Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
   

BAËL&FREYA ♛ ScaryLand.

   :: Soyons sérieux à présent :: Centre-ville :: Mepphy Land Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Mer 1 Mar - 19:13
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Décidément, les situations d’urgence, ce n’était vraiment pas ta tasse de thé. Tu n’aimais pas devoir réfléchir. Habituellement, tu dégainais sans te poser plus de questions que ça et l’affaire était réglée, mais cette méthode ne pouvait pas être appliquée ici. Pas avec tous ces humains dans les parages. Pas avec une obscurité pareille. Tu risquais fort bien de toucher des gens, ou même des câbles, et de provoquer un incident, un incendie, un truc du genre qu’il te faudrait expliquer à Phélès, ce dont tu n’avais pas grande envie. Son parc de l’enfer te rendait déjà assez folle.
Ton estomac se tordit à nouveau, avec plus de force. Dieu ce que tu avais faim. Tu aurais tout donné pour une bonne assiette de bouffe. Oh, rien de très sophistiqué… au point où tu en étais, même une salade verte nature, sans crouton ni vinaigrette, ça t’allait. Surtout que tu détestais la salade. Chose immonde tout droit sortie des enfers, voilà ce qu’était la salade. mais là, tu avais vraiment trop faim.
Enfin, peu importe, il n’y avait quand même pas de salade en plein milieu de cette attraction rose démoniaque tueur de rétine.

Tiens, comme ça, Michaël était Dragon et Paladin ? Tu ne l’avais jamais vu au stand de tir, alors que tu y vivais pratiquement.
Et bien entendu, comme c’était un putain de jour de détente, il s’était ramené désarmé. Bon, après, il n’avait pas tort en disant que Mepphy Land était censé être protégé des démons. « De toute manière, ce n’est pas comme si on allait pouvoir sortir nos armes devant les visiteurs... » Tandis qu’il s’éloignait pour aller secouer les véritables techniciens et éclairer un peu la zone, tu lanças un regard torve aux passagers du train maléfique. « Hum, il semblerait que notre soucis technique soit plus compliqué que prévu. » Tu hésitais entre les garder là ou bien les faire sortir, mais ils ne comprendraient pas pourquoi tu ne les dirigerais pas vers l’infirmerie, alors que certains étaient de toute évidence blessés. Quelle merde, vraiment. Et en prime, l’autre prenait tout son temps. Non mais vraiment. Comme si tu n’avais que ça à foutre, toi, de tenter de garder des gens calmes alors que certains commençaient à râler et que les blessés reniflaient de manière très désagréable.

Et soudain, la lumière fut. Violemment aveuglée par la brusque luminosité, il te fallut quelques poignées de secondes pour que tes yeux cessent de piquer et d’afficher de jolis motifs noirs dans ton champ de vision. « Malheureusement, je crains que nous ne devions fermer momentanément l’attraction. merci d’emprunter les escaliers de secours jusqu’à la sortie la plus proche. Que ceux qui ont été blessés par… hum… les pièces défectueuses restent près de moi. » L’évacuation se fit dans une lenteur des plus désespérantes, et ne restèrent donc que deux personnes près de toi, en plus des deux exorcistes.La première tenta de ranimer la seconde, ce qui prit quand même un sacré bout de temps, en plus d’une bonne dose de paires de claques. Aille. Tu n’y étais visiblement pas allée de main morte avec la crosse de ton arme.
Après vérification, il s’avéra que les blessures n’étaient absolument pas de nature démoniaque même si leur forme était étrange, vu qu’elles faisaient penser à une morsure de serpent. Mais dans quel univers infernal des serpents auraient-ils pu se balader dans un wagonnet de maison hantée, franchement ?
Pestant contre Michaël qui ne revenait toujours pas, tu raccompagnas les deux visiteurs hors de l’attraction, suivie des deux crétines qui s’étaient remises à pépier de toutes leurs forces. Oh, celles-là, tu allais vraiment tenter de les semer dans ce foutu parc. Attendant que Michaël te rejoigne, tu adressas quelques mots furieux au manager local, qui avait rappliqué aussi sec quand tu avais dégainé ton insigne d’exorciste. « Vérifiez vos installations, bon dieu ! Des araignées, des oiseaux à la con et d’autres bestioles se trimballaient dans les wagons ! Pheles éloigne peut-être les démons, mais aux dernières nouvelles, les souris ne sont pas des démons et elles peuvent bouffer des câbles ! »

Tu ne le voyais toujours pas. Il y avait bien quelqu’un qui lui ressemblait, là-bas plus loin, mais ce n’était qu’une ressemblance fortuite. Pas de cornes de cosplay.
Tes yeux se plissèrent. Ah non. C’était bien lui. Plantant là la petite bande, tu te dirigeas d’un pas vif vers le fuyard, pas très contente, ton humeur étant encore plus altérée par la faim qui te tordait les boyaux avec force. Te postant devant lui, les mains sur les hanches, tu étais à deux doigts de lui balancer ton poing sur le crâne. « Et sinon, ça va ? Peinard ? Y avait rien de plus important pour toi que de te changer ? T’as de la chance que ce n’étaient que des bestioles paumées dans l’attraction ! » Oh non, tu n’avais vraiment pas apprécié de découvrir qu’il t’avait tout simplement plantée là-bas. Et si tu t’étais évanouie à cause de la faim ? Et si tu avais dégringolé les escaliers ? Combien de temps aurait-on mis avant de s’en rendre compte ?
Et lui, d’ailleurs. Comme il ne revenait pas, tu avais crains qu’il ne lui soit arrivé quelque chose. Il était désarmé, et un simulacre de bestiole démoniaque s’amusait à mordre les gens. « Pour la peine, c’est toi qui offre le repas. » Sans même attendre son consentement, vu que tu ne lui laissais pas le choix, tu lui saisis le bras pour le traîner à la recherche d’un resto. Ah bah oui. À ce tarif là, tu n’allais pas te contenter d’un hot-dog ou d’un hamburger vendu dans un food truck. En plus, tu avais envie de vin.
La meilleure nouvelle ? Après avoir mangé, tu serais juste interdite de roller coaster, sous prétexte de rendre tout le contenu de ton estomac malmené.

ScaryLand.
— it's time for a ride —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Mer 1 Mar - 23:27
       



ScaryLand ♛
Baël & Freya
Tu ne te tournais pas les pouces, tu réfléchissais. Tu te calmais progressivement, profitant de la lumière et du grand air. Même s’il faisait trop beau, au moins tu étais dehors et c’était tout ce qui t’importait actuellement. Oui, tu arrivais à respirer plus calmement et à faire le vide dans ton esprit. C’était l’obscurité et les endroits clos qui te rendaient particulièrement sadique. Du moins encore plus que d’habitude car quand tu allais mal d’une façon ou d’une autre, tu ne voyais pas pourquoi les autres iraient bien eux. Tout le monde était dans le même sac avec toi, il n’y avait pas de raison… Cela paraît assez dégueulasse, mais est-ce que tu respectais les autres ? Pas vraiment, malheureusement. La voix d’une jeune femme de fort mauvaise humeur te fit relever la tête, et tu regardas le regard presque foudroyant de Freya qui t’engueulait de l’avoir laissée là-bas. En guise de réponse, tu la fixais d’un air vraiment noir, prêt à lui tordre le cou, mais non, il fallait que tu restes calme.

« Désolé d’être claustro, et de pas l’avoir dit plus tôt puisqu’on m’a embarqué de force. Quant à m’être changé, j’ai pas spécialement envie non plus qu’on crie au démon après ce qu’il s’est passé. Avant j’m’en foutais, maintenant c’est un petit peu plus délicat. »

On aurait dit que tu parlais dans le vent parce que Freya t’attrapa le bras pour t’embarquer avec elle, en plus elle dit que c’est toi qui payait. Elle avait cru que tu t’appelais Crésus ou quoi ? Tu levas les yeux au ciel. Pourquoi elle te punissait aussi injustement ? Le karma continuait-il de rendre justice de manière cruelle ? Bon très bien, tu l’avais sûrement mérité, et tu acceptais -de mauvaise grâce certes- la punition. Tu irais demander au clown une augmentation. Qu’il te refusera tout naturellement, tu la sentais arriver gros comme une maison l’affaire. Sale clown. Quoiqu’il en soit, tu te laissas guider par Freya avec un air blasé. Au moins les gens arrêtaient de vous regarder bizarrement puisque tu étais un peu plus normalement vêtu… Il n’y avait que ta peau qui faisait défaut, à cause de la pâleur quasi cadavérique. Rester au soleil n’avait aucun effet sur toi niveau bronzage, par contre ça pouvait te brûler la peau. Tu étais le Prince des ombres merde, le Soleil n’était pas dans ton contrat. Tu étais terriblement contradictoire, et ça te plaisait au final. Ta complexité t’était amusante.

« Bon, tu veux manger où ? Comme je t’ai posé un lapin, tu vas te venger en prenant le resto le plus cher du parc pour me ruiner ? Ou te goinfrer pour que mon porte-feuille soit vide ? Si tu fais ça c’est terriblement bas. »

A chaque fois que vous vous arrêtiez près d’une antre de la bouffe, tu regardais les prix d’un air plein d’espoir mais la miss n’avait pas envie de manger un truc simple du genre malbouffe rapide. Non elle avait sûrement envie d’autre chose. Décidément elle serait prête à te ruiner la fourbe. Très bien, alors autant que tu aies ton mot à dire dans le choix du resto. Tu la retenais, mais tu avais une petite idée pour pimenter le reste de la journée. Tu te souvenais des deux qualifications que tu avais donné. Tu donnais les mêmes, tu en donnais deux car de toute façon tu ne pouvais pas être Aria à cause des versets… Ce serait un bon moyen de se suicider pour un démon cela dit, pas du tout ironique ;pas Dresseur parce que si tu devais invoquer un démon, suivant lequel c’était, tu n’étais pas à l’abri ; pas Soigneur parce que tu détestais prendre soin des gens. Paladin et Dragon étaient fait pour toi. Heureusement que tu savais te battre à l’épée et tirer. Tu étais même très bon dans ces domaines, alors tu ne t’inquiétais pas trop de mentir. Merci ta passion pour les armes à feu et les armes blanches. Freya se poserait sans doute des questions quant à ton absence sur le stand de tir. Tu avais des réponses à tout dans tous les cas, que ce soit la vérité ou un vulgaire mensonge tiré dont ne sait où.

D’abord c’était Freya qui te traînait, maintenant c’est toi qui l’avait embarquée. Tu devais avouer que tu avais faim aussi, et tu désignas un resto qui n’avait pas l’air d’être trop terrible. Visiblement ils servaient même des alcools, alors tu n’hésitas pas. Autant que tu sois consentant pour le restaurant choisit. Tiens d’ailleurs, c’était la première fois que tu allais au resto avec une femme. Du moins sans intention derrière la tête… Quoique, tu avais bien une idée dans la tête, donc argument invalide. Disons que tu n’avais pas d’intentions bizarres. Ca sonne encore plus louche. Tant pis, c’était tout de même une première, et c’est tout ce qui importe. Vous vous installèrent près des fenêtres, que tu ouvris pour ne pas ressentir de nouveau ce sentiment d’étouffement dû à une pièce close.


« Bon, c’est pas parce que c’est moi qui invite que tu dois te gaver hein. »

Bizarrement, tu sentais qu’elle n’allait pas t’écouter et qu’elle allait n’en faire qu’à sa tête. Tu retins un soupir en t’accoudant à la table pour jouer avec la salière. Tout était rose ici aussi. Rose, mauve, pastels dégueulasse. La décoration laissait à désirer, et tu te demandais comment les gens pouvaient faire pour résister à tout ça, à un désastre pareil. Personne ne lui avait dit ? Ou tout le monde avait peur de lui balancer qu’il avait des goûts de Barbie ? Tu tournas les yeux pour balayer la salle des yeux. Les gens mangeaient, discutaient paisiblement, passant certainement un bon moment ensemble. Que c’est mignon. Cela te dégoûtait. Trop de bonheur dans du rose dégoulinant, c’était digne des feuilletons à l’eau de rose que tu as déjà regardé par curiosité et qui t’ont fait gaspiller un temps fou. Tu reportas ton attention sur Freya en continuant de jouer avec la salière en attendant.

« Je te propose un truc après manger. »

Tu laissas un temps avant de reprendre la parole, avec un sourire joueur aux lèvres.

« Je te défie dans un concours de tir, dans le stand de ton choix du parc. Le gagnant paye à l’autre un resto pour la prochaine fois. Je suis prêt à payer deux fois si je perds, mais si je gagne, c’est toi qui paye. Ca te va comme enjeu ? »

Tu allais lui montrer que tu méritais amplement ta « qualification de Dragon », et que tu t’avérais redoutable avec des cibles devant les yeux. Si jamais elle te posait des questions, tu saurais y répondre, tu avais des réponses toutes faites en tête, prêt à les ressortir en cas de besoin. Tu étais prévoyant avec ces petits détails, et tu tenais à oublier ce qu’il s’était passé dans la maison hantée il n’y a même pas trente minutes de ça. Ou une heure. Peu importait, c’était fini et la prochaine fois qu’on te forcerait à y aller, tu ferais sauter l’attraction, tant pis pour les humains lambdas, tant pis pour Mephisto. Tu t’étiras tranquillement en attendant sa réponse, attendant de passer la commande pour enfin manger. Faire le con et se faire peur dans un endroit clos, ça creusait énormément le ventre.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Jeu 2 Mar - 12:43
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Fulminante, tu fusillais l’exorciste aux cheveux blancs du regard, qui te rendit un regard presque aussi noir que le tien. Surprise par cette soudaine mauvaise humeur évidente, tu faillis faire un pas en arrière.
Tes yeux se plissèrent. De la claustrophobie ? Mmh. Il n’avait pas réellement eu l’air d’aller mal, dans l’attraction. Il s’était même bien foutu de ta gueule, quand tu avais envoyé Piailleuse dormir un peu. Bon, après, tu n’étais pas toi-même claustro, alors que pouvais-tu en savoir ? Il avait peut-être une certaine limite, qu’il avait franchie en restant coincé là-bas trop longtemps. Quelque peu radoucie, tu décroisas les bras. Et puis bon, en tant qu’exorciste, tu pouvais bien comprendre qu’il n’avait pas apprécié des masses de se faire traiter de démon. Au vu de votre boulot, c’était vraiment un comble d’être assimilé à ceux que vous chassiez, juste à cause de votre look. De plus, que savaient les gens du look des démons, hum ? Face à Mephisto Pheles, sauraient-ils dire qu’il était de ceux-là, malgré son uniforme de clown rose barbe-à-papa ? Et encore, lui était Roi. Que dire alors du style vestimentaire inexistant des autres bestioles issues de la Géhenne ?
Mais tout ceci ne t’empêcha pas de le traîner à tes côtés à la recherche du Saint Graal local, à savoir un endroit potable avec de la bouffe décente. Ton pauvre estomac menaçait à tout moment de faire une grève générale en entraînant le reste du corps avec lui. Ce sale bâtard.

Diantre, tu savais que les goûts du chevalier honoraire étaient plutôt vaseux et qu’il était encore plus près de son fric que toi, mais de là à ne présenter que des échoppes de la pire malbouffe qui soit, c’était du vice. Et l’autre qui se plaignait déjà de sa ruine future. Oh hé. Il t’avait pas encore bien regardée, ou quoi ? Pour toi, te gaver, ça revenait à arriver au bout d’une assiette de pâtes, alors il n’avait pas trop de soucis à se faire. Mais tu ne lui répondis pas, juste pour le plaisir, et lui adressas un graaand sourire bien carnassier.
Ah quoique. Si le vin était bon, son fric allait peut-être partir là-dedans.
Finalement, probablement agacé par tous tes refus, il te traîna manu militari dans le resto le plus proche. Bonheur, il était un peu moins rose et fanfrelucheux que les autres. Tes yeux allaient peut-être y survivre, ainsi que ton appétit.
Si on n’y regardait pas trop, on aurait pu croire à un rendez-vous amoureux. Zut. Le décor était vraiment trop rose, et vous trop étranges que pour réellement coller au concept, mais soit. Tant que tu avais de quoi te remplir la panse -et ce gratuitement-, tu voulais même bien minauder bêtement. Même si tu doutais fortement de tes chances de survie si tu faisais ça devant Michaël. Et puis, bon, depuis que tu étais au Japon, tu n’avais plus besoin de minauder pour arriver à tes fins. Tu paraissais exotique, et c’était amplement suffisant.
Comme il insistait sur l’état de ses finances, un sourire narquois étira tes lèvres. « Parce que tu crois vraiment que mon estomac est infiniment extensible ? » Parcourant la carte -à ton grand regret, très vide- des yeux, tu hésitais presque à sauter le plat pour passer directement à une farandole de desserts.
Bon au final, la meilleure technique pour savoir quoi manger, c’est de commencer par choisir sa boisson. Ton choix s’arrêta sur un vin rosé californien, très abordable, et que tu adorais. Limite, si tu pouvais ne t’hydrater qu’avec celui-là, tu l’aurais fait. Mais c’est bien connu, le vin, ça n’hydrate pas, même si vous êtes italienne.
Bon, au final, tu retirais ce que tu avais dit sur la technique choisi ton vin puis ton plat vu que tu venais de te décider pour un plat yakisoba. C’était magnifiquement bien assorti, n’est-ce pas ? Bah.
Tu écoutais d’une oreille distraite sa première phrase, bien trop occupée à savourer le contenue de ton premier verre. Théoriquement, c’était la première chose que tu buvais/mangeais de toute la journée. Mais ton estomac n’osa pas protester, bien contente d’être enfin un peu rempli. Osef s’il s’agissait d’alcool.
Puis il piqua ton attention. Délaissant ton précieux Graal, tu relevas les yeux vers l’exorciste, intriguée. Quand il s’agissait de battre quelqu’un à plate couture, ou de relever un défi, ton cerveau cessait de fonctionner rationnellement. « Prépare-toi à allonger la monnaie, alors ! » Non mais vraiment. Se rendait-il seulement compte de ce qu’il faisait ? Un défi au tir et de la bouffe à la clef. Comment résister ? Tu n’avais même pas essayé.

Du coup, tu te mis à tapoter impatiemment le bord de la table. Tu avais hâte que les plats arrivent, histoire de pouvoir décamper au plus vite dans un stand de tir. Tu avais repéré une charmante petite boutique de pâtisseries non loin du campus. Il avait dit un repas, après tout. Un repas, ça pouvait durer plusieurs heures, si tu faisais un repas quatorze service, avec rien que des pâtisseries.
Hum. Ils n’autoriserait probablement pas que tu utilises ta propre arme, que tu n’étais déjà pas censée trimballer avec toi. Mais oh. Et si vous étiez attaqués, hein ? De fait, tu espérais que le stand de tir ne proposait pas que des carabines toutes pourries destinées à faire rater même les tireurs d’élites, et que les prix n’étaient ni roses, ni à l’effigie de Mepphy Land, ni quoi que ce soit d’autre dans le genre.
Tu l’avais suffisamment cerné, l’hurluberlu, que pour craindre une mauvaise surprise.


ScaryLand.
— it's time for a ride —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Ven 3 Mar - 0:04
       



ScaryLand ♛
Baël & Freya
Tu avais l’impression que le serveur mettait tout son temps pour venir. Avait-il été payé par Mephisto pour faire mourir de faim les clients ? Dans ce cas tu démissionnerais pour venir travailler ici, surtout si c’était mieux payé. Tiens, ce serait intéressant de comparer les salaires des uns et des autres. Alors sachant que Mephisto dirige la ville-campus, donc il a énormément d’employés un peu partout non ? Où est-ce qu’il trouvait tout cet argent pour payer tout le monde ? Ce type avait un secret. Ok c’était le Roi du temps, donc il en faisait ce qu’il voulait. Tu te demandais presque s’il avait été capable de braquer une banque. Puis tu imaginas ce clown en train de braquer ladite banque, et tu manquas de pouffer de rire. Au fond de toi tu préférais penser au côté comique de Mephisto, parce que ce mec est terrifiant quand il voulait. Tu n’avais jamais eu la « chance » de le voir en colère, sérieux ou menaçant, tu n’avais pas spécialement envie. Cela dit, c’est ce qui t’attendais si tu t’obstinais à programmer la mort ou la disparition d’Amaimon.

Puissant, tu étais loin de l’être et tu avais encore beaucoup de progrès à faire. Tu avais mit du temps avant d’acquérir ton statut, que tu méritais, du moins à ton avis, alors il te faudrait encore plus de temps pour gagner en puissance. Tu attendais depuis trop longtemps, et le temps commençait à se faire terriblement long. On ne peut pas dire que tu n’es pas patient pour le coup. Tout cela te laissait songeur, et tu relevas la tête vers le serveur quand il arriva enfin. Pas trop tôt ! Tu passas ta commande, tout comme Freya qui te dit de te préparer à allonger la monnaie, et tu haussas un sourcil. Déjà que tu avais envie de tout commander tellement tu avais faim, si elle s’y mettait… Ah non, tu étais tellement perdu dans tes pensées qu’elle parlait du défi que tu venais de lui lancer il y a cinq minutes. Il fallait vraiment que tu restes concentré. Tu n’avais même pas capté qu’elle s’était déjà commandé à boire. Tous des alcoolos ces italiens sérieux. Elle commanda également et le serveur reparti. Tu le suivis des yeux, ton ventre criant famine. Puis la délivrance, puisque vos plats arrivèrent ! Ô Joie, ô bonheur, ô bouffe tant aimée !


« Et voilà pour les tourtereaux ! »

« Quoi ? »

Tu lanças un regard inquisiteur au serveur qui souriait niaisement. Très bien, le clown les payait pour être définitivement très cons. Puis tu songeas que cette scène ressemblait étrangement à celle dans Kuzco, quand le lama se cache pour pas se faire découvrir. Yzma concrètement c’est les exorcistes, Kronk c’est Mephisto, en plus tu étais quasiment sûr que le clown parlait aux écureuils en cachète et toi Kuzco. Ca t’allait bien, lui et toi étiez sur la même longueur d’onde. Après tout, cet empereur à jeter un vieux de son palais et CA c’est absolument génial. Tu n’en revenais pas de faire cette comparaison ridicule, et tu toussotas pour ne pas rigoler comme un con, souriant simplement doucement, presque d’un air charmant. Comme quoi ça pouvait t’arriver.

« Enfin vous voyez, cette miss n’est pas du genre à se laisser conquérir facilement… Payer pour elle est un bon début n’est-ce pas ? »

« Bien entendu. Prenez votre temps ! »

Le serveur te fit un clin d’oeil, que tu ne pouvais pas rendre puisque tu étais borgne, et que pour toi ça revenait à cligner des yeux tout connement. Tu levas les yeux au ciel en marmonnant. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas inventer. Tu baissas les yeux vers ton assiette en haussant un sourcil, trouvant la nourriture… Relativement normale en fait. C’était étonnant après toutes les horreurs que tu venais de voir, le serveur inclus.

« La bouffe est pas rose fluo, c’est étonnant. Le colorant doit pas encore exister. »

Tu ne pus retenir un ricanement cette fois tandis que tu attaquas ton plat, ton estomac te remerciant de ce don presque du ciel. Même si ce n’était pas de la grande cuisine, tu appréciais tout particulièrement. Quoique toi tu n’étais pas bien compliqué, idéalement tu ne mangeais bien qu’une ou deux fois par semaine, sinon tes repas se composaient à 90% de malbouffe, du genre hamburger, hamburger, hamburger. Jamais tu ne mangerais des légumes, c’est vert, c’est dégueulasse, c’est radioactif, tu en es limite certain. On t’a toujours dit de ne pas juger avant de goûter, mais sérieux, qui mange des épinards quoi ? Tu partais dans des débats tellement profond avec toi-même que tu devais avoir un air ultra-concentré sur ta nourriture, tout ça parce que tu te dis que la malbouffe au final, c’est le meilleur truc que les humains ont inventé. Ou alors c’est Bel qui leur a donné l’idée et du coup c’est un pur génie. Tu n’en savais rien mais tu bénissais cette personne. Toi ? Bénir quelqu’un ? Il fallait vraiment que tu sois attaché à quelque chose pour en arriver là. Pour le moment tu profitais de manger pour te remplir la panse, tu l’avais mérité. Puis tu levas les yeux vers Freya avec un sourire aux lèvres.

« Ne t’inquiète pas, pour te consoler de ta défaite je t’offrirais une peluche de Mephisto que tu pourras maltraiter en lui tirant dessus à loisir. ~ »

Clairement, tu n’avais aucune intention de la laisser gagner. Et puis quoi encore ? Tu serais la risée de la Géhenne si jamais tu perdais. Même Bel en entendrait parler, tu ne savais pas trop comment. Alors pas question de perdre. Ton honneur et ta fierté étaient trop importantes pour que tu la laisses gagner. En plus, ton porte-monnaie était pris en otage pour le coup. Bah tu mangerais de l’eau pendant le reste du mois ou tu irais racketter quelques uns de tes amis, voilà tout. Tu avais toujours une solution, encore faut-il qu’il y en ai au problème actuel. Ton problème actuel, en ignorant toutes ces pensées, c’était ce serveur. Pourquoi tu avais plaisanté avec lui ? Tu sentais son regard sur vous, comme s’il vous épiait. Le sale fourbe. Tu grommelas en soupirant.

« Si j’avais su j’aurais rien dit à l’autre bouffon. »

Clown, bouffon, tout est lié comme toujours. Enfin pour le moment, il s’agissait de finir ce repas, de bien boire et bien manger, avant de coller une raclée monumentale à Freya pour votre petit concours. Il ne s’agirait pas de choper une indigestion parce que tu avais mangé trop vite. C’était aussi une raison pour déclarer forfait, mais ça c’est pour les faibles et les fragiles, ce que tu n’es pas. Merde, si tu voulais devenir Roi un jour, tu devais donner une bonne leçon à ceux que tu défiais, surtout les gens confiants comme la miss en face de toi qui voulait que tu allonges le porte-monnaie. Tu ne préférais pas la ramener au cas où tu perdais, et dans ce cas ce serait la honte. Ce n’était même pas une possibilité, la défaite. Tu partais positif, comme toujours.

Quand tu terminas ton assiette, tu avais encore faim mais déjà tu ne t’effondrerais pas de manière totalement random en marchant dans la journée, c’était déjà ça. Tu attendis que Freya termine elle aussi, patiemment et poliment, même si tu avais hâte de sortir et recommencer à marcher pour te promener, sous ce Soleil désagréable. Quand elle eut fini, et après t’être assuré qu’elle avait terminé, tu te levas pour aller payer. Le serveur devait t’attendre parce que c’est lui qui empocha la monnaie.


« Alors ? », te demanda-t-il.

« C’est pas gagné mon pote. »

« Allez courage ! »

« Ouais merci. »

Ta mère aussi. Tu secouas la tête en rejoignant Freya et lui sourire en penchant la tête, comme si tu avais oublié les incidents de la maison hantée. Tu retenais Mephisto avec ses attractions… Ou plutôt tu retenais les gens enjoués qui emmenaient n’importe qui faire des manèges sans leur demander leur avis. Ces gens-là, au bûcher.

« T’es prête à te prendre une raclée très chère ? »
By T.T.S. McKingdom
[/color][/b]              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Dim 5 Mar - 21:27
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Dans le fond, Phélès ne devait pas avoir prévu son parc pour que les membres de sa branche y passent un agréable moment de détente. Ou bien il n’avait jamais remarqué que le salaire versé à ses exorcistes ne leur permettait pas réellement de gaspiller du fric dans son Mepphy Land fraise tagada démoniaque. Pour le coup, tu étais extrêmement fière de toi pour avoir réussi à te faire offrir le repas du midi.
Le serveur revint vers vous, son visage juvénile déformé par un sourire encore plus niais que celui de tes élèves masculins devant une affiche d’idole. En l’entendant scander un joyeux « Et voilà pour les tourtereaux ! » tout en déposant vos plats, tu faillis t’étouffer et recracher ta gorgée de vin. Toussotant discrètement à cause de ta gorge en feu, tu fis de ton mieux pour adresser au serveur un regard noir. Ceci dit, tu ne devais malheureusement pas être très impressionnante, les larmes aux yeux et le corps secoué par ta douloureuse toux.
Des tourtereaux. Non mais quelle idée. Pas que Michaël soit dégueulasse à regarder, mais il n’était tout simplement pas ton type d’homme. Ah. Qu’on se comprenne bien. Ton type d’homme, ça concernait ceux qui étaient là pour réchauffer tes draps, ceux dont tu partageais la vie qu’une seule nuit, à peine une poignée d’heures, et que tu oubliais tout aussi vite. Pour le reste, ne disait-on pas que le coeur a ses raisons que la raison ignore ? Mais ce type là, c’était un peu comme les Pokémons shiney. Ils te tombaient dessus par hasard, n’étaient pas les plus simples à attraper et prenaient la fuite sans même un regard.
Bon, okay. C’était toi qui avait pris la fuite. Mais ton esprit était-il réellement obligé de te le rappeler ?
Soudain moins joyeuse, tu avais planté férocement tes baguettes dans ton plat. Qui disait Japon et plat asiatique disait forcément baguette, et malgré tes efforts tu ne maîtrisais pas réellement la chose. Non mais quelle idée, aussi. Comme si c’était humainement faisable de bouffer avec deux bouts de bois en guise de couverts. Rien ne valait un bon couteau et une fourchette bien piquante. En plus, avec un couteau et une fourchette, il est possible de se défendre. Même une petite cuillère peut se révéler utile ! Mais des baguettes, franchement… qu’est-ce que vous voulez foutre avec ça ? Y a même pas de quoi allumer un feu.
Tu étais tellement concentrée sur l’art et la manière de faire parvenir ta bouffe à ta bouche par l’intermédiaire de cette engeance satanique qu’était la paire de baguette que tu ne fis plus du tout attention à ton coéquipier. C’était peut-être mieux ainsi, d’ailleurs. Tu te serais probablement étouffée avec tes sobas, cette fois. Complot !
Tout en mâchant consciencieusement la nourriture pour la faire durer plus longtemps -ridicule, oui, mais bon-, tu haussas un sourcil. « Il y a une limite au mauvais goût, tout de même… et je ne suis pas certaine que les cuisiniers apprécieraient de devoir colorer leurs plats. À ce stade, ça ne serait même plus du vice mais un crime contre l’humanité. » Tes yeux dévièrent vers le plat de l’exorciste aux allures de gros chat noir et blanc. Ton petit vice, tu l’avouais, était de goûter les plats des autres, de préférence en piquant dedans. Habituellement les gens ne se plaignaient pas vu que les seuls fois où tu allais au restaurant, c’était avec ton plan du soir, et il paraissait que c’était mignon comme attitude. Ridicule. Personnellement, tu n’aimais pas qu’on s’approche de ton assiette, mais vu que ça ne semblait pas déranger outre mesure tes compagnons, pourquoi s’en priver ?
Bon, pour le riz, vu ta légendaire dextérité avec les baguettes, c’était cuit. Mais les brochettes… La viande avait l’air tellement juteuse… Mais évidemment, c’étaient des brochettes et tu te voyais mal en piquer une entière. Mmh.
« Ma défaite ? Comme tu y vas... » Les yeux pétillants, tu pris une nouvelle gorgée de vin, ravie. ce défi s’annonçait palpitant tant vous étiez l’un et l’autre convaincus de votre victoire certaine. Ça allait être électrique. « Si je perds, je préfèrerais de loin une poupée à ton effigie. Vaudoue, si possible. Je ne veux pas cauchemarder avec une peluche à l’effigie de l’autre clown dans ma chambre ! » Pas question de gaspiller des balles sur une peluche, oh. Et tu étais vraiment nulle aux fléchettes. Tu ne savais pas comment bouger correctement ton bras, comment lancer la fléchette, comment doser la force. La plupart du temps, elles ricochaient sur le bois et les rares fois où elles se plantaient sur la cible et y restaient, tu ne marquais que quelques malheureux points.
Ton attention fut détournée par votre serveur, qui semblait vous observer avec un peu trop d’insistance que pour ne pas être dérangeant. Il devait probablement halluciner en te voyant galérer comme pas possible avec deux misérables bouts de bois, tentant de manger un repas tellement succulent que tu regrettais presque d’être aussi lente à le manger. Quoique. Au moins tu le savourais pleinement.
À peine tes baguettes furent-elles reposées que Michaël s’empressa d’aller payer, non sans oublier de te demander si tu avais terminé. Alors oui, le plat, tu l’avais terminé. Mais le dessert, il venait de littéralement te passer sous le nez.
Bah, tant pis. La pâtisserie près du campus suffirait à te consoler, dès que tu lui aurais mis la pâtée au stand de tir. « Prêt à ouvrir une seconde fois ton portefeuille ? avais-tu répliqué avec un sourire carnassier. »
À nouveau dans le parc, tes yeux cherchaient avec l’énergie du désespoir un putain de plan. Tu n’avais pas particulièrement envie de relever le défi à l’aube de la fermeture du parc, avec du matériel plus que douteux.
Finalement, ce fut en tournant par hasard que le messie se révéla à vous. Oh dieux tout puissants, merci ! Néanmoins, en approchant, tu ne pus réprimer une moue de dégoût. Les peluches étaient vraiment à l’effigie du patron. Et… non, tu ne rêvais pas, c’étaient bien des peluches en forme de Coaltars, Cait Siths et autres Gobelins qui ornaient l’étagère des prix.
Tu étais à deux doigts de vomir devant ça.

Après avoir réglé vos dûs pour “jouer”, tu t’emparas d’une des carabines de pacotille, la soupesant. « Hmm... » Ouais, clairement, t’avais déjà vu mieux. Mais cela ne t’empêcha pas tirer le premier coup.
La partie était lancée.


ScaryLand.
— it's time for a ride —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Dim 12 Mar - 11:24
       



ScaryLand ♛
Baël & Freya
En marchant vers le stand de tir, tu ne pus t’empêcher de sourire en te souvenant de la manière catastrophique dont Freya avait utilisé ses baguettes pour manger. C’était à mourir de rire, surtout la voir planter rageusement ses baguettes. Elle ne devait pas être douée avec ça, et tu t’étais retenu de rire. Vu comment elle avait l’air de maltraiter sa nourriture, tu t’étais efforcé de ne pas rire à gorge déployée, de peur qu’elle crève ton œil restant avec ses baguettes. Après tout, c’était une arme assez redoutable, quand on prenait la peine de réfléchir à ses autres utilités. Toi c’était les fourchettes et les couteaux que tu trouvais fascinants. Les occidentaux étaient des sauvages à l’état pur, c’était des armes et tout le monde en est conscient. Ils sont fous ces européens… Et ces américains. Quoique eux, ils préfèrent manger avec les doigts. Sales bouffeurs de hamburgers. La seule chose qui t’avait fait tiquer, c’est qu’elle avait voulu piquer dans ton assiette. Tu l’avais vu. Ton œil était expérimenté. Elle ne savait pas à quoi elle s’exposait si elle le faisait vraiment. Tu savais te servir des baguettes pour attaquer, et tu n’hésiterais pas à lui transpercer la main avec si elle osait le faire. Un jour tu aurais l’occasion de lui montrer que tu ne déconnais pas avec ça.

Enfin ! Avoir le ventre plein n’était pas une mauvaise chose. Repu et la peau du ventre bien tendue. Aha tu adorais cette phrase parce qu’elle était marrante. Un peu comme le mot chaussette ou choucroute, ou moumoute d’ailleurs. Il y a des mots qui te font rire ou sourire sans aucune raison, à cause de comment ça se prononce, pourtant c’est complètement stupide ces mots. Décidément tu trouvais les humains fascinants pour certains points ! Tu te sentais un peu comme un sorcier dans un monde de moldu, tel Arthur Weasley qui demande à Harry Potter à quoi sert un canard en plastique. Tu adorais le cinéma. En particulier quand ça impliquait les démons. C’était tellement loin de la réalité que c’en était parfaitement risible. C’est Freya qui te sorti de tes pensées assez spéciales, car tu étais parti bien loin dans ta réflexion, quand elle parla de sa défaite, et à quel point tu y allais… Eh bien oui, tu étais convaincu que tu allais gagner. Tout comme elle en fait, et tu adorais les défis de ce genre ou l’un et l’autre savait que la victoire était à portée, et pourtant qu’il n’y aurait qu’un seul vainqueur. Ce vainqueur, ce serait toi, car même si tu appréciais Freya, pas question de perdre contre une femme et pas question de t’incliner face à une humaine. Si c’était le cas, il faudrait garder ça sous silence, parce que tu étais mauvais joueur. Dans le sens où tu n’aimes pas perdre, mais que tu refuses la défaite en accusant toujours un élément extérieur. Tu souris lorsque ton adversaire te dit qu’elle préférait avoir une poupée vaudou à ton effigie plutôt que la tronche de l’autre clown. Tu eus un sourire.


« C’est blessant que tu veuilles une poupée vaudou de moi, pour mieux me décapiter ensuite, avoue. »

Une pensée te traversa l’esprit. Une poupée vaudou de Mephisto. C’était une bonne occasion de le torturer celui-là, enfin à condition que le vaudou fonctionne sur lui. Oh. Une deuxième pensée te traversa l’esprit. Une poupée vaudou à l’effigie d’Amaimon. Pour le torturer de loin. Encore une fois, en espérant que ça fonctionne. Putain la bonne idée. Tu avais envie d’essayer. Tu faisais les poupées toi-même, et tu savais faire du vaudou, il fallait que tu essayes. C’est génial, tu savais comment t’occuper les prochains jours. Tu remercias Freya intérieurement. Un peu moins cela dit quand elle te demanda si tu étais prêt à ouvrir une seconde fois ton porte-feuille. Tu penchas la tête en souriant. C’est parce que tu l’avais privée de dessert à tous les coups.

« Qu’elle est mignonne. Les gâteaux sont toujours meilleurs quand c’est quelqu’un d’autre qui paye. »

Suite à cela, vous voilà reparti dans le parc à la recherche d’un stand de tir. Tu aimais beaucoup voir la petite humaine rager car elle ne trouvait pas ce qu’elle voulait, et tu ne l’aidais pas des masses il faut dire. Tu avais appris à tes dépends qu’il ne fallait pas contrarier une femme déjà énervée, sinon elle allait dire que tout était de ta faute, et ainsi de suite, car elles sont équipées d’une mauvaise foi assez impressionnante. Alors une femme de mauvaise foi avec toi, qui était également de mauvaise foi, cela faisait souvent des étincelles et voilà pourquoi tu cumulais les plans d’un soir. Quand on est pas d’accord, et que les deux sont têtus, ça ne débouche jamais quelque part, bien au contraire. Oh, mais que vois-je au loin ? Le Saint Graal ! Le stand de tir tant désiré ! Tu regardas Freya et tu ricanas en voyant sa tête dépitée. Des mini-Mephisto partout, et des peluches démons en tout genre. Tu trouvais ça tellement mignon aussi. Sauf Mephisto, faut pas pousser non plus.

« Les peluches sont tellement adorables, ils ont su les rendre moins effrayantes… Enfin excepté Mephisto, lui il fera toujours peur avec sa sale tronche de clown. »

De nouveau tu ricanas. Les Cait Sith était tellement mignons ! Même les Coaltars. Les Gobelins… Nan eux ils puaient la merde, donc tu ne les aimais pas. Quelle violence aussi, ils ne t’avaient rien fait. Pour le coup, tu ne pouvais pas espérer tricher, car c’était aux yeux de tous et ce serait loin d’être discret, donc ça serait à l’ancienne. Très bien. Tu étais prêt. Après avoir payé, tu regardas un instant Freya commencer la partie, et tu allas te placer à côté d’elle pour te saisir d’une autre carabine. Que tu aimais les armes à feu, bien que celle-ci soit désespérément factice. Tant pis. Tu l’entendis tirer un coup, et tu te doutais aisément qu’elle n’avait pas raté sa cible, soit les ballons ridicules qui bougeaient pour donner une quelconque difficulté. Quand on tirait sur des démons en plein mouvement, ça fait un peu plus d’entraînement que ces ballons de fête foraine. Tu souris en prenant le soin de viser.

« Tu veux pas enlever ton cache-oeil plutôt mon gars pour mieux viser ? »

Une veine pulsa sur ton front alors que tu continuas de viser pour tirer trois fois, et éclater les trois ballons avec une facilité enfantine. Puis tu te redressas avec un sourire narquois pour fixer le type qui t’avais fait la réflexion.

« Même aveugle j’arriverais à toucher ces ballons voyons. »

De la prétention ? A peine. Tu ne supportais pas qu’on s’en prenne à ton œil manquant il faut dire, parce que ça t’énerve à chaque fois que tu y penses, donc celui qui fait une réflexion généralement ça termine mal. Il ne fallait pas que tu t’énerves sinon tu risquais de lui faire avaler la carabine, donc tu soufflas simplement pour te tourner vers Freya. Ca allait s’avérer compliqué si c’était… Aussi simple en fait. Il fallait que vous trouviez quelque chose pour pimenter le jeu, sinon ça n’allait pas être drôle et ça allait rapidement vous lasser. Tu y réfléchissais… Tu avais bien une idée, c’est-à-dire dépouiller le forain qui t’avait fait une petite réflexion en faisant un sans faute à chaque fois mais il allait vous virer à la fin et ton porte-feuille n’était pas assez plein pour faire cinquante parties aussi. Peut-être que Freya aurait une idée lumineuse pour pimenter la partie, ce qui ne t’empêchait pas de réfléchir de ton côté. En tous cas, tu étais satisfait de lui prouver que tu méritais ta « qualification » de Dragon. Ton mensonge n’allait pas être découvert tout de suite.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Mer 15 Mar - 10:45
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Ton estomac enfin apaisé, tu te sentais capable de tout. Buter un Baal ou déplacer une montagne, peu importe. Tu te sentais même capable de ne pas martyriser tes étudiants, le temps d’un cours.
Hahaha. Nope. Joke. Jamais tu ne pourrais t’empêcher de les faire souffrir durant un cours. Et puis, de toute manière, c’était ainsi que se forgeait le caractère. On ne  peut pas devenir un bon combattant si on s’entraîne sur un sol en marshmallow avec des armes en coton arc-en-ciel.
Par contre, tu redoutais l’inévitable somnolence qui te prenait après chaque repas. Tu devais être parfaitement alerte si tu désirais pouvoir vaincre ton camarade exorciste. Tu avais vraiment envie de le traîner dans la jolie petite pâtisserie et goûter à toutes ces merveilles en pâte feuilletée, en chocolat, en crème, en ganache, et tu en passais ! Le paradis du sucre t’attendait, et tant pis pour ta ligne !
N’empêche. Si tu parvenais à vaincre l’exorciste aux cheveux blancs, nul doute que cela ferait de terribles gorges chaudes. Mine de rien, aujourd’hui encore, qu’une femme réussisse à vaincre un homme dans une discipline d’ordinaire réservée à la gente masculine -ne nous leurrons pas, même à la chasse, le mérite des prises des femmes était toujours attribué à leurs hommes, pour telle ou telle obscure raison-. Fichus machos.
Lui lançant un regard en coin, un petit sourire sadique étira tes lèvres. « Te décapiter ? Oh non, ce ne serait pas drôle. Il y a de très bonnes techniques pour faire souffrir durablement les gens sans toucher aux points vitaux, les gardant ainsi en vie, et permettant de faire durer le plaisir presque indéfiniment. » Tu n’étais pas très bonne en couture ni en confection artisanale, mais tu étais plutôt fière de tes quelques poupées vaudous planquées au fin fond d’un tiroir de ta table de chevet. Oui, tu avouais, tu en avais déjà faites, même si à ce jour tu t’étais contentée de les malaxer pour déstresser plutôt que de les épingler de tous les côtés. Une d’Alessandro. Une…
Pardon, il venait de dire quoi, là ? Tu fronças les sourcils, peu certaine. « Mignonne ? » Oh dieux, non. Tu ne voulais pas être mignonne. Tu n’étais plus une enfant, engoncée dans les robes à froufrous qu’adorait te faire porter ta mère quand tu étais petite.
Ah mais. Tu n’avais pas écouté la fin de la phrase. Oh que oui. La bouffe était toujours tellement plus savoureuse quand elle était offerte. Surtout qu’alors on pouvait choisir un plat plus cher sans culpabiliser du fait que l’on était déjà à découvert. « Tu ne crois pas si bien dire. J’ai repéré une adorable pâtisserie non loin du campus, et j’ai trèèèèès envie de m’y éclater la panse, un de ces jours. Mais pas à mes frais, bien entendu. » Et au pire, si tu perdais, tu lui offrirais un fastfood et irais faire les yeux doux à un beau mec dans un bar, pour ensuite faire ta veuve noir en l’emmenant à ladite boutique.

Non, vraiment. Les peluches Mephisto, à la limite. Mais les gobelins, et toutes ces saloperies de bestioles tout droit sorties des profondes profondeurs de la Géhenne, tu ne pouvais pas. « On doit pas voir la même chose alors, si tu trouves qu’elles sont moins ignobles. » Une minute. Winchester était-il occupé à dire qu’il avait peur de Phélès ? En soi, il était normal pour les exorcistes de craindre un peu un Baal comme lui. Même s’il était du côté des exorcistes, il restait un Roi de la Géhenne, et s’il décidait un jour de retourner sa veste, vous étiez tous perdus.

Ta première munition de pacotille fit éclater un ballon. Faisant la moue, tu fusillais du regard le second ballon, qui aurait également dû exploser. Non seulement les carabines étaient branlantes mais en plus elles ne donnaient pas le punch nécessaire pour faire un double coup. Sortir ta propre arme té démangeait sévèrement, et tu étais presque prête à gaspiller de précieuses munitions pleines d’eau bénite rien que pour être certaine de pouvoir aller t’empiffrer un de ces jours de ces merveilleuses merveilles de crème, de chocolat et de sucre. Aux frais de ton charmant partenaire du jour.

Jetant un oeil à ton adversaire, tu el surpris en pleine discussion avec le forain. Enfin, disons plutôt que le forain monologuait et que Mike répondait par monosyllabes ou onomatopée, de ce que tu voyais. Bah. Si le tenancier distrayait l’exorciste et te permettait de gagner, ça t’allait aussi.
Oh slurk, il venait de faire un sans faute, là. Trois tirs, trois ballons. C’était ridicule, mais ça te foutait une pression dingue, et tu savais que si tu ne te reprenais pas très vite, ta merveilleuse virée pâtisserie allait te passer sous le nez. En plus de t’obliger à payer un resto. « Même aveugle, tu penses pouvoir y arriver ? Intéressant... » Tout en réajustant ton port, tu tiras une nouvelle fois, la balle frôlant le connard de ballon qui avait eu l’audace d’avoir un soubresaut et de bouger au dernier moment. Heureusement qu’ils étaient fragile et qui éclata quand même.
Un sourire plein d’innocence éclaira ton visage. « Et si on te bandait les yeux, hum ? Éclate trois ballons et je m’avouerai vaincue ♥ » Clairement, tu n’y croyais pas. À moins que Michaël Winchester soit doté de facultés inhumaines, c’était impossible.
Et au pire, si tu perdais, tu aurais toujours une poupée vaudou de lui pour lui exploser l’autre œil, sachant qu’il pourrait alors se débrouiller parfaitement sans.
Rancunière, toi ? Oh, si peu.


ScaryLand.
— it's time for a ride —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Jeu 16 Mar - 23:04
       



ScaryLand ♛
Baël & Freya
Tu te souvenais de ce qu’avait dit Freya, concernant les tortures. Elle ne t’impressionnait pas, tu pouvais en tuer dix des comme elle au petit déjeuner et ce, sans transpirer. Son imagination forçait l’admiration et tu appréciais tout particulièrement ce trait de sa personnalité. Une femme forte, qui n’hésitait pas à sortir des choses pareilles. Cela contrastait avec certaines filles cucul la praline qui avait peur d’un ballon ou d’un petit cafard. Celles-là, tu avais une envie toute particulière d’inventer des tortures pour qu’elles connaissent vraiment la définition de la peur. Enfin, tu divagues. Vague. Voilà, ça c’est fait, et tu souris simplement à Freya en guise de réponse.

« J’aime beaucoup ton imagination et ta façon de faire durer le plaisir. C’est vraiment plaisant. Je note. »

Dit comme ça, on dirait que ta passion c’était de torturer les gens. Oh. C’est pas faux remarque, mais tu n’étais pas non plus à fond dans ce délire. Après tout, tu ne pouvais plus faire ce que tu voulais, du moins tant que tu serais sur le territoire de Mephisto. Ce sale Roi ne serait pas toujours là… Ou toi tu finirais simplement par partir. Tu restais ici uniquement par intérêt, rien ne comptait à tes yeux. Tu n’avais que faire de cette académie, ces élèves, ces gens, tout pouvait exploser ou être englouti par la Géhenne, ça ne te ferait ni chaud ni froid. Au contraire, tu serais en première loge avec du popcorn pour apprécier le spectacle, sans plus. Tu espérais secrètement que ça arrive, mais surtout, tu aimerais réellement que Mephisto se fasse botter le derrière une bonne fois pour toute. Il n’avait aucune attitude belliqueuse, mais ce type cachait forcément quelque chose, et même toi en tant que démon tu ne savais pas. Tu pourrais être son ombre, car après tout c’est ton essence même. En y repensant, c’est assez cruel. Tu n’es qu’une ombre, quelque chose qui appartient à quelque chose, que ce soit l’ombre d’un arbre, l’ombre d’une personne… Tu dois suivre une personne. C’est ça, indirectement tu pourrais être son ombre, et travailler pour lui… Ou au contraire, tu pourrais devenir l’ombre de quelqu’un d’autre. C’est ça que tu cherchais en réalité. Une indépendance certaine, et en étant enfin Roi, tu aurais cette indépendance, tu ferais vivre la population dans les ombres. Ce serait tellement bien. Cette idée te faisait presque frémir tant tu l’appréciais. Enfin, cela faisait des siècles que tu vivais comme ça en réfutant cette idée, il était temps maintenant que tu arrêtes de te voiler la face. Un grand pas pour toi disons.

Tu devais te concentrer, sinon tu allais perdre cette partie et tu devrais encore sortir ton porte feuille. En réalité tu ne manquais pas de moyen, depuis le temps que tu vivais, tu avais eu le temps d’économiser énormément, mais tu aimais bien râler pour avoir une augmentation et que tu prétendais être aussi fauché que les autres, donc payer de nouveau ne le dérangeait pas. En plus Freya avait de la suite dans les idées, puisque cette dernière avait déjà repéré une pâtisserie pour aller dans le cas où tu perdais. Bah. Tu eus un sourire en l’observant du coin de l’oeil, puis tu la regardas réaliser sa performance. Tu avais cru au deuxième tir qu’elle allait se louper, et tu retins un jurons quand le ballon explosa quand même. Tu fis la moue en regardant le ballon crevé, puis Freya, en entendant le tenancier rire.


« C’est un concours entre vous ? C’est mignon ! »

« Ouais ouais. »

Tu n’avais pas envie de perdre, et tu préférais tirer dans la tête du forain à la place, il la fermerait peut-être. Tu entendis la demoiselle à côté de toi te demander si tu pouvais vraiment y arriver les yeux bandés… Et éclater trois ballons. Tu eus un sourire amusé en penchant la tête en t’étirant.

« Okay je relève le défi. »

Tu étais d’humeur joueuse. Tu étais du monde des ombres, cela ne voulait pas dire que tu arrivais à voir dans le noir, mais tu n’avais pas besoin de voir pour attaquer. Tu n’étais pas sûr à 100 % de gagner le pari, et d’éclater les trois ballons, et peut-être que tu avais trop fanfaronné pour le coup, mais tu ne refusais jamais un défi. Si tu perdais… Tant pis, ta fierté en prendrait un coup, et tu aurais honte pendant un certain temps, mais ça n’allait pas te tuer. Au contraire, ce genre de défi égayait parfois tes journées, parce que tu avais un objectif (minime soit-il) à atteindre, et cela passait parfois par la défaite de ton adversaire, car c’était assez évident que tu ne voulais pas perdre. Elle non plus, voilà pourquoi elle avait sauté sur l’occasion de te lancer ce pari au final. Le plaisir de te voir échoué dans cette tâche, prouver que tu n’étais qu’un fanfaron. Tu avais ce sourire joueur aux lèvres, tandis que le forain te tendait un tissu pour te bander les yeux.

« Je parierais pas sur toi. »

Sa mère. Quelle sympathie, mais tu gardas ton sourire collé à tes lèvres. Honnêtement, tu ne parierais pas sur toi non plus, tu pariais sur le plus offrant mais parfois, on peut risquer sa mise sur quelque chose d’inattendu et ainsi remporter une grosse somme, ce que tu allais faire au final. Tu avais pris soin de regarder les cibles, comment elles bougeaient avec leurs mouvements aléatoires qui avaient manqué de faire perdre Freya peu avant. Tu repris l’arme factice dans tes mains pour te mettre en position. Tu avais l’image en tête, c’est presque comme si tu voyais les ballons alors que tu étais actuellement dans la position d’un aveugle. Tu pris ton temps pour viser, du moins espérer que cela touche un ballon.

« Interdit de me pousser, ou de changer les cibles de place, ou j’en passe. C’est de la triche et la triche c’est mal. »

Tu étais bien placé pour dire ça tient, toi qui cherche mille et une façons de tricher. Tu tiras un coup, et tu entendis le premier ballon s’éclater. Oh. Tu avais réussi. Même toi tu n’y croyais pas. Un sourire fier vint étirer tes lèvres, mais c’était loin d’être fini. De nouveau tu te concentras, pour tirer de nouveau. Tu entendis seulement le forain s’exclamer de douleur. Ah, tu venais de lui tirer dessus. Très bien. Tu ricanas parce que c’était drôle ce que tu imaginais, avant de reporter ton attention sur les cibles, pour tirer un troisième coup et cette fois tu entendis le ballon éclater. Deux sur trois. C’est pas si mal que ça mais tu avais perdu quand même. Bon, quelle importance ? Tu ne pensais pas en toucher un à la base. La chance du démon ? Peut-être bien au final, et tu enlevas le bandeau en gardant son sourire. C’était vraiment rare que tu perdes ce sourire qui te caractérise. Sauf quand tu es en colère. Parce que tu n’es pas triste, ou alors assez rarement pour que ce soit un mythe. Tu te tournas vers Freya en haussant les épaules.

« Bon j’ai perdu, je m’avoue vaincu. Deux sur trois c’est bien, mais pas suffisant. »

Tu étais bon joueur et tu ne râlais pas après ta défaite même si intérieurement, tu trouvais ça tout bonnement scandaleux que tu perdes, et il s’en est fallu de peu pour que tu n’ailles pas bouder après avoir étranglé le forain avec sa carabine de merde là. Tu mis tes mains dans tes poches en regardant la miss à côté de toi en penchant la tête.

« Je suis bon joueur t’as vu ? Et je vais remettre la main au porte-monnaie écoute puisque c’était ça le deal. »

Adieu les sucreries payées par quelqu’un d’autre et donc bien meilleure que le goût fade et amer de la défaite. Intérieurement, tu avais juste envie de prendre ta revanche et recommencer mais ce n’était pas juste… Ah moins que Freya ne s’y prête aussi.

« J’ai peut-être perdu mais j’ai envie de voir si tu peux faire mieux que moi avec les yeux bandés. J’accepte ma défaite mais je veux quand même voir ta performance. Après tout ça peut nous aider dans notre boulot. »

Tu allais vérifier si la miss était aussi joueuse que toi, en espérant que oui, parce que tu étais vraiment curieux de voir si elle allait bien s’en sortir aussi mieux que toi, moins bien ou bien mieux. Tu t’étiras en la regardant, avant de croiser les bras en faisant craquer ton cou, tournant brièvement les yeux vers le reste du parc. Les gens affluaient, et tu avais l’impression qu’il y avait de plus en plus de gens. Ce serait une catastrophe si un démon venait les attaquer maintenant, surtout que tu n’étais pas armé et que tu n’allais pas utiliser tes ombres devant tout le monde comme ça, du genre :  « regardez-moi je suis un démon ! ». Ce serait véritablement stupide de ta part, et tu ne l’étais pas assez pour faire ça devant tout le monde. Mais bien assez pour faire des blagues débiles et pas drôles dans une maison hantée. Quelle importance ? De toute façon ce parc était sécurisé (du moins en théorie), et ta seule préoccupation c’était de voir la performance de Freya si elle acceptait elle aussi le défi. Peut-être que les pâtisseries auraient meilleur goût si jamais elle faisait moins bien que toi.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Lun 20 Mar - 14:00
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Échangeant un regard presque complice en parlant de torture médiévale avec Winchester, tu esquissas un simulacre de révérence moqueuse. « Je n’ai aucun mérite, voyons. Les médiévaux étaient bien plus imaginatifs que moi. Dommage que nous ayons perdu beaucoup de leur… sagesse. » Non, vraiment. Il te plaisait de plus en plus, l’étrange exorcistes à la vague ressemblance avec Allen Walker et Lavi Bookman. Il te plaisait, dans le sens pas du tout intéressé du terme, évidemment. Il entrait dans la catégorie “Allons un bar descendre quelques bouteilles et comploter contre nos élèves”. Pas dans la catégorie “Allons dans un bar et réveillons-nous après une nuit torride”.
Peut-être parce qu’avec son cache-oeil et son statut de Dragon, il te rappelait trop Ale’. D'ailleurs, tu te demandais comment les deux exorcistes avaient perdu une partie de la vue. Après tout, en tant que Dragons, ils étaient généralement en périphérie des combats. Et tu savais que généralement, les borgnes n'appréciaient pas qu'on les questionne.
Ah, n'avait-il pas dit qu'il avait aussi la qualification de Paladin ? C'était peut-être l'explication.

Si tu ne lui avais guère prêté attention au forain au départ, histoire d’éviter toute distraction, tu sentais grandir en toi l’envie de l’étriper. Ta main glissait de plus en plus vers ton glock, indépendamment de ta volonté. Une balle, même remplie d’eau bénite, restait une balle. Et une balle, ça pouvait faire taire un type un peu trop lourd. Ou le faire hurler de douleur, si tu visais son pied. Après, en justification, tu n’aurais qu’à dire qu’un Coaltar se baladait sur son pied et que ton immense amour pour ces sales bestioles avait juste agi.
Ta surprise fut infinie quand il accepta sans sourciller ton défi. Par la Porte de la Géhenne, il devait être sacrément confiant. Le forain farfouilla un moment dans ses affaires avant d’en tirer un morceau d’étoffe pour bander les yeux de ton camarade.
Un peu inquiète pour le pari -et ta possible défaite-, tu l’observas observer les ballons puis se plonger dans le noir. Le commentaire désobligeant du forain te fit plisser les yeux, menaçante. « Silence, vous. Nous pourrions être des tireurs d'élite; vous n'en sauriez rien. » Néanmoins, un sourire étira tes lèvres en entendant les récriminations. Tricher, toi ? Oh non, ce n’était pas ton genre. Tricher avec les hommes, oui. Tricher dans un jeu, non. Ce n’était pas intéressant. Et puis, le goût de la défaite avait cette nuance d’amertume qui vous oblige à ne plus perdre la fois d’après. « Je ne m’abaisserai pas à ça, voyons. »
Le premier projectile fit mouche, et tu fis la moue. Un coup de chance, te dis-tu pour te rassurer. Le deuxième ricocha sur le crâne dégarni du forain, qui se plaignit bruyamment tandis que tu faisais de ton mieux pour ne pas ricaner. Il l’avait amplement mérité, et pouvait s’estimer heureux qu’il ne s’agisse que de billes de plastique. Le troisième fit éclater un deuxième ballon. Sincèrement, tu étais impressionnée. Jamais tu n’aurais pensé qu’il soit possible de toucher deux ballons les yeux bandés. Applaudissant lentement alors qu’il se défaisait de l’étoffe, tu le jaugea avec curiosité. « Pas suffisant ? Pour gagner le pari, certes, mais je suis bluffée. » Pour la peine, tu aurais presque proposé payer ta part, du moment qu’il t’accompagnait. Mais non, vu que c’était quand même lui qui avait fait la proposition. Il semblait en colère contre lui-même, malgré son sourire, alors tu ne voulais pas risquer de blesser sa fierté. C’était étrange, d’ailleurs, parce que d’habitude rien ne te plaisait plus qu’humilier la gente masculine. Mais, étonnamment, tu t’accordais trop bien avec l’exorciste aux cheveux blancs que pour t’en délier. « Allez, je vais faire un geste pour ta performance : je t’offre Mange-Copies, pour que tu puisses te débarrasser des pathétiques notes de nos élèves. » Tu imaginais bien un mignon petit Shiba Inu tout bouffi, tout fluffy. Vous n'auriez qu'à lui apprendre à repérer les étudiants à l'odeur de leurs feuilles, puis le lâcher à leurs trousses sur les terrains d'entrainements, histoire de leur faire faire un peu de sport.
Face à sa proposition, tu hésitas un instant. « Ne t’attends pas à des prouesses, hein. Je n'ai jamais tenté un truc pareil. » En prime, tu n’étais pas certaine que ce soit le genre de talent que l’on attende des Dragons, surtout si d’autres Meister sont présents. Un Dragon a bien plus de chances de blesser ses coéquipier en combat, puisqu’il n’est pas porté pour le combat rapproché. Mais soit.
Attrapant le bandeau, tu pris le temps de te positionner avant de le nouer. Oh non. Non non non non non. Comment était-il possible de viser dans le noir complet ? Tu n’étais même pas certaine de tenir la carabine correctement. Tu savais que les ballons étaient face à toi, mais étaient-ils un peu plus haut, un peu plus bas ? Tu n’avais plus aucun repère, et c’était très déstabilisant. Trop déstabilisant. Néanmoins, tes doigts pressèrent la gâchette. Aucun bruit de ballon éclaté ne se fit entendre. Non, de ce que tu déduisis du bruit, c’était que tu avais visé l’étagère. Peut-être une peluche. Tu espérais avoir trouvé l’une de celles à l’effigie de Mephisto. Le deuxième projectile n’eut pas plus de succès, et tu ne loupas pas le commentaire désobligeant du forain. Te retenant de tourner la carabine factice vers lui pour lui offrir la dernière bille, tu pressas la gâchette. Ah. Un truc avait fait PAF mais ça ne ressemblait pas vraiment au bruit des ballons. Relevant légèrement le bandeau, tu fis la moue en cherchant l’exorciste des yeux. « Qu’est-ce que j’ai touché ? »
Bref, c’était définitif, dans le noir, tu ne servirais pas à grand chose. Winchester avait un talent inhumain pour avoir éclaté deux ballons.



ScaryLand.
— it's time for a ride —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Baël
Prince des Ombres
avatar
   
Messages : 120
¥ens : 215
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Admin


(www.) présentation
(www.) relationships

(www.) When the student meets the teacher ▬ Ft. Renzô
(www.) La nuit, tous les chats sont gris ▬ Ft. Asmodée
(www.) Pinkie Pie ▬ Ft. Mephisto
(www.) What is love ? Honey don't hurt me, no more ▬ Ft. Lilith
(www.) Excuse-me lad... sir ? ▬ Ft. Azazel
Localisation : Derrière toi 8D
Prince des Ombres
          
Jeu 23 Mar - 0:14
       



ScaryLand ♛
Baël & Freya
Décidément plus la journée passait et plus tu appréciais Freya. Son commentaire sur les médiévaux t’avait fait doucement sourire. Une chouette époque tu devais dire, vraiment sympathique, avec des tortures les plus intéressantes les unes que les autres. Tu adorais leur façon de penser, et tu étais pleinement d’accord avec la demoiselle, le fait que l’Humanité perde de leur sagesse. Tu ignorais si c’était vrai ou ironique, seulement toi tu étais relativement sérieux. Bordel, la poire d’angoisse te manquait. Dis comme ça, c’est vraiment horrible… Mais tu es vraiment horrible Baël quand tu veux, surtout en terme de torture où tu t’y connais pas mal, sauf que tu ne le criais pas sur les toits, les gens prendraient peur. Surtout que tu enseignais à des gamins, alors qu’est-ce qu’ils penseraient s’ils savaient que tu aimais la torture ? Que tu allais torturer ces pauvres gosses parce que certains ne savaient pas retenir trois lignes de cours ? Non tu ne t’emballait pas pour si peu, tu avais juste envie de les mettre au bûcher. Les élèves hein, pas les copies.

Tu remercias Freya en silence lorsqu’elle rabattit le caquet au forain qui commençait sérieusement à être lourd, et tu ne parlais pas de son bide. Tireur d’élite ? Hm, si seulement ce type savait à quel point l’exorciste aux gros seins avait raison. Pourtant il fit silence pour te laisser te concentrer, en faisant un commentaire sur la triche. Plus ça allait, et plus tu aimais sa façon de penser. Vous étiez fait pour vous rencontrer, faire plus ample connaissance, manger ensemble, bref, passer la journée tous les deux, en ayant planté il y a un moment les deux autres exorcistes qui accompagnaient Freya.

Le forain était sûrement sur le derrière d’avoir vu que tu avais tiré sur deux ballons sur trois. Freya aussi, puisqu’elle t’applaudissait. Oh, quelle gentillesse, tu en serais presque touché, mais non, tu n’étais pas satisfait donc ça n’allait pas, même si visiblement c’était une prouesse de faire mouche les yeux fermés. Tu n’étais jamais satisfait de tes performances. Tu te trouvais faible, en tout, et tu cachais ça sous le masque du type qui sourit sans arrêt. Tu tournas un regard moqueur vers le forain, il allait sûrement la fermer maintenant. Tant mieux, car ses moqueries à deux balles t’énervaient au plus haut point. Tu gardas cependant le silence quand il te demanda la chose suivante :


« Tu es borgne, non ? Comment tu as perdu ton œil ? »

Tiens, cela faisait longtemps que quelqu’un ne t’avait pas posé cette question. Tu te contentas de hausser les épaules. Tu savais très bien comment c’était arrivé, mais tu n’avais aucune envie de t’en rappeler, bien que cela fasse des années que cet évènement était arrivé. Ton regard se perdit dans le vague pendant un instant, parce que tu y pensais, alors tu soupiras.

« Un regrettable accident, disons. »

Il dû comprendre que tu ne voulais pas en dire plus, et il respecta ton silence, ce que tu appréciais tout particulièrement. Il ne manquerait plus que ça, qu’il insiste. C’aurait été au fond de sa gorge, les billes de ses carabines en plastique. Tu tournas la tête vers Freya quand elle te dit qu’elle était bluffée. Bluffée de quoi ? Tu pouvais faire mieux, bien mieux, l’obscurité te connaissait puisqu’en plus tu étais à demi-aveugle. Au final ça te contrariait plus qu’autre chose, mais tu acceptas quand même le compliment en hochant la tête positivement. C’était un exploit donc, de faire ça. Très bien. Maintenant tu voulais voir comment la demoiselle allait se débrouiller, pour voir si ce n’était qu’un coup de chance ou si vraiment c’était difficile. Tu penchas la tête en la regardant. Elle allait t’offrir Mange-Copies. C’est quoi, Mange-Copies exactement ? En plus elle parlait de se débarrasser de copies désastreuses des élèves. Ca t’intéressait ça en revanche. Du coup tu pensais que c’était un broyeur de papier. C’est un peu ça, mais tu n’étais pas dans le vrai non plus, si seulement tu savais.

« C’est quoi, un Mange-Copies ? »

Tu étais ignorant, oui et alors ? Tu n’avais pas la science infuse, pas comme Bel qui soufflait des inventions géniales aux hommes… Pff, même lui était plus utile que toi et pourtant ce sale rouquin était d’une paresse effrayante. Comme quoi la vie reste injuste. Tu n’allais pas t’en plaindre, tu vivais presque pour une seule chose, et tu te refusais de te laisser abattre avant, ou de mourir bêtement d’une manière ou d’une autre. Tu observas ensuite Freya mettre le bandeau sur ses yeux pour s’essayer elle aussi au tir aveugle. Elle disait ne pas t’attendre à des prouesses. Tu n’attendais jamais rien en règle générale, tu attendais que les choses arrivent pour juger directement, c’est mieux que de se faire d’autres idées. Tu l’observas attentivement, les bras croisés, tirer sa première bille. Elle toucha une peluche. Tu ricanas en regardant le trou que la bille venait de faire dans la tête d’une peluche de Mephisto. Avec un peu de chance ça l’avait tué en réalité… Quoique, s’il n’avait rien dans le crâne, alors ça ne serait pas trop possible. Voilà le secret de longévité. Soyez con, comme ça le jour où on vous tire dans la tête, vous êtes sûrs de survivre. Ou pas, c’est une théorie totalement stupide. Tu te concentras de nouveau pour observer le deuxième tir. Cette fois elle toucha le forain, et tu éclatas de rire en l’entendant râler. Décidément vous faisiez la paire avec la jeune exorciste. Tu te calmas en soufflant. Ce n’était pas très gentil de te moquer, mais c’était tellement drôle sur le moment. Le troisième coup… Cela ne fit pas le même bruit que pour les deux autres. Elle souleva son bandeau et tu souris en te mettant dans son champ de vision.

« Tu as touché le barreau. »

Ces fameux barreaux qui enferment les ballons dans les petites cages. Mangez un forain, libérez un ballon. Nouvelle campagne choc. Comme elle n’avait rien touché, tu te dis qu’en effet, ce devait être plus dur que prévu, et que tu avais eu beaucoup de chance d’avoir touché les ballons. Oh. Tu n’aurais pas pensé, très honnêtement. Donc finalement, tu n’étais pas si minable que ça. Enfin tu le restais, mais un peu moins que prévu. Dire que ça surprendrait du monde si tu disais que tu n’étais jamais satisfait… Tu te demandais même si on te croirait, si tu le disais. Sûrement que non, vu le caractère que tu traînes tous les jours, et l’image que tu renvoies. Ce serait surprenant, les gens rigoleraient en te demandant en quoi tu n’es pas performant. C’est là où tu regrettes de ne pas pouvoir parler librement. Tu avais bien Bel, mais tu ne le voyais pas non plus tous les jours, il préférait son lit à toi aussi ce sans âme. Alors tu souris doucement à Freya. Un sourire plus doux, plus calme, moins railleur. Cela faisait bizarre, c’était pour une fois un sourire naturel.

« Je pensais pas être aussi bon très honnêtement. Bon, on va dans cette fameuse pâtisserie ? J’ai faim aussi et j’ai pas encore vidé totalement mon porte monnaie. »

Tu restais de bonne humeur malgré tout, Freya arrivait à te faire passer une bonne journée sans le vouloir. Tu te demandais si c’était réciproque, mais tu n’allais pas non plus lui demander. Tu attendais le moment où il faudrait rentrer pour lui poser la question, pour avoir son avis global sur la journée. Tu tournas la tête vers le forain en lui souriant.

« Je peux avoir un Cait Sith en peluche ? »

Tu trouvais ces démons tellement mignons aussi, parce que c’était des chats, et tu adorais les chats. Ca fit rire le forain tandis qu’il te tendit ladite peluche, que tu installas sur ta tête sans pression. Tu avais retrouvé ton âme d’enfant, avec cette peluche. Après tout c’était ton prix pour avoir éclaté les trois ballons au début. En bonus, il te donna le Mephisto avec un trou dans la tête, et tu le remercias en souriant. Tu pourrais faire des expériences vaudou sur lui. Tu cherchais vraiment la merde, mais il fallait que tu essayes, parce que c’était drôle, et que tu étais irrécupérable. Tu attendis ensuite Freya, histoire de voir si elle aussi voulait réclamer son prix, et tu penchas la tête.

« Si t’en veux pas, tu me la donnes ? »

Tu comptais faire une collection de peluche. Avec Mephisto en moins. Lui terminerait au micro-onde ou dans les toilettes puis électrocuté. Tu avais pleins d’idées, il suffisait de les appliquer. Suite à quoi, vous quittez enfin ce stand que vous avez mit tant de temps à trouver. Tu suivis Freya, qui semblait savoir où se trouvait cette fameuse pâtisserie. Des trucs sucrés pour terminer la journée, quoi de mieux ? Que demande le peuple ? Après tout, il fallait finir en beauté cette journée qui avait si mal commencée… Bah oui, faut oublier le traumatisme de la maison hantée. Cette foutue maison hantée. Tiens, ça aussi faut le brûler. A se demander si justement, en période médiévale, tu n’étais pas Inquisiteur à vouloir tout brûler. Telle était la question.
By T.T.S. McKingdom
              
              
       

Born to lose ❞
⊹ But I'm living to win
       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Contenu sponsorisé
   
Contenu sponsorisé
          
       
              
              
       
Contenu sponsorisé
        Revenir en haut Aller en bas       
                                          
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » (F/LIBRE) FREYA MAVOR
       » Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)
       » Nous sommes riches aussi de nos misères [Freya :3]
       » Freya, la maudite Dame du Lac
       » Freya : The Familly business
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Centre-ville :: Mepphy Land-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: