Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
   

Au fil de l'épée et des rencontres [feat Sinead M. Douglas] Terminé

   :: Soyons sérieux à présent :: Keys Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
Aller à la page : 1, 2  Suivant
          
Lilith
Princesse des Succubes † Secrétaire de Mephisto
avatar
   
Messages : 79
¥ens : 136
Membre depuis le : 07/04/2017
À propos : La pitite fiche de liens: (www)



Localisation : Dans le coin, ou pas !
          
Mer 12 Avr - 15:02
       
ft. Sinead M.Douglas
Votre résumé.

Au fil de l'épée et des rencontres
Le gros problème de ce monde c'est le temps. Le temps et les bondieuseries. On ne mesurera jamais vraiment combien ces deux choses peuvent faire des ravages. Franchement quand je vois Sam... Méphisto, mon "patron" (notez bien les guillemets c'est important. Capital même.), je comprends mieux pourquoi il est le Roi du temps.
Le temps est une chose fourbe, instable. Vous ne pouvez jamais vous y fier. Ce petit conn... fripon, peut tantôt s'écouler paisiblement, rien pour vous frustrer le rythme, la consistance: tout est bon. Vous vaquez tranquillement à vos occupations sous son doux tic-tac qui égraine placidement et sereinement les secondes. Dans ces moment là c'est une vieille mémé qui tricote au coin du feu avec son vieux chat sur les genoux.
Et puis d'un coup mamie se lève en envoyant valdinguer Chouquette (le vieux matou ronflant sur ses genoux, suivez un peu !) dans les flammes en se levant d'un coup. Balance son tricot à la suite de la pauvre bête vers le brasier ardent. Puis se met à courir dans tous les sens avec une énergie qui renverrait au placard un gamin hyper-actif qui se serait gavé de sucres rapides, tout en hurlant des paroles tout droit sorti de la bouche d'un chanteur de hard-métal possédé par Pazuzu (je veux dire dans le film L'Exorciste on est bien plus discrets et plis dans la vraie vie) lors d'un concert particulièrement transcendant.
Le tout sous fond de sonnerie stridente d'alarmes et de réveil, avec ce pauvre Chouquette qui court dans tout les sens avec le pelage en feu. Bref le temps vient juste de vous filer entre le doigts et tout presse.
Encore ça c'est assez marrant, ou du moins distrayant. Mais le pire c'est l'inverse.
Lorsque le temps est une espèce de gelée gluante et poisseuse. Lorsque tout va au ralentit. Vous avez rien à faire et le temps s'écoule à la vitesse d'un escargot paraplégique obèse.
Je ne le supporte pas. Mais alors vraiment très mal. La mémé est sénile et se demande pour la trentième fois si sa prochaine maille est à l'endroit et à l'envers, pour oublier aussitôt qu'elle c'est posée la question. Chouquette est décédé depuis trois jours sur les genoux de mamie et les mouches et les asticots veulent même pas s'en approcher. Le feu dans l'âtre n'est plus qu'un tas de cendres glacées et l'horloge a elle aussi passée l'arme à gauche.
La Joie.
Aujourd'hui c'est un de ces jours. Je suis affalée dans mes draps en serrant une peluche lapin dans mes bras à attendre que quelque chose. N'importe quoi veuille bien arriver.
Allez Satan ! Un pitit truc! Je sais pas moi... Une explosion, un coup de téléphone ne serait ce qu'une arnaque histoire que je puisse gueuler un peu.
... Rien du tout ? Allez je vais réciter un poème, histoire de lui laisser le temps d'improviser.

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !

Baudelaire, L'horloge. Je suis pas peu fière. En attendant je tends l'oreille. Toujours le même calme assommant. UN regard sur mon téléphone et même constat: rien n'a bougé. Tout est toujours d'un mortel ennui. Je pousse un râle d'agonie. Putain tu fais chier ! On peut rien te demander. Bon c'est pas exactement comme si j'attendais sérieusement une réponse.
Mais quand ... Les premières notes en 8-bits de ma chanson du moment résonne dans la pièce. Coupant court à mes râleries intérieures. Je décroche machinalement.

" Allô ? ... Oui... Remplacer ce type ? Entrainement particulier, je vois. Y a pas de soucis j'y vais."
La preuve si il en faut une que le Diable est bien plus sympa que L'Autre Taré.
Un grand sourire  sur les lèvres, je me redresse après avoir raccroché. Un truc sympa à faire, sans que j'ai à me creuser la tête pour le trouver. Royal.
Je laisse ma fidèle peluche glisser entre les draps tandis que je vais me préparer pour la séance d'entrainement d'une exorciste qui lorgne fortement sur la classe de Paladin.
La petite veinarde. Je caresse doucement Stormbringer qui est sous sa forme de bracelet, ornant mon poignet gauche. Je ne me balade pas avec que pour faire joli contrairement à ce que certains peuvent penser. Je sais aussi m'en servir. Et bien en plus...
Elle va avoir droit à un entrainement mémorable. Je pète la pêche !

***

Une heure plus tard j'attends l'exorciste sur le terrain d'entrainement. J'ai mit des vêtements pratiques et confortables. Un jean qui me laisse une bonne liberté de mouvement totale (ou presque) tant il est souple et bien coupé. Un T-shirt blanc tout simple mais idéal pour ce genre d'activité. Et des bonnes baskets.
Je ramène une mèche de mes cheveux verts derrière mon oreille. Inutilement vu que dans quelques secondes elle reviendra tranquillement à son emplacement d'origine.
J'espère que je ne vais pas attendre longtemps. Je pourrais assez mal le prendre aujourd'hui...
              
              
       


Lilith theme song       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Mer 12 Avr - 16:31
       

「 Hunting sheep in my sleep, no I don't count them
A time to wake every day cause I'm not trying. 」

Sinead & Lilith
Elle court. Mais avec des chaussures à talons, ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple. Mais elle a absolument tenu à les porter, ce jour-là. Comme les quelques autres jours précédents, d'ailleurs. Il faut dire que ce sont de vraies merveilles : en (faux) daim noir, ouvertes sur le devant et fermées par un entrelacs de lacets. Mais avec des talons aiguilles, ce qui n'est pas ce qu'il y a de plus pratique. Seulement, ça aurait été un crime de les laisser au placard... Surtout vu le prix. Avec un salaire de prof, c'était un petit plaisir qu'elle s'était accordé et qui allait la contraindre à manger des pâtes jusqu'à la fin du mois... En plus, il y a des putains de pavés de partout, dans cette satané ville. Elle songe soudain que c'est peut-être une forme d'entraînement. La mission : ne pas se casser la gueule/se tordre une cheville/se péter les dents. Ah non ! Pas les dents ! Elle y tiens, à ses chicots. Déjà qu'elle ne sourit pas souvent, ça serait dommage de se coltiner une bouche d'édentée pour le reste de ses jours. De toute manière ça viendra bien avec l'âge...
Et voilà, elle s'est encore égarée dans ses pensées. Et du coup, son rythme aussi à ralenti. Elle se balade tranquillement dans les rues, la tête dans les nuages, les yeux dans le vague. Ce n'était pas tout ce qui était au programme.

Elle secoue la tête pour se ressaisir. Non mais, oh ! Je te rappelle que tu es déjà en retard, pauvre gourde. Tu ne peux pas vraiment te permettre de rêvasser !
Ah... La charmante voix de son for intérieur...
Elle reprend sa course, progressant à une allure chaotique, oscillant de gauche à droite pendant que sa main se glisse dans la poche de son manteau d'exorciste. Elle farfouille dedans, mais évidemment, ce n'est pas la bonne. De son autre main, elle fouille l'autre. Non plus. Elle part à l'assaut de son sac à main. Ah ! Le voilà !
L'objet qu'elle cherchait était son téléphone portable. Elle presse rapidement le bouton, et l'écran s'illumine, affichant une photographie des landes d’Écosse, surmontée de l'heure. Un jour, il faudrait qu'elle investisse dans une montre...

-Pétard ! Déjà ?!

Elle était sacrément en retard. Voilà ce que ça coûte de vouloir retenir les élèves pour être sûre qu'ils ont bien saisi la leçon. Sauf que la journée de Sinead ne s'arrête pas après les cours d'exorcisme.
Puisqu'elle vise la qualification de Paladin en plus de celle d'Aria (qu'elle possède déjà), elle doit s'entraîner régulièrement au maniement de son épée. Elle possède une claymore, une lame écossaise. C'était bien évidement une fantaisie de sa part. N'importe quelle lame aurait pu faire l'affaire. Mais, parce qu'elle plus simple à manier pour elle qu'une gigantesque lame comme en utilisent certains, et parce que cela lui rappelle ses origines dont elle est si fière, c'est elle qu'elle a choisie. Cette épée n'a pas de nom, d'ailleurs. Pourtant, beaucoup de gens nomment leur lame...
Elle sourit parce qu'elle se rappelle quelque chose. Où est-ce qu'elle a entendu ça ? Ah oui... C'était dans une série. L'une de ses personnages favori aurait répondu, à propos des gens qui donnent un nom à une arme : « a lot of cunts* ».
Mais celle de Sinead n'a rien d’exceptionnel. Elle n'est ni rare, ni ancestrale, ni démoniaque. C'est une simple claymore, qui fait son travail. Cela ne l'empêche pas de l'aimer, en revanche. Mais ce qu'elle apprécie surtout, c'est qu'elle devient presque une autre personne lorsqu'elle s'en sert. Une femme plus forte, plus sûre d'elle.

Pendant qu'elle songe à tout cela, elle est parvenue devant la porte de petit appartement. Elle s'y engouffre rapidement, et se débarrasse immédiatement de ses affaires, se déshabillant pour les jeter à terre. Tant pis, elle rangera plus tard, après l’entraînement.
En personne organisée (enfin, la plupart du temps), elle avait déjà préparé sa tenue d'entraînement. Elle s'en félicite intérieurement. Cela lui permettra d'économiser de précieuses minutes.
Exit la tenue officielle d'exorciste. Elle se contente d'un pantalon moulant en matière souple, noir, conçu pour le sport. A cela elle ajoute un t-shirt blanc des plus simples, et une petite veste en coton, au cas où. Pendant ses séances d'entraînement, elle n'est plus une exorciste confirmée. Elle devient pleinement une apprentie paladin.
Elle file à la salle de bain pour se démaquiller. Faire du sport avec du maquillage ? Quelle horreur. C'est parfaitement ignoble.

Une fois prête, elle s'empare du fourreau de l'épée, qu'elle positionne sur son épaule grâce à la lanière qui la retient, à la manière d'un sac à main. Cela ne manque jamais d'attirer l'attention. C'est pourquoi elle ne se balade pas en ville avec, en journée. Pourtant, il faudrait un jour qu'elle prenne cette habitude... Et donc qu'elle trouve un moyen plus discret de trimballer 1m30 d'acier.
Elle noue ses cheveux en queue de cheval, tourne la tête de droite à gauche pour observer le résultat dans le miroir de l'entrée. La queue est ridiculement courte, suite au coup de folie qui l'a poussée à couper sa longue chevelure. Tant pis. Ça finira par repousser.

-Aller, secoue-toi, il faut y aller !

Sur ces mots, elle s'envole presque, quittant son appartement en courant, maintenant qu'elle a enfilé une paire de baskets confortables.

Lorsqu'elle arrive sur le terrain d’entraînement, ses chaussures crissent sur la terre battue caillouteuse. Un son agréable à ses oreilles, en fin de compte.
Il fait déjà sombre, la nuit n'est pas loin. Mais les lampes diffusent autour d'elles une chaude lumière jaune, presque réconfortante.
Et le terrain est vide. Ça, ce n'est pas normal. Son instructeur habituel possède la ponctualité d'un coucou suisse...
Un peu désemparée, elle reste là, comme deux ronds de flan, quand elle voix s'avancer une fine silhouette.

-Une femme... ?

Parfois, Sinead parle toute seule. D'ordinaire, elle évite de le faire quand elle sait être en présence d'autres individus, mais parfois aussi cela lui échappe.
Elle lève un sourcil interrogateur. La fille qui vient à sa rencontre possède une étonnante chevelure verte, et semble déborder d'énergie.
Allons bon, qu'est-ce que c'est que ce truc ?
Vivant à l'Académie de la Croix-Vraie depuis des années, elle pensait avoir tout vu. Mais le fait est qu'on en apprend tous les jours.

* Note : Bien joué si tu trouves la référence.
Au fil de l'épée et des rencontres
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Lilith
Princesse des Succubes † Secrétaire de Mephisto
avatar
   
Messages : 79
¥ens : 136
Membre depuis le : 07/04/2017
À propos : La pitite fiche de liens: (www)



Localisation : Dans le coin, ou pas !
          
Mer 12 Avr - 19:38
       
ft. Sinead M.Douglas
Votre résumé.

Au fil de l'épée et des rencontres
J'attends, seule. Je donne dix secondes à l'humaine pour arriver avant de ne commencer à compter les points pour le niveau de "Vas-y crève ça t'apprendras à arriver à l'heure. Encore trente pompes !" pour son entrainement. Passé trop de temps à envier le fun d'un rat mort pour être super tolérante sur ce point là aujourd'hui.
J'en suis à neuf secondes lorsque quelqu'un daigne enfin se pointer dans un son de crissement de cailloux. Bien au moins elle a la décence de courir, c'est bien. Et c'est surtout une sacrée veinarde. A une seconde près et son entrainement aurait basculé dans le mode cauchemar de Dark Souls. Un sourire satisfait aux lèvres je m'avance pour accueillir mon élève temporaire.
Et puis j'entends sa voix. Très bien malgré la distance, les oreilles pointues c'est pas que pour faire joli, c'est aussi vachement pratique pour bien entendre. Parfois c'est franchement chiant, mais on s'y fait. Par contre j'ose espérer que cette rouquine ne fait pas partie de cette improbable et contre nature engeance de sombres débiles de femmes misogynes. Sinon je peux vous assurer que ça va très très mal se passer pour elle. Et tant pis si Méphisto n'est pas content parce que j'ai cassé un de ses exorcistes... Faut pas me faire chier, bordel.
Cependant je lui laisse le bénéfice du doute. Son instructeur habituel est un homme, et si il n'a pas prévenu son élève de son absence... Et bien, normal qu'elle soit surprise de trouver une femme à la place.
Sans rien laisser paraître de ce qui vient de se dérouler dans mon crâne (des siècles et des siècles de pratique, une nécessité pour survivre) je détaille rapidement la petite exorciste.
Joli minois, beaux cheveux roux, des yeux qui brillent d'intelligence et de perplexité devant ma chevelure, rien d'inhabituel. Qu'elle se rende compte que je fais dix-neufs ans à tout casser et c'est bon ce sera fini.
- Oui aux dernières nouvelles je suis une femme. Je souris, histoire de ne pas la foutre plus mal-à-l'aise que nécessaire. Vous êtes Sinead Douglas, c'est ça ? Enchantée, je suis Arte Angele. C'est moi qui remplace votre instructeur habituel.
Il a eu une urgence et c'est moi qui le remplace.
Toujours sourire, un sourire de miel et de lait. C'est sucré, c'est doux on en redemande. Je lui tends la main en guise de salutations. Ah, et pour les cheveux c'est naturel.
Voilà, les bases sont posées. Bien. On va pouvoir enchaîner sur les choses sérieuses. 

*Games of Thrones je crois, pc'est du Limier non ?
              
              
       


Lilith theme song       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Dim 16 Avr - 18:18
       

「 Hunting sheep in my sleep, no I don't count them
A time to wake every day cause I'm not trying. 」

Sinead & Lilith
Il y a presque quelque chose de magique dans la façon dont la fille s'approche de Sinead. Elle semble émerger des ombres, et au fur et à mesure qu'elle réduit la distance physique, la lumière se répand sur son visage, écartant les voiles sombres de l'obscurité. Ça, c'était un aperçu du côté « poète » de notre chère professeure de littérature. C'est plus fort qu'elle. Elle est capable de voir quelque chose de particulièrement beau et/ou émouvant dans une scène ou un objet ordinaire. Quoi qu'il en soit, elle n'est pas déçue. S'être traînée jusqu'au lieu d'entraînement en catimini valait le coup, c'est sûr. La nana qui se tient sous ses yeux est un concentré d'énergie. Ça se voit jusque dans ses grands yeux, qui semblent pétiller. Et en plus de ça, elle a de la répartie, la petite. Elle semble franche, bien dans ses baskets, et affirme haut et fort un statut de femme forte, n'en déplaisent aux apparences qui lui donnent des allures de toute jeune fille. Un mélange surprenant... Qui n'est pas pour déplaire à Sinead.
Si elle-même est une jeune adulte timide, elle éprouve toujours une sorte d'admiration pour celles qui n'ont pas peur de montrer un caractère affirmé. Au fond d'elle, tout au fond, c'est ce qu'elle est aussi. Mais quelque chose, qu'elle désigne elle-même par le terme de « timidité » semble l'empêcher de s'épanouir de cette manière. Trop rigide, trop coincée, souvent elle n'exprime pas tout haut ce qu'elle pense tout bas. Autrement, elle n'aurait pas hésité à manifester son assentiment par rapport aux paroles de la fille aux étranges cheveux verts.
Ses lèvres esquissent un mouvement, elle commence à ouvrir la bouche. Mais la referme aussitôt. Non, elle ne dira rien. Après tout, cette fille est un inconnue. Sinead n'est pas du genre à confier ses sentiments à des personnes qu'elle ne connaît pas. Ça sera pour une autre fois. Peut-être.

Tout ce qu'elle parvient à produire, c'est un faible :

-Enchantée, mademoiselle Angele.

Elle marque une pause, puis ajoute, d'un ton plus ferme :

-Une urgence ? C'est dommage. Mais j'imagine que c'était nécessaire.

En vérité, elle dit cela parce qu'elle n'aime pas que l'on change ses petites habitudes. Elle s'entraîne quasiment tous les jours avec la même personne. Qu'on contrarie son petit quotidien bien établit la perturbe un peu. Mais soit... Elle n'a pas vraiment le choix, non ?
Cependant, elle ne connaît absolument pas le niveau de l'autre en matière de combat. Ce qui la déstabilise un peu... Et la fait douter de ses propres capacités. La petite voix de sa conscience s'insinue, perfide, dans son esprit : Et si elle avait un niveau bien supérieur ? Elle va te mettre une raclée et tu vas te taper la honte...
Agacée, elle en aurait presque claqué sa langue contre son palais pour faire taire la voix, si elle n'avait pas craint de passer pour une dingue.
« Ca suffit. Je dois cesser de ne pas avoir confiance en moi. »
C'était plus fort qu'elle, mais elle faisait tout son possible pour lutter contre cette espèce d'inclination naturelle à l'auto-dévalorisation. Elle souffla un bon coup pour se motiver.
« Aller. N'oublie pas que, l'épée à la main, tu es une autre personne. Plus forte. Plus sûre. Et que tu es ici pour apprendre, aussi. »

Tous les muscles de Sinead semblent se détendre, surtout ceux de son visage. Elle ne sourit pas à Arte, parce que la jovialité excessive n'est pas son fort. Mais elle lui adresse un regard bienveillant, et dans la palette de ses expressions, c'est équivalent.
Plaçant sa main sur la garde de sa claymore, dans un geste presque délicat, elle déclare :

-Bien. Je suppose qu'on a assez perdu de temps en bavardages. Commençons.

Pour une fois, elle décide de prendre les devants. Puisque le programme est chamboulé, autant en profiter. Si cette séance ne doit pas être comme les autres, autant en profiter pour sortir de l'ordinaire. Car d'ordinaire, elle attends que son instructeur lui indique le bon moment pour commencer. Mais pas ce soir.
Alors, elle fait dans la lame sans prévenir. Elle passe d'une attitude calme et posée à celle du combat en une fraction de seconde. Dans un chuintement, la lame glisse hors du fourreau, et elle la soulève d'un geste sec, découpant l'air dans un arc de cercle... Et fonçant droit sur Arte.

Cependant, malgré le fait que son attention soit presque entièrement dirigée sur la fille, ses sourcils se froncent imperceptiblement alors qu'elle se rapproche de son adversaire. Décidément, il y a quelque chose qui cloche chez Arte... Mais elle ne saurait dire quoi. Quelque chose dans son attitude, dans sa mise, dans sa façon de parler ? Sinead sent l'élément louche sans parvenir à l'identifier. Il lui semble que la réponse est là, sous ses yeux, mais qu'elle ne parvient pas à mettre le doigt dessus...

HRP : Yep, c'est ça !
Au fil de l'épée et des rencontres
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Lilith
Princesse des Succubes † Secrétaire de Mephisto
avatar
   
Messages : 79
¥ens : 136
Membre depuis le : 07/04/2017
À propos : La pitite fiche de liens: (www)



Localisation : Dans le coin, ou pas !
          
Dim 16 Avr - 20:42
       
ft. Sinead M.Douglas
Votre résumé.

Au fil de l'épée et des rencontres
Je semble produire un fort effet sur la petite humaine (qui se trimbale quand même une claymore d'un mètre trente. Moi je dis : "Bravo !" et en français s'il vous plait !), en soit c'est pas surprenant. Je fais souvent cet effet. N'y voyez aucune vantardise, juste un simple constat des faits. C'est dans ma nature de faire naître ce genre de choses dans les cœurs humains, et démoniaques.
Sinead semble vouloir me dire quelque chose, puis se ravise. Je lève un sourcil intriguée, qu'est ce qu'elle voulait me dire ? Bah, sera pour autre fois. Si il y a une autre fois. Enfin le monde est tout petit comme dit la chanson (elle est un peu saoulante, ça te reste dans la tête sans que tu puisse t'en débarrasser et les marionnettes sont flippantes   ou c'est moi ?)
J'écoute tranquillement ses réponses. C'est toujours utile pour cerner les gens ça. D'abord faible sa voix s'affirme rapidement. Une timide qui se soigne ? Sans doute. Mais je ne suis pas infaillible niveau analyse comportementale. L'humain peut-être si imprévisible ! C'est pour ça qu'on l'aime. Il est si divertissant et il est capable de trucs pas croyables. Hem! c'est pas le sujet. Revenons à nos moutons, moutons roux qui se baladent avec une claymore et cherche à soigner sa timidité. Je lui adresse un sourire bienveillant, pour l'encourager. Je me dis qu'elle a de la chance de tomber sur moi maintenant. Et pas il y a quelques siècles, à l'époque où je prenais plaisir à tourmenter les filles d’Ève qui avaient le malheur de croiser ma route. Et où paradoxalement je me passionnais déjà pour les humains. C'est loin tout ça, entre temps j'ai pris un chemin différent. Je me suis mise du côté des femmes, enfin je digresse.
Ah pour son formateur je sais absolument pas c'est quoi son urgence. Et encore moins si son absence était réellement nécessaire. Je me suis pas renseignée, et je m'en fous un peu aussi. Je sais juste que ça a permis de me sortir de mon ennui mortel. Et ça franchement ça me suffit.
La petite a l'air chaude pour commencer l'entrainement. Bien on va commencer par de l'échauffement et ensuite on fera quelques passes ou un duel. Voilà le programme que j'avais concocter (tout en prévoyant de bien la faire suer), programme qui vient de voler en éclats alors que la rouquine dégaine sa claymore sans somation. Le chuintement caractéristique de l'acier qui quitte son fourreau résonne dans mes oreilles. La lame de la claymore décrit un arc de cercle dans l'air avant de foncer sur moi. Bordel. Elle plaisante pas la rouquine, je n'ai pas pris une épée d'entrainement à disposition, je n'ai que Stormbringer à mon poignet, affamée comme toujours. Mais on ne dégaine pas une épée mangeuse d'âmes inconsidérément. C'est à dire qu'on s'en sert pas comme coupe-papier, pour étaler le beurre sur sa tartine le matin, pour couper son steak ou se curer les ongles. Non. On la sort lorsqu'on doit trancher la chair, voir prendre la vie.
Bref, ce n'est pas le moment ni le lieu. Toute une série de jurons dans des langues mortes, ou plus vivantes, me traverse l'esprit. On a pas idée de la poésie de certains. Enfin je peux pas rester planter là comme une gourde.
Mon instinct de combattante prend le contrôle. C'est l'occasion de lui apprendre une leçon importante: "Ce n'est pas parce qu'on a une grosse épée qu'on peut foncer sans réfléchir". Mes yeux se font durs, tout mon corps se tend près à réagir au quart de tour. Je la laisse venir, et puis quand elle est assez proche, emportée dans son élan. Je me jette à terre et effectue une roulade (bordel c'est super caillouteux ici !), je passe entre ses jambes pour me relever dans son dos d'une impulsion. Aussitôt je me retourne, elle n'a pas eu le temps de réagir. Ma manœuvre était trop surprenante et très peu conventionnelle, il faut l'avouer. D'un mouvement fluide et rapide je passe mon bras autour de son cou, de manière à pouvoir l'étrangler juste en tirant dessus. Mon corps est plaqué contre le sien, sa gorge prise dans mon étreinte potentiellement mortelle. Là il me suffirait de serrer ou de dégainer une quelconque arme pour qu'elle décède. Pouf! Y a plus d'exorciste ! D'ailleurs la seconde option est nettement plus pratique et réalisable pour moi.
Par contre la perspective d'avoir un Méphy pas content que je lui ai cassé un de ses jouets sur le dos combiné au fait que j'ai pas du tout envie de la tuer ou de l'asphyxier un peu rende cette option totalement caduc. Quoique si ça lui fait les pieds de m'attaquer avec une saloperie de lame d'un mètre trente... Nah! Vraiment, nah. Pas envie. Trop chiant ce soir.
-T'es morte !~ Je lance ça joyeusement tout en retirant mon bras et en reculant.
Là c'est de la fanfaronnade gratuite. J'aurais tout aussi bien pu la fermer que le message serait passé quand même. Et j'ai surtout eu un pot énorme qu'elle ouvre ses jambes dans le bon écartement. Sinon je me la péterait un peu moins... Mais ça je vais pas le lui dire.
- Déjà j'avais pas mon arme donc bravo, tu aurais pu me blesser. Mais à supposer que je sois un démon on va dire que le fait de foncer sur sa cible comme un berserker est pas une si mauvaise idée que ça. Si on sait qui on a en face de soit. Je me garde bien de lui dire qu'en quelques minutes il ne serait rien resté de la plaie. Pas la peine de me griller, sinon autant tout lui cracher "Salut je m'appelle Lilith, oui je suis la princesse des sucubes et Méphisto en fait c'est Samaël le Roi du Temps et de l'Espace. Et y a pas que nous comme démons supérieurs sur le campus! bisous!"
-Après je ne dis pas que foncer de le tas est toujours une mauvaise stratégie. Mais faut réfléchir un peu aussi. J'enlève la poussière de mes vêtements tout en causant tranquillement. Après tout n'est pas à jeté. T'as un assez bon niveau de ce que j'ai pu voir. Bonnes postures et bon maintient de l'arme. Par contre là tu vas me faire trente tours de terrain au pas de course, comme si t'avais une armée de démons aux fesses. Et après ce sera des séries de pompes. Sinon c'était pas une mauvaise idée de prendre l'initiative.
Je veux bien être gentille mais j'apprécie vraiment moyen qu'on m'attaque à l'arme blanche sans que je puisse répliquer. Alors le mode cauchemar de Dark Souls elle va pas y couper !
Je passe une main dans mes cheveux pleins de poussière, j'espère que les douches des vestiaires sont propres. Parce que une douche j'en aurais bien besoin à la fin de la séance. Bien fait de prendre du savon et du shampoing moi en plus des vêtements de rechange.
Je regarde la rouquine courir. Elle a du potentiel quand même, et du cran. J'aime ça.
Si elle continue comme ça durant le reste de la séance je vais peut-être suivre de près sa progression. Peut-être, ça dépendra de mon humeur et de mes envies.
Mais là elle va surtout suer sang et eau.
              
              
       


Lilith theme song       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Dim 16 Avr - 22:23
       

「 Hunting sheep in my sleep, no I don't count them
A time to wake every day cause I'm not trying. 」

Sinead & Lilith
La petite voix de la conscience – ou bien « Sinead en son for intérieur », appelez ça comme vous voudrez – s'affole.  
Raaaaaaah ! Mais tu es complètement malade, ma fille ?! Depuis quand on saute sur les gens comme ça ?! Tu ne veux quand même pas lui trancher la gorge ? C'est un entraînement, alors mollo !
Mais pour une fois, Sinead n'a que faire de la petite voix. Elle sait qu'elle est là, elle l'entend, mais ne lui prête pas attention. Parce qu'une fois la lame hors du fourreau, c'est une autre personne. Alors oui, le geste est précipité, voire carrément téméraire... Et alors ? La Sinead mode guerrière n'a que faire de ces considérations.

Elle fonce sur la verte, dans le sillage de sa lame, comme si c'était elle qui l'entraînait et non l'inverse. Arte et immobile, potentielle victime parfaite.
Évidemment, Sinead n'a pas du tout l'intention de la blesser. Si le tranchant de la lame semble se diriger droit vers la gorge de cette inhabituelle instructrice, au final, c'est du plat qu'elle à l'intention de simplement lui frapper le front. Et puis, quand à l'intensité du choc, eh bien... Arte n'a pas l'air d'être une petite chose fragile, non ? Autant voir si les apparences sont trompeuses.
Parce qu'on utilise pas d'armes factices, même en entraînement, à la Croix-Vraie. Du moins, pas quand on est exorciste confirmé.
De toute manière, je suis sûre qu'elle ne voulait pas me ménager... Se dit-elle. Parce que c'est toujours comme ça, au sein de l'Ordre de La Croix-Vraie. Exorcistes, profs, combattants... Peu importe comment on les désigne, les collègues ne sont jamais tendre entre eux... Quoi que soit le rôle de la verte, d'ailleurs.
C'est vrai que c'est la première fois que Sinead la rencontre. Oh oui. Elle s'en serait souvenu, autrement. On ne croise pas des pilles électriques sur pattes, de surcroît à la chevelure verte, tous les jours. Même si elle en a vu des vertes et des pas mûres, aussi bien en tant qu'exorciste qu'en tant qu'émigrée au Japon, un phénomène pareil ne cours pas les rues.

Quoi qu'il en soit, si le plan de la rouquine était de prendre Arte par surprise pour lui asséner un coup d'entrée de jeu, c'est raté. Parce que tout ne se passa pas comme sur le plan. C'est sûr, elle n'allait pas pouvoir employer une de ses expressions favorites : « mieux que sur le plan », héritée de son père. Parce qu'au dernier moment, voilà qu'une ombre passe dans le regard de la verte. L'étincelle présente au fond de ses yeux semble s'évanouir. Et en une fraction de seconde, la voilà qui disparaît.
Enfin, pas totalement. Ça, c'est l'impression que Sinead a eue. En vérité, la fille lui a simplement filé entre les pattes.
La surprise agrandit les yeux de Sinead. Dans le même mouvement, une mèche rousse rebelle lui barre le visage. Elle secoue la tête avec agacement, mais n'a pas le temps de réagir que l'autre réplique.

Soudain, quelque chose lui enserre la gorge, et elle manque de s'étouffer : c'est tout juste si l'air parvient à passer le barrage de sa gorge. Elle réalise qu'il s'agit du bras d'Arte lorsqu'elle louche sur la peau claire de celle-ci.
Celle-ci a fait preuve d'une facilité déconcertante pour la neutraliser. Pas de doute : Sinead a encore besoin de faire ses preuves.
Si elle voulait, la verte n'aurait qu'a resserrer son étreinte pour l'étrangler. Surtout que pour une silhouette gracile comme la sienne, elle possède une force surprenante, Sinead le sent à la façon dont elle l'étreint. Intéressant... Cette fille est étonnante à plus d'un titre. Et cela ne fait que renforcer l'espèce de malaise qu'elle lui évoque. Quelque chose cloche, mais quoi, bon sang ?

-T'es morte !~

Si l'épée de Sinead était encore en l'air, la jeune femme étant figée par la surprise, cela suffit à rompre son immobilité, et elle baisse lentement la lame, dont la pointe vient frôler le sol dans un crissement de cailloux.
La vivacité semble avoir regagné Arte. Sinead se retourne aussitôt qu'elle la relâche. La fille semble exulter, fière de son coup. Si la rousse n'était pas aussi soufflée, elle en aurait été agacée. Et peut-être qu'elle aurait répliqué. Sans se préoccuper de l'issue. Cependant, elle doit admettre, au fond d'elle, que l'autre est douée. Ce qui donne une dimension nouvelle à la séance. Changement de tactique.
Aussi reste elle immobile, autrement dit attentive, cependant qu'Arte lui fait un rapide topo, lui démontrant par A + B ses erreurs. En fait, il s'agit presque d'une leçon. Mais Sinead se rend. A toujours faire la fière, elle ne pourrait progresser dans la voie de l'exorcisme. C'est pourquoi elle opte pour une attitude d'élève sérieuses (ce qu'elle fût, d'ailleurs, du temps où elle fréquentait les bancs de l'Académie).

-C'est vrai, je dois le reconnaître, répond-elle en se réfugiant derrière un ton ferme, presque guindé. Mon attitude était irréfléchie. J'ai encore beaucoup de choses à revoir avant d'obtenir la qualification de paladin.

S'il y a bien une qualité que la demi-écossaise possède, c'est celle de reconnaître ses erreurs. Enfin... La plupart du temps. Mais cependant elle en est consciente et en est même fière.

Mais la verte a le don de déconcerte Sinead. Ce qui ne rate pas lorsqu'elle complimente son niveau. Une bouffée de chaleur envahit brièvement son visage, en même temps qu'une vague de fierté. La petite voix intérieure hurle en elle. Oh, c'est vrai ? C'est géniaaaaaaal !
Un effet de courte durée. Quoi ? Trente tours de terrain et des pompes ? C'est l'entraînement pour l'armée ou quoi ?! Parce que bon, les trente tours de terrain, OK, soit. Elle n'aime pas particulièrement courir – entendez par là que ce n'est pas une passion – mais elle ne rechigne pas quand c'est nécessaire. Et croyez-moi, quand on fait la chasse aux démons, ça s'avère souvent nécessaire. C'est pas parce qu'on ne voit pas le vieux courir dans le film l'Exorciste qu'il faut croire que le job est de tout repos. Par contre, les pompes, c'est une autre paire de manche. Elle a HORREUR de ça.
Elle se retient de grimacer. D'une, parce qu'elle a décidé d'être cool avec l'autre – d'autant que le courant passe plutôt bien jusque là -, de deux, parce qu'elle ne veut pas perdre la face. Elle se contente de répondre laconiquement, tout en se raidissant légèrement.

-Soit.

Elle ne perd pas de temps et s'élance, filant sur les bords du terrain. La clé, c'est la respiration. Il ne faut pas respirer trop vite, de manière saccadée, façon « petit chien ». Alors elle inspire, puisant de l'air pour l'introduire profondément dans ses poumons, avant de le relâcher de manière mesurée cependant qu'elle enchaîne les foulées.

Elle s'arrête lorsqu'elle a atteint le nombre requis de tours, qu'elle a consciencieusement comptés tout en courant. Des perles de transpiration lui décorent le front à la manière d'une couronne d'un genre nouveau. Sa respiration est lourde est un peu hachée. Elle se penche en avant, pliée en deux, pour se reposer quelques instants. Mais elle sent le regard impitoyable de la verte sur elle.
Elle relève la tête pour croiser un regard de fer. Ah, elle veut m'en faire baver ? Qu'à cela ne tienne.
Elle se met en position pour débuter sa série de pompes. L'instructrice n'a pas précisé combien elle devait en faire. Mais elle débute toute de même. Elle enchaîne les mouvements, et grimace assez vite. La douleur lui déchire les muscles, mais elle continue. Il s'agit surtout de montrer de quoi elle est capable.
Pendant ce temps, elle compte. Elle arrive à 66, assez fière d'elle malgré l'état d'essoufflement avancé dans lequel elle est. Elle serre les dents à s'en briser les mâchoires. Aller, encore un effort... 67... 68... 69... 70.
Elle décide d'arrêter là, et se redresse, rendue toute mole par l'effort. Elle place ses mains sur ses hanches pour affronter le regard de la verte.

-Vous n'aviez pas précisé le nombre. Est-ce que ça vous va ?

Cependant que sa poitrine se soulève à un rythme effréné, elle attend la réponse.
Au fil de l'épée et des rencontres
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Lilith
Princesse des Succubes † Secrétaire de Mephisto
avatar
   
Messages : 79
¥ens : 136
Membre depuis le : 07/04/2017
À propos : La pitite fiche de liens: (www)



Localisation : Dans le coin, ou pas !
          
Lun 17 Avr - 18:18
       
ft. Sinead M.Douglas
Votre résumé.

Au fil de l'épée et des rencontres

Je devrais peut-être préciser que la force brute c'est pas mon truc. Par rapport à une humaine "lambda" je peux effectivement faire preuve d'une force peu naturelle. Néanmoins face à un autre démon ça devient nettement plus délicat déjà, tout comme avec un homme bien baraque. Pourquoi vous croyez que j'ai une épée mangeuse d'âmes qui peut me transmettre une part de la force de ses repas ?
Alors pour moi le but du jeu n'est pas de cogner plus fort que le type en face, non sinon je perdrais souvent. Le but du jeu c'est de la jouer le plus fin possible. D'exploiter au maximum les faiblesses de l'adversaire et faire de ma légèreté, ma finesse et mon endurance des armes redoutables qui viennent s'additionner au tranchant de ma lame.
Le combat est une danse, une danse mortelle. Une danse où le sang et la douleur sont toujours versés. Lorsque je combat je danse. Mon épée devient un accessoire traditionnel d'une danse rituelle oubliée et cruelle. C'est pour cela que je me débrouille si bien en escrime. Parce que la danse est une technique de séduction. Et que la séduction et moi c'est presque la même chose.
Moi sur un champ de bataille je danse, le tout est de trouvé le rythme du combat et de le suivre. Ensuite de savoir en imposer un nouveau. Voilà ça c'est dit !
Je regarde la rouquine faire ses tours de terrains. Elle s'en sort bien, bonne respiration excellent point. En même temps bien courir doit être une des premières choses qu'on leur apprend au début de leur formation. Parce que bon, franchement je ne dit pas ça parce que je suis une démone mais, souvent la meilleure solution pour les exorcistes lorsqu'ils sont face à un démon c'est: courir. Courir jusqu'à qu'on trouve un truc qui marche pour s'en débarrasser ou que le démon se débarrasse de vous. Je peux vous dire que depuis le début de ma carrière j'en ai vu des guignols se faire déchiqueter, charcuter, flamber, émasculer etc parce qu'ils savaient pas se servir convenablement de leurs guibolles.
Ce n'est pas le cas de la rouquine, non elle s'enfile les tours de terrain tranquille. Ah ben si j'avais su je lui en aurais demander plus ! Quelque chose comme cinquante ou quatre-vingt. J'ai une petite partie de moi qui a envie de se la jouer instructeur à la Full Metal Jacquet, ouais mais non. Je l'aime bien cette petite, et puis on m'a demandé une leçon d'escrime, pas une séance de torture psychologique. Alors je me contente de la regarder courir tout en m'étirant. Il faut bien que je m'échauffe moi aussi.

Je viens de finir, lorsque je vois Sinead s’arrêter son visage en sueur, voile salé-amer humide qui recouvre ses traits . Sa respiration est courte, saccadée. Pas étonnant après l'effort qu'elle vient de fournir, mais si elle croit pouvoir prendre une pause sans que je l'y autorise elle se fourre le doigt dans l’œil jusqu'au coude !
Allez on se bouge la mollasse! Il reste les pompes à faire! Qui t'as dit que c'était fini ? Je la fixe, impitoyable. Mes yeux sont de l'acier, ah non cocotte ça va pas se passer comme ça. Tu vas en baver, là c'était qu'un avant goût, il reste encore du temps avant que les choses sérieuses commencent. Je peux être totalement inflexible, inébranlable. Je l'ai déjà prouvé par le passé. De nombreuses fois, ça fait parti de ma nature. Je suis le roc et la tempête à la fois.
Toujours est-il que la rouquine a du capter le message parce qu'elle se met en position et commence ses pompes avant même que j'ai pu ouvrir la bouche.
Ah ben c'est super ! On va voir jusqu'à combien elle tient. Je la laisse enchaîner, observant tranquillement son visage déformé par la douleur. C'est qu'elle s'accroche ! Je dénombre soixante-dix pompes lorsqu'elle se redresse toute molle suite à l'effort, en me demandant si ça me convient. Je prend trois secondes de reflection. Avant de dire :

-Bon allez ça va ! Tu me fais encore une série comme ça puis tu t'étires. Après on se fera quelques passes.

Je la laisse digérer la nouvelle et vais chercher une épée d'entrainement, bon voyons un peu ce qu'il y a ...
Je galère pour trouver une épée à peu près convenable. Pour finalement en trouver une qui me convient parfaitement (bon pas autant que Stormbringer, mais que voulez vous. Nul n'est parfait.) bien équilibrée légère et d'une longueur convenable. Je m'amuse à la faire virevolter dans les airs avant de la rattraper souplement. Elle me va.
Je vais donc rejoindre Sinead en sifflotant gaiement, c'est quoi déjà cet air ? Greensleeves ? Peut-être.

-Bon ! On va commencer par échanger quelques passes. Je ne parle pas d'un duel.
Donc on cherche pas à taper sur l'instructrice ! Le but du jeu c'est que je puisse t'aider à te corriger.
Je souris durant tout le temps que je parle puis je pointe ma lame vers elle. Et nous commençons à nous échanger des passes. Je ne lui laisse aucun répit, je la pousse dans ses retranchements. Notant impitoyablement la moindre de ses maladresses et ses coups d'éclats. Lui lançant dessus les indications pur se corriger "Ta garde, ne prend pas autant appui sur ton pied gauche ! Ta garde ! etc.".
              
              
       


Lilith theme song       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Lun 17 Avr - 19:27
       

「 Hunting sheep in my sleep, no I don't count them
A time to wake every day cause I'm not trying. 」

Sinead & Lilith
Ça fait la fière pour ne pas perdre la face, mais à l'intérieur, c'est loin d'être la grosse éclate En vérité Sinead serre les dents à s'en péter la mâchoire. Pour retenir la grimace qui menace de déformer son visage. Autrement tout l'effet serait perdu. Sauf qu'un point de côté lui brûle le flanc, comme si on lui avait posé un pain de glace entre les côtes. Dans la chair. A vif.
Le silence lui répond, et la fille aux cheveux verts la fixe. Est-ce du calme ou est-ce qu'elle se prépare à lui en faire baver d'avantage ? Après tout, ce n'est pas impossible qu'elle n'apprécie pas sa prise d'initiative. C'est vrai, quoi, elle pourrait décider de jouer les dures et de lui en faire voir de toutes les couleurs... C'est pourquoi le malaise s'infiltre dans les veines de la rousse quand Arte délibère patiemment avant de lui répondre.

Aussi ne sait-elle pas quoi répondre lorsque la sentence tombe. Mais sa voix intérieure, elle, a toujours un mot à dire.
Maaaaaaaaaaais quoi ? Il faut recommencer maintenant ? Vas-y, j'aurais du rester à la maison !
Et puis quoi encore ? Quand on a de l'ambition dans la carrière d'exorciste, on ne s'arrête pas à la première difficulté. Sinead n'a jamais visé le grade de Saint Paladin, loin de là... Mais quand même. Elle a bien l'intention de faire ses preuves, et de prendre deux ou trois grades... Avant qu'un démon lui ôte la vie (sait-on jamais, les risques du métier, tout ça). Alors ce n'est certainement pas une instructrice loufoque sortie de nulle part qui va l'empêcher de tourner en rond. Mine de rien, la rousse est une des plus récentes recrues confirmées de la branche japonaise de l'Ordre de la Croix-Vraie. Elle a encore des preuves à faire. Elle tiens à se faire respecter, une fois n'est pas coutume. Et ce n'est certainement pas en craquant et chouinant pour quelques malheureux tours de terrain que ça va se produire.
Ouais enfin, quarante, quoi...
C'est vrai qu'elle n'en mène pas large. Mais aller, du nerf, que diable !
Un petit, tout petit sourire naît au coin de ses lèvres. Ah... Déformation professionnelle. La plupart des exorcistes goûtent l'art du jeu de mot en rapport avec tout ce qui est dieu/démon/diable. Et Sinead fait partie du lot.
Bien, il est temps de se bouger les miches et d'arrêter les private jokes, si tu veux vraiment impressionner cette fille. Mais tu m'enlèveras pas de la tête qu'elle est bizarre...

-Bien.

Pas très loquace, certes. Pourtant, elle était à deux doigts d'ajouter « à vos ordres ». C'est comme un réflexe. Heureusement, contenu. Parce que déjà, il est hors de question de se placer volontairement dans une position d'infériorité. Faudrait voir à pas trop se rabaisser. Et puis ensuite, eh bien...
Alors qu'elle reprend sa course, peinant cette fois-ci à contrôler son souffle, l'idée lui traverse l'esprit.
C'est vrai, ça... C'est qui cette fille, au juste ? D'où elle sort ? Elle est exorciste, au moins ? Ça pourrait être n'importe qui... Je n'ai vu aucun badge ou quelconque insigne d'autorité sur elle. Il faudrait que je lui pose la question à la fin de cette séance de tort... D'entraînement.

Péniblement, Sinead répète le même manège que précédemment. Mais de manière moins glorieuse. Surtout parce que sa respiration est beaucoup plus saccadée. A la fin de sa série de pompes, elle s'étale même au sol, savourant se répit bienvenu comme si elle ne sentait pas les cailloux s'enfoncer dans sa peau, comme si le sol faisait un excellent matelas. Mais c'est le sourire aux lèvres qu'elle le fait. Parce qu'elle n'aura pas flanché, mine de rien.
Faisant fi des convenances (ce qui ne lui ressemble absolument pas!), elle se redresse après cet instant étrange, et époussette ses manques de son t-shirt d'un geste nonchalamment délicat. Quand bien même elle est couverte de poussière.
Eh ouais, parce que tout est dans l'attitude, ma cocotte ! Parfois, la voix de son for intérieur a tendance à s'emballer un peu trop.

Pendant que Sinead procède à quelques étirements, Arte s'approche d'elle avec une lame d'emprunt. Les choses sérieuses vont pouvoir commencer.
La fille aux cheveux verts lui recommande expressément de ne pas la frapper, lui expliquant qu'il s'agit d'un simple échange de passes. Le premier réflexe de la rousse est de se sentir vexée. Oh c'est bon, quoi, c'était pour plaisanter... Mais elle se reprend rapidement. C'est vrai que c'était un poil abusé, quand même. Elle a raison. Du coup, elle lui adresse un petit sourire, mi amusé, mi pincé, mais qui se veut complice. Elle ne sait pas trop comment l'autre va réagir, mais bon...

-Oui, effectivement !

Mais l'autre à l'air d'assez bonne humeur. Elle sifflote, même. Bien, c'est plutôt positif.
C'est alors qu'elle se laisse abuser par son sourire parfaitement innocent qu'Arte pointe sa lame sur elle. Sinead se retient tout juste de loucher dessus. Ok, elle commence comme ça, elle?!
Et après, c'est moi qui suit trop impétueuse...
Le sang de l'américaine ne fait qu'un tour dans ses veines. Le mode combat est engagé.

Arte se révèle une professeure impitoyable. Ce qui, mine de rien, change du vieux blasé auquel elle a le droit en temps normal... La fille aux cheveux vert semble danser avec sa lame... Non, en fait c'est comme si elles ne faisaient plus qu'une. La grâce imprègne tous ses gestes, et ce ballet se déchaîne sur Sinead, qui n'a cependant pas de mal à parer. En revanche, cela ne lui laisse pas une seconde pour riposter. Elle ne parvient qu'à se défendre. L'autre ne lui laisse pas une seule seconde de répit, qu'elle lui adresse un nouveau coup, regorgeant de créativité en matière d'attaque.
Pendant ce temps, elle la noie sous une averse de conseils et de remarques. Si bien qu'entre ses attaques physiques et verbale, la rousse jongle. Une goutte de sueur glisse dans le creux de son dos, mais elle ne le remarque même pas.
Puis son regard étincelle une fraction de seconde. Là ! Une occasion ! Elle ne la ratte pas. Elle tranche l'air avec sa lame, la dirigeant vers le flanc de sa partenaire avant de l'arrêter à quelques millimètres.
Elle la regarde, souriante, et murmure :

-Touché. Un partout.


Elle ne lui laisse pas le temps de répondre, qu'elle reprend l'échange de passes avec Arte, celle-ci suivant aisément le mouvement. Peut-être qu'elle lui fera regretter son impudence, peut-être pas... En fait, Sinead est curieuse de le savoir.
Au fil de l'épée et des rencontres
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Lilith
Princesse des Succubes † Secrétaire de Mephisto
avatar
   
Messages : 79
¥ens : 136
Membre depuis le : 07/04/2017
À propos : La pitite fiche de liens: (www)



Localisation : Dans le coin, ou pas !
          
Mar 18 Avr - 17:53
       
ft. Sinead M.Douglas
Votre résumé.

Au fil de l'épée et des rencontres
Je danse. Je danse simplement. Je laisse le rythme me porter. Je danse sur une mélodie inaudible pour les non-initiés. Une mélodie létale, mais pas ce soir. Ce soir je ne me donne pas à fond. Je joue, je prend les choses à la légère. Ce soir la danse est guerrière pas mortelle. Je suis trop détendue pas assez sur mes gardes. J'en oublie les règles les plus élèmetaires. Et j'en viens à laisser une ouverture dans ma garde. Assez énorme pour qu'une débutante s'y enfonce avec brio et aisance.
  Je suis en rogne. En rogne et fière. En rogne contre moi-même, moi qui ait ... Je sais pas combien d'années d'expérience de plus que la petite. Je ne devrais pas perdre le rythme aussi facilement ! Aussi désinvoltement raaaaaah ! Et voilà que c'est la petite humaine qui dicte le rythme. Maladroitement, totalement prévisible, sans vraiment d'audace ou d'originalité. Très scolaire. Bref pas un défi. Je le suis sans même y penser.
Fière parce que le coup était quand même pas mal. Très bien exécuté, rapide et efficace. Et j'aime à penser que je n'y suis pas pour rien. Oh ça va ! Vous aussi vous aimez vous faire mousser !
Cependant je ne peux clairement pas la laisser continuer à mener la danse. Il faut lui rappeler que le chemin à parcourir est encore long, très long. Et aussi qu'elle n'est pas la reine du monde, de nous deux celle qui en est le plus proche c'est moi. Eh ! L'humour vous connaissez ? Les titres de Princesse des succubes et Chouchoute de la Géhenne me suffisent ! Pas la peine de chercher à en ajouter un autre. Bref ! Il faut remettre les choses dans l'ordre. Pas méchament mais efficacement.
Fini de jouer. C'est du sérieux ! Je ne laisse évidement rien paraître de ce qui se déroule dans mon crâne, et continue d'échanger des passes d'un ennui sans nom. Cependant je suis désormais sérieuse. Je veille à ne commettre aucune erreur.

Le but du jeu va être de reprendre en main le rythme. De mener à nouveau la danse. Je ne me précipite pas, je prend tout mon temps. Je la joue fine. Je ne m'impose pas directement, non. J'agis de façon subtile quasi imperceptible. Coup par coup, pas à pas, doucement, avec le savoir faire d'un orfèvre et la minutie d'un horloger. La grâce d'une nymphe.
Passe à passe je grignote du terrain, sans qu'elle ne puisse sans rendre compte avant qu'il ne soit trop tard. Je reprend tranquillement la main. Lentement mais surement, insidieusement j'étend mon empire, je virevolte d'abord enfantinement. Innocemment, je suis la douceur de l'enfance, la simplicité des primes années. Je ne semble pas bouger. Me laisser diriger par l'épéiste rousse. Tout en continuant à prodiguer des conseils. Puis soudainement le masque tombe.
L’enchaînement passe d'une gauche ronde d'enfant à un ballet complexe et impitoyable d'une danseuse dans la fleur de l'âge. Sans que l'on puisse dire quand le changement a commencé à s'effectuer. On ne peut être que le papillon ébahie devant la sensuelle flamme d'une bougie, vers qui on se dirige pour se rendre compte trop tard que l'on va se faire empêtre dans la soie d'une araignée affamée.
Mais on est trop occupé à essayer de suivre le rythme infernal et cruel imposé pour voir l'issue fatale approcher.
Je peux faire ça aussi facilement parce que Sinead est une débutante, face à un escrimeur plus expérimenté la chose serait nettement moins aisée. Enfin cela dépend du niveau de l’escrimeur.
Toujours est-il que j'ai tranquillement repris le dessus, et que je m'apprête à mettre fin à cet échange de la plus simple façon qui soit. Je feinte, elle me suit et j'arrête ma lame avant son cou. Calmement sans aucune agressivité. Je lui offre un sourire innocent et complice.

- Deux à un~ J'abaisse mon arme et plante sa pointe dans la terre avant de m'étirer. Bon qu'est ce qu'on a appris ? Ta garde est encore très faible et tu as des défauts de posture à corriger. Mais rien de réellement grave ou incurable. Sinon très joli coup tout à l'heure !J'ai laissé une faille que tu as bien su exploiter. Honte à moi. Je passe une main dans mes cheveux.Donc je dirais très bon boulot !




              
              
       


Lilith theme song       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Mar 18 Avr - 21:10
       

「 Hunting sheep in my sleep, no I don't count them
A time to wake every day cause I'm not trying. 」

Sinead & Lilith
Pendant que la danse de deux épéistes continue, un voile semble s'être déposé sur les yeux d'Arte. Mais Sinead ne l'a pas remarqué. Déjà parce qu'elle est concentrée sur ses mouvements et ceux de son adversaire, ensuite parce qu'elle n'est pas la plus observatrice des filles. Si elle savait, la pauvre ! En fait, elle est plutôt fière d'elle. Elle trouve qu'elle s'en sort plutôt bien... Bien sûr, elle ne possède pas la capacité de lire dans les esprits (ce serait pourtant très pratique), et est loin de percevoir l'ennui de la verte.
Une des choses étranges qui se produisent cependant en plein combat, c'est que la notion du temps s'altère complètement. Elle a l'impression qu'elles échangent les passes depuis un bon moment, et cependant ça pourrait bien ne faire que cinq minutes que la danse à commencé. C'est probablement parce que le cerveau de la rousse passe en mode mécanique. Sa concentration se fixe sur les mouvements, rien que les mouvements. Tout le reste est mis de côté. En fin de compte, c'est encore une meilleure thérapie que la lecture... Parce qu'en combat, adieu les sentiments, adieu les états d'esprits. Et l'enchaînement que lui offre Arte convient parfaitement à cela. Parce qu'elle n'a pas une seule seconde de répit, enchaînant sans ces les parades et les offenses. Parfait pour se « détendre » après une sale journée. Et même s'il est tard, la fatigue elle-même est mise de côté. D'autant qu'après l'échauffement qu'elle lui as fait subir, le corps de Sinead était parfaitement préparé à accuser le coup. Toute la mécanique de son corps fonctionne en harmonie, les muscles sont chauds, les articulations souples : parfait.
Mais tout cela ne visait qu'à la piéger. Et elle tombée dans le panneau, facilement. Parce que le changement à été bien trop subtil, bien trop imperceptible. Sans en avoir l'air, la verte a pris le dessus.

Alors que les mouvements fluides des deux jeunes femmes auraient pu continuer ainsi jusqu'à une heure avancée de la nuit, le comportement d'Arte change du tout au tout. Radicalement. D'une danse gracieuse, on passe à une attaque furieuse. En une fraction de seconde ? Pas vraiment, puisqu'il s'agit du dénouement d'un piège qu'elle a patiemment tissé autour de la rousse.
L'instructrice devient alors une véritable furie, se déchaînant comme un ouragan dont les lames de vent seraient constituées d'acier. Ça, elle ne l'a pas vu venir, notre petite Sinead. Affolée, elle tente tant bien que mal de gérer la nouvelle situation. C'est sûr, cette séance d'entraînement n'est pas commune, rien à voir avec le train-train quotidien. Elle a la sensation d'être prise au piège dans un mixeur. Pour le coup, son attitude rigide, son assurance feinte, se brise. Sur sa tempe, une perle de transpiration ruisselle. Ses yeux sont désormais exorbités, et elle ne dissimule plus la grimace qu'elle a contenu auparavant. La lame transe, tranchant l'air dans un sifflement. Et la peau délicate de l'exorciste qui est si près... Soudain, elle se sent presque menacée. Un accident pourrait se produire.
Paniquée, Sinead tente de reprendre le dessus, en vain. Puis, lorsqu'elle pense saisir un léger relâchement chez son adversaire, elle n'hésite pas et s'engouffre dans la brèche. Grossière erreur. C'était bien évidemment un piège, auquel elle s'est laissée prendre avec enthousiasme.
C'est lorsqu'elle commence à se réjouir qu'Arte fait échouer ses plans, plaçant sa lame à quelques centimètres de son cou. Réflexe : Sinead s’immobilise immédiatement, histoire de ne pas finir en steak haché de son propre fait.
Mais face à l'attitude souriante d'Arte, et malgré ses muscles tremblants, elle manque de pouffer de rire. Parce que c'est bien joué, tout simplement. Parce qu'Arte viens de lui rendre la monnaie de sa pièce. Et de gagner un point supplémentaire. Mais Sinead n'est pas mauvaise joueuse. Elle admet que l'autre a un bien meilleur niveau qu'elle. Ce n'est certainement pas pour rien qu'on l'a envoyée en remplacement. Mine de rien, ce fût l'un des entraînements les plus intéressants de sa formation.
Et puis, comme cette étrange fille aux cheveux verts commence à lui plaire, elle décide de jouer cartes sur table, et de le lui dire :

-J'avoue que tu m'as bien eue.

En prononçant ces paroles, elle réalise qu'elle s'est permis de la tutoyer. Aïe. Ça ne lui ressemble pas. D'ordinaire, elle respecte des convenances d'un autre âge, veillant à vouvoyer inconnus et supérieurs. Et Arte est un petit mélange des deux.

-Excusez-moi. Je disais... Que ce fût très intéressant. Effectivement, j'ai encore des efforts à fournir.

Mais malgré tout, elle se sent flattée par le retour de la verte. Finalement, ce ne fût pas si difficile que ça ! Elle qui se sent rarement en confiance, et malgré les lacunes qu'elle sait avoir, elle se sent forte. C'est presque euphorisant. Les sensations de la victoire et du travail bien accomplit se mêlent dans ses veines, l'électrisant comme après absorption d'un verre d'alcool.
Cependant, elle n'en a pas terminé avec Arte.

-Ah... Je me demandais... Vous êtes qui ? Enfin, je veux dire... Quel est votre rôle par rapport à l'Académie ou à l'Ordre ? Il ne me semble pas vous avoir déjà vue.


Ça, c'est bien Sinead. Fidèle à elle-même, elle s'exprime dans un langage guidé, ou « comme dans un vieux bouquin », comme diraient ses élèves.
Mais elle est réellement intriguée par cette fille. Déjà parce qu'elle déborde d'une énergie communicative. Ensuite, parce qu'elle semble avoir un caractère intéressant. Et puis, elle trouve assez étonnant de ne jamais l'avoir remarquée avant. C'est quand même un phénomène.
Le petit côté gamine de la rouquine l'attire vers Arte, comme lorsqu'elle était enfant et qu'elle voulait se faire des copines.
Au fil de l'épée et des rencontres
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Contenu sponsorisé
   
Contenu sponsorisé
          
       
              
              
       
Contenu sponsorisé
        Revenir en haut Aller en bas       
                                          
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
       » La justice de Raphael [Terminé]
       » [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
       » Alkar Sen'tetsu( Terminé)
       » Sur les traces d'une BSH {PV Yuki} (FINI)
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Keys-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: