plus ! ». Si notre fils de moine bouddhiste se heurta sur le véritable prénom de Monsieur Winchester, c’est parce qu’il avait mal digéré le détail. Il n’avait rien d’un Ange, ses parents auraient dû lui donner un nom de Démon. C’était malveillant de le penser, mais de là à donner un nom aussi sacré que celui-ci à une dite « engeance de Satan », c’était le comble de l’ironie. Bien joué, les Européens, vous saviez vous contredire.
Monsieur Winchester revint à Renzô, petit numéro de téléphone sur un papier. Ce dernier arqua un sourcil en passant une main devant sa bouche, il était doué le vieux. Renzô fut assez surpris, il pensait qu’avec sa dégaine de vampire, il passerait à la trappe et se ferait recaler. A tous les coups, le mot « canin » qu’il avait pu entendre y était pour quelque chose. Après tout, il semblait que Monsieur Winchester avait également un chien… Mangeur de copies certes.
Cette fois-ci tu étais conscient, tu te sentis entrainer vers un café. Au départ, tu ne te sentais pas très rassuré, tu ne savais pas ce qu’il se passait. Pourquoi cette soudaine envie de se rendre dans un café, avec une terrasse à l’extérieur tient. Soudain, une flèche perça son torse. C’était la flèche invisible de « l’amour », celle qui déclarait qu’il y avait une belle donzelle en vue… Une minute, les flèches étaient pour les coups de cœur crétin ! Visiblement, notre Rosé venait d’être attiré. Cela tombait à pic, Monsieur Winchester avait justement prévu le coup. Ce dernier venait tout juste de s’installer à une table, histoire de le surveiller. C’était au tour de notre grand charmeur de faire ses preuves.
Il était temps pour le jeune homme, de race Don Juan d’aller à la chasse aux jolies demoiselles. Renzô posa alors son sac sur une chaise qui se trouvait autour de la table, il redressa sa chemise et déclara :

« Je ne vous décevrais pas Monsieur l’Archange ! »

Qu..Quoi ?! Ok, alors toi ton cerveau réfléchissait du tac au tac sans que je ne puisse m’en rendre compte ? Soit, mais pas sûr que Winchester le digère. Emettant son plus beau sourire, Renzô s’avança en direction des deux jeunes filles. Il n’eut pas beaucoup de temps pour réfléchir à ce qu’il allait dire, mais il faisait confiance à son instinct de grand Dragueur. Number one : analyser ! Une  des filles semblait être du même âge que lui, plutôt chouquette. L’autre devait être un peu plus âgée. Number two : la petite approche : Ni trop assuré ni trop timide, il finit par se poster avec délicatesse devant ces demoiselles. D’un faux air gêné, il fit un coucou de la main et se lança :

« Salut les filles, je passais dans le coin et je n’ai pas pu résister à la vue de vos charmants visages. » C’était nul !
« Euh… Merci c’est  gentil. Tu es de l’Académie toi aussi ? » Demanda la plus âgée.
« Ne sois pas trop gentille avec lui, il fait le sympa mais c’est un gros pervers. » Affirma la plus jeune.

Ca commençait bien, en voilà une qui avait entendu parler de toi. Que fallait-il faire ? Parler à la plus âgée et ne pas faire attention à l’autre ou, te creuser la tête pour savoir si tu connaissais déjà la plus jeune. Il était clair que si tu avais eu une histoire – même courte – avec cette dernière, l’opération serait ratée.  Baissant légèrement la tête, notre cher Rosé eut le déclic : leur offrir une tournée !

« Vous permettez que je vous offre une tournée mesdemoiselles ? Cette offre ça ne se refuse pas voyons. »

Ah, la fameuse carte du verre offert, bien joué Renzô. Il avait eu une petite ouverture en vue de cette généreuse offre, les filles n’avaient pas hésité une seconde. La plus grande lui proposa de prendre place à côté d’elle, alors Renzô ne se fit pas prier pour venir s’installer. Souriant, il interpela un serveur pour passer commande. Chose promise, chose à venir !
Tu profitas de cet instant de silence pour poser tes yeux sur celle qui avait ton âge et visiblement, ta mémoire extrême sur tes belles rencontres, te confirma que tu ne l’avais pas encore croisé. Celle-ci avait surement dû entendre des rumeurs après tout, tu t’entendais avec presque toute la partie Seconde. Number three : les centres d’intérêt, il était temps de jouer les mecs intéressés. Pour notre cher Rosé, ça n’allait pas être de la comédie… Il s’intéressait vraiment à ce genre de chose.  Vicieux jusqu’au bout…  «  Non, juste attentif aux besoins des filles ! ». Soit !

«  Tu étais au courant, le prochain Disney sortira la semaine prochaine. J’ai trop hâte ! »
« Oh oui ! Et puis, les nouveaux personnages sont si mignons ! Mais je ne sais pas trop si je pourrais aller le voir. »

« J’ai adoré le dernier Disney, le robot guimauve était si attachant ! Mes amis n’aiment pas trop ce genre de film, je risque d’aller le voir seul… »

Le cinéma, très bon centre d’intérêt. Heureusement que notre dragueur rose n’avait pas de choix pointilleux au niveau des films, il était plutôt facile pour ça. En écoutant les jeunes filles parler du prochain film de chez Disney Studios, il ne put s’empêcher de s’y mêler. Il avait poussé un soupir non voulu lorsqu’il eut fini sa phrase, ses potes préféraient les films plus documentaires, les polars mais non aux films d’animation. Ce qu’ils pouvaient être coincés ces petits chefs de familles ! Au mot « seul », les filles croisèrent leur regard tandis que Renzô entama une légère dépression. Les verres furent apportés, tu payas l’addition avant d’avoir la soudaine envie de partir. C’est là, que l’inattendu arriva !
La plus jeune intercepta la main du Rosé alors, ce dernier orienta son regard surpris vers un sourire des plus imprévus. « Si tu veux, on ira ensemble. Seulement si c’est toi qui m’invite. », affirma-t-elle. L’information avait mis du temps avant de s’imprégner dans son cerveau, un sourire s’afficha à deux à l’heure, puis un « oui » des plus enthousiasmes résonna.

Quelques minutes plus tard, Renzô finit par rejoindre la table où se trouvait Monsieur Winchester. C’était un sourire de crétin fini qui ne pouvait plus s’effacer, peut être qu’il était vraiment idiot. Les filles avaient proposé un rendez-vous… Moi je dis qu’elles avaient surtout besoin d’être invitées et de se sentir convoitées.  Tout ceci, tu t’en étais déjà douté et pourtant, tu faisais comme-ci. Soudain, lorsqu’il prit place à la table, son sourire se brisa aussi vite que la foudre.

« Je pense pas que je vais y aller, je le sens mal ! »

Ce changement soudain n'allait pas être simple à expliquer...
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Nah ! Tu ne m’empêcheras pas de sortir avec une fille !


T.T.S. McKingdom
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Sam 15 Avr - 15:59
       



When the student meets the teacher
Baël & Renzô
Tu arquas un sourcil quand, suite à l’avoir limite poussé à aller voir les filles, t’appela « Monsieur l’Archange ». Pourquoi Archange ? Tu réfléchis, puis tu manquas d’éclater de rire. Ton prénom. Michaël, Michel en bon français de merde, qui veut dire « Semblable à Dieu » en hébreu. C’est tellement ironique, que c’en devenait très drôle au final. Ah oui, tu ne pouvais pas plus troller les humains qu’avec ce nom. Le plus drôle, c’aurait été que ce soit Satan qui utilise ce nom. Là on tombait dans le comble de l’ironie. Mais tu t’en amusais tout de même très bien. Alors tu te contentas ensuite d’observer ton élève à l’oeuvre, qui s’attaquait non pas à une mais à deux demoiselles. S’il n’arrivait pas avec l’une, il aurait bien une touche avec l’autre, sinon ce serait vraiment triste et tu ne pourrais plus rien pour le rosé. En l’observant, tu jetais des boulettes de ta serviette en papier sur les autres clients en sifflotant, pour tuer le temps.

Certains te voyaient faire, tu leur répondais pas un sourire avant de continuer, tel le chieur que tu étais. Quoi ? Tu t’ennuyais, il fallait bien que tu tues ton ennui le temps que Renzô revienne. Puis tu te balanças sur ta chaise tranquillement. Tu n’étais pas si loin des trois jeunes qui discutaient, tu entendais vaguement ce qu’ils racontaient. Ca parlait de film en gros, tu ne t’y intéressas pas plus en fait, mais tu souris. Pas mal le coup du ciné, tu l’avouais. Tu les observas en sirotant ce que tu avais commandé, pour une fois que tu pouvais observer un gamin tester ses techniques de drague sans qu’on ne te dise rien, tu n’allais certainement pas t’en priver. Tu manquas d’ailleurs de tomber à la renverse en te balançant trop fort, et tu soupiras en râlant légèrement, sous le léger rire des filles à côté de toi. Tu leur offris un sourire en coin, même si clairement elles se moquaient de toi, histoire de garder son calme. Tendre naïveté. Tu reportas ton attention sur Renzô, qui revient finalement vers toi avec un grand sourire après un long moment. Ça, ça voulait certainement dire qu’il avait réussi son coup.


« Alors ? »

Tu haussas un sourcil quand il perdit son sourire pour prendre une tête de condamné à mort, alors qu’il s’affala à sa place. Tu sirotas ta boisson en mâchouillant ta paille, en l’écoutant dire qu’il n’irait peut-être pas au final, et tu levas les yeux (enfin ton œil) au ciel. Il avait l’air si content et maintenant, il était au bord de la dépression. Comment pouvait-on changer d’attitude aussi rapidement quand on a à peine quinze ans et qu’on est un simple humain ? Mec, on dirait que tu vas te pendre. C’est pas possible ! Tu éloignas ton verre en le regardant gravement.

« Ok, raconte il s’est passé quoi ? »

De professeur, tu passes au statut de presque ami de Renzô en lui demandant des détails alors que t’es juste vieux en fait, et que les querelles d’adolescents ne sont plus de ton âge depuis bien longtemps ! Tant pis, tu avais envie de savoir. Renzô mérite de sortir avec une fille, après tout on fini bien par trouver quelqu’un un jour. Certes, l’adolescent a encore toute sa vie devant lui donc c’est pas un souci. Son seul souci, c’est d’être trop impatient. Lui il sera un sacré dragueur plus tard, enchaînant sûrement les relations sans lendemain, et ainsi de suite, profitant simplement de la vie. Il n’y avait aucun mal à faire ça, tu n’allais pas être celui qui allait juger la façon de vivre des autres vu comment tu étais. Donc tu observas Renzô, puis les deux filles toujours assises à leur table, lançant des coups d’oeil régulier au rosé, et tu eus un petit sourire en coin en reportant ton attention sur l’adolescent.

« Bah alors Don Juan, on a du succès et on assume pas après ? Les filles te regardent de temps en temps. T’as l’air de plaire à la plus âgée tu sais. La jeune elle, semble méfiante mais l’autre glousse stupidement. C’est bon signe. »

Tu avais envie de le rassurer, il semblait déjà perdu. C’est compliqué un adolescent sérieux, heureusement que tu n’avais pas de gosses, sinon ce seraient eux qui te tueraient en réalité. Quoique, avec la classe que tu avais, c’était tout comme après tout. Tu poussas un soupir en reprenant ta paille pour la mâchouiller pensivement, puis secouer la tête négativement en frappant l’arrière du crâne du rosé.

« C’est pas avec cette attitude de loser que tu vas y arriver avec les filles dans la vie. Ok elles aiment les mecs sensibles et tout, mais là t’as juste l’air fragile, donc tu le veux ce rendez-vous oui ou non ? Parce que des opportunités comme ça, t’en auras pas énormément je te préviens, à moins de très bien t’y prendre à chaque fois mais ça c’est toi qui vois. »

Tu détestais les types qui se défilaient devant un obstacle quelconque, qui fuyaient pour un oui ou pour un non. C’était une preuve de lâcheté pour toi. Tu commences un truc, tu termines même si t’es dans la merde ou que t’as honte, c’est une règle de base ! Tu n’allais pas forcer Renzô pour autant à y aller si jamais il n’avait plus les balls pour le faire, enfin toi ça te gaverait d’avoir gâché du temps pour qu’il se défile. Encore qu’il se prenne un râteau, d’accord, il est nul et tu passes à autre chose, mais là il avait réussi son coup ! C’est ça le pire ! Pourquoi il laissait passer sa chance ? Tu avouais que cela t’échappait. Tu ne savais pas pourquoi, et ça t’intriguait. Tu avais envie de savoir, et t’allais pas le lâcher avant qu’il te dise le pourquoi du comment.

« T’as peur d’avoir un rendez-vous alors que c’est ça que tu veux depuis le début ? »

Les humains sont si compliqués, pourquoi se compliquer la vie alors qu’on peut la simplifier à mort en prenant son courage à deux mains, et en assumant ses actes ? Tu regardais Renzô, attendant les réponses à toutes tes interrogations.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Renzô Shima
Étudiant en Seconde † Page
avatar
   
Messages : 108
¥ens : 197
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Fondateur


( www.) Le petit Rose ~ fiche
( www.) La bonne family ~ fiche de liens

( www.) (T)raining !
( www.) When the student meets the teacher.
( www.) Quand le bar vous appelle
( www.) First Steps

(www.) – Galerie de gifs et citations
Étudiant en Seconde † Page
          
Dim 16 Avr - 2:37
       



Oh, Hmmm des jolies filles ~
Feat. Baël & Renzô
Renzô, Renzô, Renzô… Comment pouvait-on dire que parfois, même nous nous avions du mal à te cerner. Tu avais eu toutes les cartes entre tes mains, la chance était encore à ta portée. Il fallait l’avouer, tu n’étais pas mal du tout comme garçon et même-ci tu avais cette « petite » perversité, ce n’était pas un crime. Alors pourquoi ?! « Je n’aime pas les lapins… », Tout s’expliquait ! Ou presque … Notre cher Rosé avait peur qu’on lui pose un lapin ! C’était une chose, mais si les demoiselles se décidaient à venir au rendez-vous...Celui qui aura posé le lapin ne sera autre que Renzô et croyez-le, il allait en entendre parler.
Il entendait les paroles de son professeur qui tournoyaient dans son esprit, la moitié ressortait avec fougue par une oreille. Don juan ? Ah oui, c’était bien sa catégorie. On ne devrait pas dire de lui qu’il est humain, mais plutôt Don juan l’espèce spéciale ! Comme dit plus haut, Renzô était plutôt beau garçon, il avait du succès certes… Il prenait également beaucoup de râteaux et il savait très bien pourquoi. Parfois un garçon un peu trop attentionné pouvait en effrayer plus d’une, les filles avaient tendance à favoriser les garçons arrogants et désagréables...Du moins, les japonaises en général.

« Peut-être bien… »

Bon signe ? Sans doute, il répondit inconsciemment. Renzô était un peu entre deux mondes, il écoutait Monsieur Winchester de vague manière. Il avait tout de même remarqué le sourire de ce dernier qui ne manqua pas de le surprendre. C’était peut-être un véritable Archange et de cette pensée, un sourcil se fronça. Il ne fallait pas oublier que ce professeur était sournois, il faisait bouffer ses copies à son chien, vraiment ! Tu te pris une tape sévère à l’arrière de ton crâne, ce qui te fit naturellement baisser la tête. Bon sang, il y avait mis du cœur le vieux, on avait l’impression de voir un père et son fils à présent.
Tandis que monsieur Winchester reprit la parole, Renzô frotta l’arrière de son crâne. C’était plutôt douloureux sur le coup, heureusement qu’il était solide le petit Rosé. Le mot « fragile » heurta fortement contre la tête du Rosé… Lui ?! Il avait l’air fragile ?! « Ok, je lâche vite, mais je ne suis pas fragile bordel ! ». Ce discours là n’était pas bien passé, Renzô l’avait eu en travers de la gorge cette fois. Face à cela, il n’était pas question d’abandonner. Pire que les obstacles, il y avait sa réputation. Mine de rien, Renzô tenait à sa réputation et quand il s’agissait de la tenir auprès des filles…. Il était chaud ! Mais Renzô, tu savais très bien qu’en l’état actuel des choses, le mieux était de laisser tomber. Tu ne devais pas te distraire autant et surtout, tu ne devais pas détourner ton attention aussi longtemps. Ta priorité était sa sécurité, tu devais l’assurer. Le Rosé passa de figé à de nouveau pensif, un rendez-vous aussi long… Il n’y avait pas de risques après tout. Et s’il lui arrivait quelque chose juste à ce moment-là ? Renzô força les traits de son visage, il ferma les yeux un instant. Il pensait beaucoup trop, c’en devenait horrible.
L’apprenti, frappa subitement ses joues lorsqu’une question lui fut posée. Il écarquilla lentement les yeux, « Mon rendez-vous ?! ». Même pensé, cette phrase était...à tomber. Il n’avait tout de même pas oublié qu’il venait d’avoir un rendez-vous avec deux jolies filles ?! De grâce, non ! Un sourire illumina une fois de plus son visage splendide.  

« Mais non pas du tout ! Je suis vachement content d’avoir un rendez-vous, en plus elles sont si mignonnes ! »

Cependant… Il y avait un « cependant » n’est-ce pas Renzô ? Il orienta son regard vers son interlocuteur, toujours souriant. Le pauvre, il devait surement le trouver totalement con à changer aussi vite ses émotions. C’était difficile de rester soi-même quand on devait tenir ses engagements, Renzô le savait, il devait faire des sacrifices même pour les petits plaisirs. Tu regardas en direction des jeunes filles, puis tu eus le regard légèrement vide avant de déclarer calmement.

« Mais… Quand on y pense, ce n’est pas vraiment le moment pour moi de m’attarder là-dedans. Enfin… D’ici-là, j’espère que je pourrais tout de même y aller avec elles… Si les évènements ne se dégradent pas. »

De là, tu ricanas. Tu essayais de ne pas être pesant par rapport à tes dires, tu faisais penser à un chef de clan. La préoccupation, ce n’était pas encore pour toi Renzô, tu étais si jeune. Si jeune qu’il décida de changer de sujet. Revenons donc à l’Archange ! Soudain, il plissa les yeux en figeant son regard vicieux sur son professeur. Posant un coude sur la table, il appuya son menton à la paume de sa main. Une question trottait dans sa tête. Monsieur Winchester avait réussi son échange avec la Dame précédemment, mais était-il aussi doué avec ses collègues ? « Il a peut-être déjà dragué Monsieur Neuhaus ou Madame Brìsingar ! », envie de chialer ? Oui, la belle scandinave-italienne était sur son tableau intime… Elle ou toutes les rousses qu’il y avait dans ses revues érotiques… « Les européennes sont tellement plus sexy sérieux ! », sans commentaire.

« Dites Monsieur Mike, nous parlons un peu trop de moi non ? »

Tu exprimas un air légèrement gêné avant de plisser de nouveau ton vieux regard de moine pervers. Tu étendis ton bras libre sur la table et tu confrontas ton index au regard de ton professeur. Il était fou, mais toi tu l’étais indirectement aussi. Renzô était parti pour le fatiguer ce jour-là.

« Vous avez déjà dragué un de vos collègues ? La secrétaire de Monsieur Phèles par exemple, Miss Brìsingar ou encore… Monsieur Phèles lui-même ? »

« ERROR 4O4 ! ». Ah oui, véritable vision d’horreur ! Monsieur le Proviseur était un personnage si...Incompréhensible et malsain. Il fallait l’avouer, Renzô avait du mal avec ce personnage. Le temps d’une réponse, il rangea ton bras étendu et passa sa main sous sa chemise pour venir toucher son sceptre à l’état lego. « Méfies-toi de lui ! », ce son le crispa soudainement. Etrange sensation.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Nah ! Tu ne m’empêcheras pas de sortir avec une fille !


T.T.S. McKingdom
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Jeu 27 Avr - 21:31
       



When the student meets the teacher
Baël & Renzô
Ok donc Renzô n’avait rien dans le pantalon, littéralement. Tu étais déjà fatigué de le regarder hésiter, donc le voir renoncer, c’était pire. Pourquoi tu perdais son temps à ce point ? C’est sûr que là, c’est des heures de perdues pour rien, tandis que tu aurais pu rentrer chouchouter Mange-Copies, loin de ces humains qui ne savent jamais ce qu’ils veulent… C’est pas possible, tu allais vraiment finir blasé. On te disait cruel, insensible et j’en passe, mais tu aidais pourtant un petit humain sur le plan sentimental. A quel point tu avais changé en fait ? Où est le moment où tu aurais ri de la situation de Renzô en le traitant de loser ? Tu avais l’impression que cela datait des lustres et des lustres. Enfin bon, pour le moment, tu avais l’impression que le Rosé était plus volatile qu’autre chose, qu’il assumait cinq minutes et qu’après c’était terminé. C’est vraiment con de sa part de faire autant d’efforts pour rien. Assume jusqu’au bout, merde, et si tu te plantes, bah tant pis ! La vie est pas faite uniquement de réussites… Sinon toi-même tu serais réellement Roi à l’heure qu’il est, et pas à réfléchir comme tu le fais en permanence.

Tu levas les yeux au ciel quand tu le vis enfin réagir à ce que tu lui avais dit, quand il se frappa les joues pour se réveiller. Eh bah il était temps sérieux ! Quoique, avec ce qui suivit, tu avais l’impression d’avoir fait ça pour rien. Tu avais envie de le tuer, pour te faire perdre ton temps. Si tu avais su, tu ne te serais pas arrêté pour l’aider, et tu aurais simplement laissé faire les choses, tu serais rentré bien tranquillement et tu serais sans doute en train de glander à l’heure qu’il est. Mais non, tu étais avec Renzô, tu le poussais limite à aller draguer, il avait obtenu un petit rendez-vous et ce crétin n’allait pas y aller. Bah reste seul mon pauvre garçon. Sauf qu’après, assume que personne ne veuille de toi parce que tu es lourd et que tu ne prends pas ton courage à deux mains. Vraiment, c’était désespérant. Tu te frottas le visage sans rien dire, ça ne servirait à rien, il est trop buté pour écouter, donc qu’il reste comme il est mais qu’il vienne pas se plaindre après que les filles veuillent pas de lui ni rien. Ouais, arrêter de se battre pour ça, ça semblait pour le moment une bonne solution. Tu le regardas quand il parla de toi. Alors non seulement il avait ruiné tous tes efforts, toute ta patience mais en plus il se permettait de te poser des questions ? Les réponses, ça se mérite. Alors tu souris légèrement en l’écoutant dire ses conneries. Si tu avais déjà dragué Lilith, Freya ou Mephisto ?


« J’ai déjà invité miss Brisingar à déjeuner avec moi, et j’ai effectivement passé plusieurs soirs en compagnie de cette charmante miss Angelo. Par contre Mephisto… C’est pas du tout mon style, et c’est mon boss. Ce serait extrêmement gênant. »

Tu disais la vérité, l’entière vérité. Pour une fois, mais c’est vrai. Freya, vous aviez mangé ensemble, mais bon après tu peux tourner ça comme « invitée », puisque c’est toi qui avait payé à la fin. Quant à Lilith… Eh bien ça c’est une autre histoire, bien plus passionnante et bien plus intense que celle avec Freya, mais tu laissais planer le silence pour Mephisto. Houlà non, jamais. Trop rose, trop vicieux pour toi, tu aurais eu un allé simple pour la Géhenne si tu avais émit l’idée. C’était très délicat, et tu n’allais pas déranger Mephisto pour si peu. Il était trop dangereux et trop imprévisible pour que tu tentes de blaguer avec lui, tu te ferais massacrer à coup sûr, donc tu restais sur des valeurs sûres, qui te sont déjà arrivées à vrai dire. Pour une fois que tu mentais pas, c’en était presque exceptionnel, mais bon est-ce que Renzô allait te croire ? Bah, tu n’en avais rien à cirer, puisque tu savais que c’était la vérité. Tu ne t’en vantais pas. Lilith et toi, c’est une très longue histoire… Cela te rendait pensif. Tu ne l’avais pas croisée encore sur le campus, c’était curieux. Tu te promis de faire ce qu’il faut pour la voir, elle t’avait toujours manquée, et ce depuis longtemps, depuis que tu étais parti de la Géhenne en fait, donc il y a très, très, très longtemps. Pour toi cela semblait des lustres, une éternité, une autre vie même. Tu reposas les yeux – enfin ton œil – sur le Rosé, avant de pencher la tête.

« Ta curiosité est-elle satisfaite ? Et pour info, non je n’ai pas couché avec elles, si c’est une des questions qui te taraude. »

Tu préférais prendre les devants, avant qu’il ne pose cette question par curiosité. Tu le regardas, il était posé, prêt à poser ses questions, genre comme un jeu de question-réponses. Si ce n’était que ça, alors tu pouvais bien consentir à y répondre, c’est plutôt marrant. Tu aurais pu lancer des mauvaises rumeurs sur Mephisto, sur Freya ou même sur Lilith… Lilith était intouchable, de même que Freya parce que tu l’aimais bien. Par contre, tu aurais pu balancer des choses sur Mephisto. Ca, ça aurait été drôle, que Renzô fasse répandre cette mauvaise rumeur. Bon après, il en aurait sûrement rien à carrer donc ça n’aurait même pas été intéressant, mais dans l’idée, ç’aurait pu être vraiment marrant. Tant pis, tu restais un gentil petit démon, n’allant pas chercher la petite bête à son boss, car dans le fond… Ouais, c’est réellement ton boss, pas juste un simple patron ingrat et radin. Tu haussas un sourcil en regardant Renzô, qui eut un mouvement… Etrange ? Il fait quoi exactement ? Bah, tant pis, s’il avait envie de faire son intéressant, alors soit, ça n’allait pas te perturber pour autant.

Après tu te méfiais, parce qu’un seul mot de travers et ton déguisement partait à la poubelle. Certes tu étais un démon, mais entre nous, tu servais la cause des humains, est-ce que ça faisait de toi quelqu’un de mauvais ? Tu te le demandais très honnêtement. Bon, ceux qui n’apprécieraient pas, c’est forcément le Vatican. Voire tout le monde, parce que tu avais menti éhontément. Cela dit, peut-on faire autrement ? Pas vraiment. Si jamais quelqu’un découvrait ton secret, alors tu l’éliminerais, même si c’était quelqu’un que tu aimes bien. Pour leur propre bien, il valait mieux qu’ils ne cherchent pas à essayer de comprendre, de chercher à percer les quelques mystères qui planaient autour de toi. Voilà pourquoi tu faisais attention quand tu étais avec quelqu’un, il pouvait être observateur, malin, intuitif, un seul mot pouvait tout déclencher, une seule impression… Tu savais qu’à force de traîner parmi eux, il y en aurait un qui va savoir ce que tu es, et là, ce sera le bordel. En attendant, tu observais Renzô en t’accoudant sur la table, attendant qu’il pose d’autres questions, s’il le souhaitait. Puis finalement, tu lui en posas une parce que ça t’amusais.


« Et toi, t'es déjà véritablement sorti avec une fille ? »

Les questions, ça marchait dans les deux sens après tout.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Contenu sponsorisé
   
Contenu sponsorisé
          
       
              
              
       
Contenu sponsorisé
        Revenir en haut Aller en bas       
                                          
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
       » Just the same //feat Matt'//
       » Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
       » Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
       » Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Centre-ville :: Vieux quartier populaire-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: