Entre Assiah et la Géhenne : Ao no Exorcist
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

                      
                 
   

Lady in red vs. Damsel in black | feat. Freya

   :: Soyons sérieux à présent :: Résidences Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
Aller à la page : 1, 2  Suivant
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Dim 2 Avr - 12:11
       
LADY IN RED vs. DAMSEL IN BLACK- ou comment percuter sa rivale -

Sinead

Freya

Sinead se passait une main dans les cheveux, les doigts écartés pour ratisser ses mèches rousses, à la manière d'un peigne. Un vieux réflexe. Un réflexe du temps où elle avait les cheveux beaucoup plus longs. Désormais, ils atteignaient seulement ses épaules. Consciente d'être parfaitement seule, elle exprima son mécontentement par un grognement. Mais qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Un jour, sur un coup de tête, elle avait décidé de les raccourcir radicalement. Elle-même, qui plus est. Avec des ciseaux de cuisine. Geste qu'elle regrettait tous les jours depuis.

Il était tard, selon les critères de la rousse. La petite rue qu'elle empruntait tous les soirs pour se rendre à son appartement était déserte. Les lampadaires diffusaient leurs halos jaunâtres, et les lueurs dansaient devant ses yeux. Cela parvenait à peine à éclairer la chaussée et bout de trottoir. Le reste appartenait au royaume des ombres. Qu'est-ce qui pouvait bien s'y dissimuler ?
Comme pour répondre à sa question informulée, un bref scintillement s’épanouit sur sa gauche. Elle tourna la tête. Semblable à un éclair, le phénomène se reproduisit. Autrefois, elle se serait fait des films, elle aurait eut peur, elle aurait resserré ses doigts sur la bretelle de son sac. Mais aujourd'hui, elle avait suffisamment d'expérience avec le monde de l'obscur pour ne plus avoir peur. Elle en avait vu des vertes et des pas mûres, et c'était loin d'être terminé. Mais surtout, aujourd'hui, elle savait faire la différence entre un démon... Et un simple chat.
Deux yeux jaunes se détachèrent dans la pénombre, et la bête émergea de l'ombre, semblant se déplacer en ondulant. Elle fila dans la direction opposée à Sinead et disparu aussi soudainement qu'elle était apparue.

Son pas empressé résonnait sur le pavé inégal. Elle se concentrait pour ne pas se tordre une cheville. Bien que rompue à l'art de marcher avec des talons hauts, elle savait qu'on était jamais à l'abri d'un accident. De même, ça lui arrivait plutôt souvent. Elle marchait tranquillement quand soudain, une cheville se dérobait, effectuant un mouvement brusque sur le côté. Et elle passait pour une dinde.
Cependant, il n'y avait personne pour la juger, en cet instant. « Pas un chat », songea-t-elle avec ironie.

Un léger courant d'air vînt frôler sa chevelure, balayant par la même occasion ses pensées, emportées comme des feuilles d'automne par le vent.
L'esprit de Sinead était sujet à des escapades aussi imprévues que nombreuses. Soudain, elle s'évadait en pensée. Elle n'était plus dans la rue, elle était ailleurs. Dans le passé, plus exactement. Un passé récent.
Elle ressassait sa journée. Rien que de très banal : un vendredi comme les autres. Des cours, des élèves pas toujours disciplinés, un café infect dans la salle des profs, une pause déjeuner sur le pouce. A la différence qu'après les cours, elle avait décidé de faire un tour à la librairie. Chose qu'elle évitait autant que possible, pour le bien de son compte en banque. Oui mais voilà, ce soir, elle avait craqué.
A l'Académie, on trouvait une librairie gigantesque, un monstre sur cinq étages, ouvert jusque tard. Le paradis pour un rat de bibliothèque comme Sinead.
Elle avait épuisé sa pile de lectures, il lui fallait du sang neuf pour étancher sa soif d'histoires nouvelles. Pourtant, elle avait réussi à se contenir. « Seulement » six ouvrages étaient soigneusement empaquetés dans le sac en papier craft qui se balançait au bout de son bras. L'anse du sac, qui pesait un bout poids (car évidemment, elle n'avait acheté que des pavés), lui sciait la chair. Elle en grimaçait presque.

L'heure tardive, le poids du sac sur son avant-bras, les ampoules qui naissaient sur ses talons et lui donnaient une envie sauvage de se débarrasser de ses chaussures... Tout cela contribuait à la faire hâter le pas. La demi-obscurité de la rue et ses pensées en bataille, elles, diminuaient considérablement son attention. C'est ce mélange de circonstances qui l'entraîna tout droit contre un obstacle aussi inattendu que surprenant.
Le choc lui fît voir des étoiles et lâcher ses achats. Le sac frappa les pavés inégaux avec un bruit mat, et un livre s'en échappa. Sinead chancela en arrière, trébucha, manqua se tordre une cheville et s'étaler de tout son long. Dans sa stupeur, elle laissa échapper :


Sinead
« P***** ! »

Ses yeux lancèrent des éclairs. La rage soudaine provoquée par le choc se teinta de mépris lorsqu'elle identifia l'obstacle.
Ah. C'était celle-là.
              
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Dim 2 Avr - 21:01
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Debout devant ton grand miroir en pied, tu laissas ton regard dériver sur ton reflet. Il était encore tôt, l’après-midi était à peine entamée, mais tu n’avais eu cours qu’en matinée, alors tu comptais prendre tout ton temps pour te pomponner avant d’aller te faire offrir des verres à l’oeil par tous les pigeons attablés au bar. Généralement, tu passais top-chrono moins d’une heure pour te préparer en raison du cursus d’exorcisme qui avait la particularité d’être donné en cours du soir.
En cours du soir. Sérieusement ? C’était du sadisme à l’état pur. Tu avais besoin de tes soirées ! Tu avais besoin de tes soirées pour sortir boire un verre, t’amuser, éventuellement passer la nuit dans d’autres draps que les tiens, et tu avais besoin de tes soirées pour rattraper ces soirées où les draps squattés n’étaient pas satisfaisants ou que tu avais dû payer toi-même trop de verres à ton goût.
Ta dernière soirée en date, donc datant de moins d’une semaine, faisait assurément partie de cette deuxième catégorie, sachant que tu t’étais réveillée à l’autre bout de la ville encore à moitié habillée, le propriétaire des lieux ayant passé une majeure partie de la nuit enfermé dans la salle de bain, à regretter les verres en trop, tous ceux qu’il avait payé pour t’emballer. P’tite nature.

Devant ton armoire remplie, tu avais hésité sur quoi mettre, avant de te décider sur une robe en particulier. Ce soir, tu voulais être flamboyante. Tu voulais être une flamme à laquelle se brûleraient les hommes, réduits à de stupides papillons ne pouvant détacher leur regard du feu follet. Alors tu avais sorti de sa housse de protection une robe rouge. Tournant sur toi-même devant ton miroir, tu admiras l’échancrure dans le dos, le décolleté à première vue pas trop plongeant mais qui avait la particularité de mettre subtilement en valeur ta poitrine, la jupe qui s'arrêtait à mi-cuisse pour s'évaser jusqu’au sol en un jupon-sirène fluide. Une petite merveille, que tu avais extorquée à Alessandro quelques mois avant ton examen et ta fuite au Japon. Parce que oui, tu ne te faisais aucune illusion, tu avais fuit, tout simplement. Et cette idée ne te posait aucun soucis.

Remonter ta chevelure en chignon fut plus laborieux que prévu, toi qui te contentais généralement d’une queue de cheval ou de les laisses lâches. Ce fut donc à grand renfort de pinces en tous genres et de laque à fixation douce, histoire que ta précieuse chevelure ne soit pas semblable à du carton au toucher, que tu procédas à la création de ton oeuvre éphémère. Après une vingtaine de minutes à te chamailler avec tes mèches, tu estimas le résultat satisfaisant, et liassas machinalement ta frange de côté. Un peu de mascara, un rouge à lèvre cerise et garanti sans transferts, et le haut du corps était présentable.

Parce que tu détestais sortir sans ton arme, par acquis de conscience, tu bouclas les sangles de ton holster autour de la cuisse, comme toujours. Vérifiant qu’il n’était pas visible au-travers du tissu et qu’il ne déformait pas le plissé de la jupe, tu y glissa ton glock chargé. Tu n’avais pas la place pour une recharge de balles remplies d’eau bénite, donc tu espérais ne pas tomber sur un démon fêtard, ou alors sur un tout petit, un tout faible que tu pourrais écraser de tes stilettos noirs et rouges, façon Louboutin.
Un long manteau noir pour te protéger du froid et quelques billets fourrés au fond de ta sacoche, histoire de pouvoir quand même te torcher si aucun mec intéressant n’était en vue, et tu étais fin prête à partir.

Cette soirée n’était pas plus concluante que la précédente. Elle se révélait peut-être être pire, d’ailleurs. Les bars devant lesquels tu t’arrêtais étaient soit vides, soit pleins d’ivrognes en tous genres, et ça ne te donnait guère envie d’y entrer, même pour boire un verre sur ton tout-seul. Tes pas te dirigèrent alors vers ton adresse habituelle, proche du campus. Le barman était un bon ami, toujours à l’écoute et un brin protecteur, même s’il était parfaitement au courant de tes qualifications d’exorciste et ton amour immodéré pour ton arme, qui ne te quittait jamais. Dès qu’il te vit arriver, avec ta tronche de déterrée vivante, il se mit immédiatement en action pour te préparer un Zombie, un cocktail qu’il disait avoir composé en ton honneur. Rhum, abricot, ananas, citron vert et trait de grenadine. C’était tout simplement divin.

Et après quelques verres, il te mit gentiment dehors. Tu avais assez bu comme ça, et comme tu n’étais pas accompagnée, et ne risquait pas de l’être, il valait mieux que tu ne tardes pas trop dehors. Dixit lui, parce que toi tu n’étais absolument pas d’accord. Mais en y réfléchissant bien, tu avais encore ce livre sur ta table de chevet, et que tu voulais absolument terminer mais sans jamais en prendre le temps. On te l’avait envoyé directement d’Italie, et tu avais hâte de connaître la suite. Tu te débrouillais bien en japonais, mais pas encore assez que pour t’attaquer à des romans. Les mangas te donnaient déjà assez de fil à retordre.

Sur le chemin du retour, le nez en l’air, tu réfléchissais à ta prochaine session de cours, quand tu fus percutée de plein fouet par quelque chose. Hébétée, tu parvins toutefois à rester debout, vacillant sur tes vertigineux escarpins.
Ah. Ce n’était pas un quelque chose, mais un quelqu’un, et son regard était plus que méprisant. Il te semblait la reconnaître. Oui, tu l’avais peut-être vue sur le campus, mais tu n’en étais pas certaine. Probablement une enseignante. Il fallait dire que tu n’entrenais guère de contact avec le reste du personnel scolaire, si ce n’est avec Michaël Winchester depuis votre virée à Mepphy Land. « Ah, tu serais pas Douglas ? » Hop, tu venais de retomber sur sa tronche et son nom. Par contre, son prénom… tu n’en avais aucune fuckin’ idée. Déjà que pour toi, Douglas, c’était un prénom masculin…
Et tu restais plantée là, à l’observer, le cerveau embrumé par les cocktails ingérés plus tôt dans la soirée. Tu voyais bien son sac par terre et son livre qui en avait été éjecté, mais tu n’allais certainement pas risquer de te pencher pour le ramasser, tes talons ne te le permettant que si tu adoptais une position aussi ridicule qu’inconfortable. Et devant son regard toujours aussi méprisant, tu haussas un sourcil. « J’peux pas me baisser. Scusa »



Lady in Red
— damsel in black —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Lun 3 Avr - 0:36
       

LADY IN RED vs. DAMSEL IN BLACK- ou comment percuter sa rivale -

Sinead

Freya

Fidèle à elle-même, et perturbée par son propre cas, Sinead n'avait pas réalisé que son opposante était dans le même état de confusion qu'elle : tout aussi hébétée. Si elle avait été plus observatrice, elle aurait pu se rengorger, se dire que ça les mettait sur un pied d'égalité, finalement. Mais la petite rousse était obnubilée par ses propres vertiges, et suffisamment de mauvais poil pour ne rien voir de tout cela. Ce qui n'arrangeait pas son talent habituel pour ne pas voir ce qui était juste sous ses yeux. Au contraire, tout ce qu'elle voyait, c'était rouge. Comme la colère soudaine qui la saisit. Comme la robe de Miss Brísingar.
Avait-elle besoin de s'attarder sur cette dernière ? Certaines filles jalouses ne vont pas très loin lorsqu'il s'agit de qualifier leur rivale, se contentant de lui donner des noms d'oiseau en rapport avec tout ce qui est vulgaire. Pas Sinead. Ce qui ne l'empêcha pas de détester le morceau de tissus d'avantage que sa propriétaire, simplement parce que cette dernière la portait à la perfection. Nul doute qu'elle devait faire tourner les têtes avec un vêtement pareil. Et personne ne se retournait sur le passage de Sinead (enfin ça, c'est ce qu'elle se dit sur le moment, persuadée d'être un laideron par rapport à la sulfureuse italienne).

Connaissait-elle seulement la Brisingar ? Elle savait qu'elle était italienne. Mine de rien, même si l'Académie était très ouverte et accueillait des personnes d'horizons variés, les profs d'exorcisme étaient moins nombreux. Et donc, les profs d'exorcisme d'origine étrangère, encore moins. Autant dire que les deux rousses détonnaient dans le paysage scolaire. Et puis de toute manière, on ne pouvait pas vraiment passer outre les origines de celle-là. Elle avait un accent à couper au couteau.
Sinead aussi avait un accent. Suffisamment pour que ça ne passe pas inaperçue, même avec le temps et l’entraînement. Et il fût un temps où sa prononciation n'avait rien à envie à celle de l'autre. Mais elle n'était pas vraiment d'humeur à être objective. La mauvaise foi s'était emparée de son jugement comme les rats d'un local à poubelle.
En revanche, elle ne connaissait pas son prénom. Et elle ne s'expliquait pas non plus l'incohérence entre ses origines et son prénom. Une italienne avec un nom nordique ? L'histoire de famille était probablement compliquée, voire houleuse. Mais ça, elle ne pouvait pas le savoir.
En fait, elle ne s'était jamais vraiment adressé la parole. Elles s'étaient côtoyées, tout au plus. En présence d'autres exorcistes confirmés. Ou entre deux cours. Rien de plus.
Alors peut-être que l'inconnu amenait une ombre au tableau, et renforçait sa méfiance vis-à-vis de l'autre. Peut-être... Mais pour s'en rendre compte, il faudrait y repenser à tête reposée. Et là, ce n'était clairement pas le cas.

Le problème de Sinead, même si elle tente de se soigner, c'est qu'elle est légèrement lunatique. Et que ses changements d'humeur sont aussi soudains que violents. Surtout quand il s'agit du panel des émotions liées à la colère. De manière générale, ses émotions étaient comme plus puissantes que celles des autres. Quand elle aime, c'est toujours à la folie. Quand elle vous en veux, c'est toujours à mort. C'était quelque chose d'étrange, qu'elle réalisait depuis peu : peut-être était elle émotive ? En conséquence, elle monte dans les tours assez facilement... Et souvent pour pas grand chose. D'autant plus que là, l'autre l'avait fait trébucher. Ce qui était ridicule. Et totalement de la faute de l'autre (mauvaise foi, vous avez dit ?). En vérité, Sinead était simplement touchée dans son orgueil.
Parce que voilà, elle semblait peut-être toute petite et toute mignonne, elle n'en était pas moins vaniteuse.

Mais pourquoi tant de haine envers une femme qu'elle ne connaissait presque pas ?
La jalousie.
Sinead et l'autre étaient à la fois semblables... et différentes. Elles étaient toutes deux profs, et enseignaient toutes deux l'exorcisme. Elles étaient toutes deux étrangères. Cela aurait pu les rapprocher, mais non. Elles étaient toutes deux dotés d'une crinière de feu. Et elles en jouaient toutes deux. Oui mais voilà, ça, c'était difficile à avaler. Parce que c'était la fierté principale de Sinead, l'étendard de ses origines écossaises, dont elle était si fière. Une couleur rare, flamboyante, mystérieuse, ensorcelante. Un atout charme incroyable. Seulement voilà, si elles le possédaient toutes les deux, Sinead perdait cet avantage, car il devenait nul. Et c'est là que la différence frappe : pour le reste, la Brísingar était tout ce que qu'elle n'était pas. Grande, quand Sinead était petite. Femme fatale, quand on prenait souvent Sinead pour une étudiante...
C'est pour cela qu'elle s'était toujours tenue à distance de l'autre. De base, elle ne pouvait pas vraiment l'encadrer pour tout cela... Alors là, c'était la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Déjà, elle le bouscule. Ensuite... Son regard glissa jusqu'au sac. Ensuite, elle abîme ses précieux bouquins. Et enfin... Cette nonchalance avec laquelle elle mima des excuses.

S'en était trop. Un débat prit place dans l'esprit de Sinead. Que faire ? Rester polie pour éviter que l'autre ne se fasse une mauvaise idée d'elle ? Ou bien céder à son impulsivité et être cassante ?
En fait, elle ne réfléchit pas vraiment, et fonça dans le tas. Quitte à prononcer des mots qu'elle allait regretter par la suite, comme ça lui arrivait parfois. Parce que le problème, quand on est impulsive, c'est qu'on ne réfléchit pas trop longtemps, et qu'on fonce tête la première en cédant aux émotions fortes. Aussi le débat fût-il de courte durée.


Sinead
« Ben voyons... Ça serait dommage d'abîmer ta belle robe, hein ? »

Son discours ne fût pas plus élaboré. Ce qu'elle regretta par la suite, se repassant la scène devant son miroir, rejouant le dialogue en y ajoutant toutes les punchlines qu'elle aurait pu lui balancer dans la tronche. Sauf que, curieusement, l'imagination n'y est pas toujours, dans le feu de l'action.

La vanité l'emporta cependant sur le bien-être des précieux livres, puisque Sinead ne se pencha pas tout de suite pour les ramasser. A la place, elle se contenta de lancer des éclairs avec ses yeux à l'adresse de l'autre rouquine.
Vexée, touchée dans son ego, elle cherchait la provocation. Et si l'autre se montrait gentille, elle le savait, elle pousserait jusqu'à la faire céder. Depuis toute petite, elle avait toujours fait cela, inconsciemment la plupart du temps.
              
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Mar 4 Avr - 20:54
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Perchée sur tes hauts talons, tu fis de ton mieux pour te stabiliser, sans remarquer que ta main s’était dangereusement approchée de ton holster. Simple réflexe, mais qui pouvait parfois être crucial. Oui, tu en étais maintenant certaine, cette femme ne t’était pas inconnue. Exorciste comme toi, si tu ne te trompais pas, elle donnait également cours. Cela dit, c’est à peine si tu connaissais le son de sa voix. Tu ne connaissais guère plus le reste du corps professoral, si ce n’était Winchester, mais lui était un cas plutôt particulier puisque vous aviez en commun votre sadisme envers les élèves, élément qui avait fait que tu avais tendu l’oreille quand ça jasait sur lui. Douglas était plus neutre, dans le genre. Jamais de messes basses n’avaient couru sur elle, tu n’avais jamais entendu qui que ce soit lui reprocher quoi que ce soit.
Dommage. Un ennemi était d’autant plus dangereux quand il comportait de nombreuses questions sans réponses et aucune carte noire à lui balancer en pleine gueule.
Parce que oui, tu ressentais la rousse comme une menace, et son regard toujours aussi méprisant y aidait sans doute beaucoup. D’accord, tu n’avais pas fait un geste pour ramasser ses paquets, mais tu t’étais à peu près justifiée, à défaut de t’être excusée. Chose que tu ne ferais jamais, d’ailleurs. Douglas, sans rien faire, sans même parler, te semblait suffisamment hostile que pour ne pas être ignorée. Mais tu ne t’inquiétais pas trop. Au vu de la tronche de la famille dans laquelle tu avais grandi, tu savais presque comment planquer efficacement un corps.

Tout en replaçant correctement une mèche échappée de ton chignon, à mi-chemin entre le brun chocolat et le rouge braise, tu pestas intérieurement contre cette collision imprévue qui avait un brin trop secoué la coiffure que tu avais mis tant de temps à faire. Par la Porte de la Géhenne, la coiffure, ce n’était définitivement pas ton truc. Manier une arme ? Sans soucis. Courir sur des stilettos de 15 centimètres ? Vas-y, je te fais un marathon quand tu veux. Manier un gloss, un mascara, un eyeliner ? Les doigts dans le nez et les yeux fermés. Manier un peigne et une bombe de laque ? Plutôt bouffer du nattô jusqu’à la fin de ta vie.

Plissant les yeux face à sa réaction, tu pris appui sur une seule de tes jambes, histoire d’économiser. Ton instinct te disais que vous alliez passer un petit moment à vous regarder en chiens de faïence. Tu pouvais même presque prévoir une ou deux volées d’insultes. « Non, si je me penche, je risque bien de régurgiter tous les cocktails que je me suis enfilée ce soir. Sans parler des cacahuètes. » Ce qui n’était pas complètement faux. Les cacahuètes salées que t’offrait toujours le barman étaient à tomber. Et puis bon, elle n’avait pas complètement tort non plus, tu ne voulais pas risquer d’abîmer la robe, tu connaissais son prix, malgré le fait que ce soit un cadeau. Ce que tu avais été ravie quand il te l’avait offerte après que tu te sois extasiée dessus des mois auparavant, alors qu’elle resplendissait dans la vitrine de la petite maison de couture. Et qui disait maison de couture disait aussi C’est pas dans tes moyens chérie... pleure un bon coup, ça va passer. Surtout que était alors en froid avec ton grand-père, qui t’avais momentanément coupé les vivres.
Le créateur avait percé dans le monde de la mode, depuis lors, et tu étais assez fière de posséder cette pièce. « Bon, t’es bien gentille mais si tu te bouges pas un peu le cul, chérie, tes paquets vont vraiment s’abîmer. Et ça ne sera certainement pas de ma faute. » Rajustant ton manteau, tu fis un pas en avant, bien décidée à te remettre en route. Tu n’avais qu’une seule envie, c’était rentrer chez toi, dans le minuscule studio reçu avec le job de prof, et que tu ne quitterais pour rien au monde parce qu’il était gratuit. Oh, tu rêvais de retirer tes escarpins qui, bien que superbes, étaient de véritables machines à torturer les pieds. Et tu te ferais couler un bon bain, avec ces petites perles d’huile essentielle que tu avais amenée avec toi d’Italie, et que tu utilisais avec parcimonie pour ne pas devoir en commander et payer des frais de port exorbitants, vu la fragilité du produit et sa forte intolérance aux trajets un peu mouvementés, genre avion en pleine zone de perturbations. « Bon, c’est quoi ton problème ? J’ai pas tué ton chien ou piqué ton mec, à ce que je sache. » Oui, tu en avais un peu assez de ce regard qu’elle te balançait, comme si tu étais responsable de tous les malheurs du monde et encore plus des siens. Tu l’avais juste percutée, bordel. Y avait pas mort d’homme, non plus.

Lady in Red
— damsel in black —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Mar 4 Avr - 23:19
       

LADY IN RED vs. DAMSEL IN BLACK- ou comment percuter sa rivale -

Sinead

Freya

De loin, ça ressemblait à un duel. Pas façon « duel de coqs », mais plus façon « western », où on se dévisage pendant de longues minutes en plissant les yeux pour montrer comment on est méchant, et en bougeant un peu la tête à gauche ou à droite. Mais avec la main sur le pistolet. Sauf que Sinead n'en avait pas, et ne pouvait pas se douter que ce n'était pas le cas de son adversaire. Après tout, elle ne l'avait jamais vue au combat. Elle ne savait même pas que c'était une dragon.
Mais la colère l'aveuglait totalement. Et surtout, sous le coup des émotions fortes, Sinead avait une fâcheuse tendance à se comporter comme une gamine. Ou comme un chien qui ne veut pas lâcher son os, têtue, bornée. En clair, elle cherchait la confrontation, et elle n'allait pas laisser l'italienne s'en tirer comme ça. Et pour cela, rien de plus simple : il suffisait de râler.
Aussi fût-elle prise au dépourvu par la franchise de la Brisingar, qui lui expliqua purement et simplement qu'elle avait envie de vomir parce qu'elle avait trop bu. D'ordinaire, la franchise était une qualité que Sinead appréciait, voire admirait. Aussi, qu'une personne qu'elle avait décréter ne pas pouvoir sacquer en fasse preuve était assez... Déconcertant. Malgré elle, elle fronça les sourcils. Ça n'allait pas du tout. Il était hors de question que ça la perturbe. Ce n'était pas parce qu'elle faisait preuve de franchise qu'elle allait passer l'éponge.


Freya
« Bon, t’es bien gentille mais si tu te bouges pas un peu le cul, chérie, tes paquets vont vraiment s’abîmer. Et ça ne sera certainement pas de ma faute.  »

Cette remarque eut le don d'énerver Sinead encore d'avantage. Parce qu'elle avait raison. Terriblement raison. Du coup, la rouquine se sentit bien conne. C'était vrai. Pourquoi est-ce qu'elle se figeait comme ça ? Elle était en train de perdre le peu de crédibilité qu'elle possédait.
Que faire ? Se montrer encore plus agressive et passer pour la reine des abruties ? Ou ravaler sa fierté, et blesser son ego ? Sauf que Sinead accordait trop d'importance à ce que les gens pensaient d'elle pour cela. Elle décida de couper les cheveux en quatre, et d'opter pour un mélange des deux solutions.
Sauf que pendant ce temps, l'autre faisait mine de vouloir se barrer. Quelle impatiente, celle-là !

Ravalant sa rage, et aussi sa fierté, Sinead se pencha, et s'empressa de ramasser ses effets le plus vite possible. Comme si la rapidité pouvait lui faire en sorte d'oublier cet événement.
Elle se releva et plongea la main dans le cornet, en extirpant le livre qui avait le plus dégusté. Elle le brandit devant le nez de la Brisingar, comme pour lui couper le passage.


Sinead
« Pas si vite ! Tu crois aller où, comme ça ? Ah et... Tu permet que je te tutoie ? Entre collègues exorcistes... »

Putain, mais à quoi tu joue ? Tu veux être son amie ou quoi ? Tantôt tu l'agresse, tantôt tu t'excuses... C'est pitoyable.
La vérité, c'est que Sinead, sous ses apparences de frustration, était en totale panique. Elle avait conscience d'être allé un peu trop loin, d'avoir sorti les griffes de manière exagérée, et ne savait pas comment se sortir de cette situation. En même temps, elle considérait comme vital de ne pas laisser son opposante gagner la joute verbale... Et ne voulait pas laisser s'en sortir pour le massacre de ses récentes acquisitions.
Ça allait paraître too much, mais tant pis...


Sinead
« Désolée, mais je ne peux pas te laisser t'en tirer comme ça.  »

Elle esquissa ce qui se voulait un sourire.


Sinead
« Un attentat à la littérature ne peut pas rester impuni. »

Peut-être que ça passerait pour de l'humour. Peut-être pas. Car ce n'en était pas, et Sinead était très mauvaise actrice.
Elle baissa son bras.

Sinead
« Comment est-ce que tu compte de rattraper ? »

C'était un défi. Elle n'avait aucune idée de la réaction de l'autre, elle attendait de voir. En même temps, elle ne voulait pas simplement lui réclamer de l'argent. En revanche, un service de prof à prof, ça pouvait se faire. Du style, une séance de correction de copies, pendant que Sinead en profitait pour se détendre. Enfin ça, c'était si l'autre percutait l'allusion.

Pendant ce temps, Sinead ne pouvait s'empêcher de la toiser avec un regard encore teinté de mépris. Non, décidément, elle n'y arriverait jamais. Elle ne pouvait pas la sentir. Ce ne sont pas des choses qui se contrôlent. Chez certaines personnes, ça se sent. Il suffit d'un regard pour savoir que ça ne va jamais coller. A moins d'un miracle, ce n'était pas prêt de changer entre les deux rousses.
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Ven 7 Avr - 17:01
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Bon, on ne va pas se mentir, elle commençait à te les briser menu, la Douglas ou peu importait son nom. Et tu avais une furieuse envie de rentrer chez toi, balancer tes talons contre le mur, replacer amoureusement la robe dans sa housse, et t’écrouler en toute dignité sur la moquette, sur ton lit ou dans un bain. Au choix.

Finalement, ton argument avait fait mouche et elle se pencha pour ramasser ses paquets éparpillés, non sans probablement te maudire intérieurement. Chose qui fut vite confirmée quand tu amorças un pas et qu’elle te brandit purement et simplement un paquet plus abîmé que les autres sous le nez. Tu haussas un sourcil. Elle n’allait tout de même pas te demander de le rembourser, n’est-ce pas ? Tu n’avais vraiment pas envie de perdre ton temps avec une histoire aussi idiote. Un rictus peu avenant tordit tes lèvres recouvertes de rouge à lèvres, tandis que tu croisais les bras sur ta poitrine. « Tu serais pas un peu bipolaire, sur les bords ? » Elle t’agressait, sans pression, te barrant la route et te parlant comme à une criminelle, puis d’un coup, elle te demandait si elle pouvait te tutoyer ? Désolée trésor, mais même sous prétexte d’êtres collègues, elle ne te donnait nullement l’envie de lui donner ton accord. Mais tu préfèras ne pas gâcher ta salive, te contente de pencher légèrement la tête, la jaugeant sans t’en cacher. L’impression qu’elle te donnait d’elle-même ? Une poupée de porcelaine, fragile et menue, qui sortait les griffes pour essayer de faire oublier qu’une chute pouvait l’exploser en mille morceaux. Dans le fond, tu étais aussi comme ça, mais tu avais sculpté un ravissant masque qui trompait presque à la perfection l’adversaire.

Ton rictus s’agrandit encore. Visiblement, que tu sois d’accord ou non, elle avait pris le pli de te tutoyer. Soit. Tu pourrais toujours lui renvoyer ça en pleine poire plus tard. « Ooh ? Tu ne vas me laisser m’en tirer comme ça, dis-tu ? Mais de quoi m’accuses-tu, si ce n’est ta maladresse et ma distraction ? C’est puéril, vraiment. » Néanmoins, elle continua sa tirade de justicière du dimanche, et tu éclatas franchement de rire. Un rire froid, car tu étais lessivée et que ce petit jeu d’enfants de douze ans était lassant. Certes, cela aurait pu être diablement amusant de lancer réplique sur réplique, de jouer à qui blessera le plus l’autre sans dégainer d’autre arme qu’une langue acérée, mais tu n’étais tout simplement pas en état. Mais s’il fallait reconnaître un avantage à la situation, c’était que tu avais dégrisé aussi sec. Et ça te foutait en rogne, bien sûr. « Un attentat à la littérature ? Tu te fous de ma gueule, Douglas. » Un attentat à la littérature, c’était de noyer la Recherche du Temps perdu dans du thé au tilleul et l’arroser copieusement de miettes de madeleines. C’était brûler des tas et des tas de livres sur place publique sous prétexte de préserver l’esprit des gens des inepties écrites sur les pages. C’était découper des lettres pour en faire un message de menace à la con. Mais bousculer quelqu’un et faire tomber six malheureux paquets à terre parce que ce-dernier n’avait pas une prise assez bonne dessus, ne protégeait pas suffisamment ses nouveaux précieux bébés, non, ce n’était pas un attentat à la littérature. « Ah, parce que non seulement je suis responsable, mais je dois aussi rattraper ton manque d’adresse et ta poigne insuffisamment solide que pour protéger tes précieux ? » Comme elle, ton regard se teinta d’un profond mépris. Qu’est-ce qu’elle croyait, franchement. Que tu avais du fric à balancer par les fenêtres pour les autres ? Tu n’arrivais même pas à économiser assez pour t’offrir un deuxième glock, par tous les diables ! Certes, il y avait les comptes de la famille Venomia, auxquels tu avais libre accès, mais tu avais décidé dès ton arrivée de ne pas t’y servir. Tu avais quitté l’Italie pour qu’on cesse de te materner et de te protéger comme une vulgaire assiette de porcelaine fine. « Je ne ferai strictement rien. Sauf si tu désires du papier collant ou du masking tape pour redresser les coins cornés, j’en ai plein dans mes tiroirs. »  Non mais franchement. L’envie d’aller reprendre un verre pour te changer les idées s’insinua dans ton esprit, effaçant ton besoin de rentrer chez toi, dans ton cocon, pour faire la gueule à ton livre de chevet récemment commencé. Douglas venait de t’ôter toute envie d’ouvrir un livre pour la semaine à venir. Lazlo te réprimanderait certainement en te voyant revenir mais en ce moment-même, tu n’en avais pas grand chose à carrer. Et comme Douglas semblait bien décidée à te barrer la route, tourner les talons semblait de plus en plus être la meilleure solution possible. Levant les yeux au ciel, tu rajustas ton manteau noir sur tes épaules. « Laisse-moi passer, Douglas. Je suis pas d’humeur. Ton livre est encore parfaitement lisible, alors cesse de me regarder comme si j'avais consciencieusement déchiré chacune des pages. » Et si elle refusait, tu savais où aller.

Lady in Red
— damsel in black —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Sam 8 Avr - 15:25
       

LADY IN RED vs. DAMSEL IN BLACK- ou comment percuter sa rivale -

Sinead

Freya

Sinead n'était pas ce qu'il y avait de plus douée pour comprendre ce qui se passait juste devant ses yeux. Comprenez par là que son gros handicap social l'amenait souvent à mal interpréter les intentions des gens par rapport à elle. Souvent, elle prenait pour de l'agressivité ce qui n'était que paroles bien affirmées. Cependant, ce soir-là, même le moins vernis des abrutis aurait saisi l'agacement de la Brísingar. L'italienne ne semblait pas vouloir perdre plus de temps. D'autant plus que la situation était en train de se diriger vers la frontière du ridicule. Ce qui était légitime. Mais Sinead, toute pleine de rancune et de colère, ne pouvait pas l'accepter. Soudain plus observatrice qu'à l'accoutumée, la semi-écossaise nota les signes physiques de cet agacement sur le visage de la rouquine qui lui faisait face : une paupière qui tremble, les sourcils qui se froncement doucement, le pli de la bouche qui se fait plus dur. Implacable.
Ah. Ça ce n'était pas bon, selon Sinead. Parce que l'autre semblait avoir du caractère. Ce qui signifiait qu'elle ne pourrait lui pourrir la vie comme elle avait eu l'intention de le faire. Avec quelqu'un de plus tendre, pour ne pas dire mou, elle aurait pu se montrer méchante. Ça, les piques brûlantes et les remarques acerbes, elle maîtrisait, quand il le faisait. Mais ça avait tout de suite beaucoup moins d'effet quand l'autre savait se défendre.

Elle en était là de ses réflexions lorsque miss Brísingar insinua... Non, affirma, qu'elle pouvait être bipolaire. Cela la toucha de la même façon que l'aurait fait une balle en plein cœur. Boum. En plein dans le mille.
Peu de gens... Pour ne pas dire personne, ne sait cela, mais s'il y a bien une chose qui blesse Sinead, c'est qu'on la traite de folle. Ou de toute autre chose qui s'en rapproche. Rapport à une sorte de « traumatisme » d'adolescence. De l'époque où elle voyait les démons, sans savoir ce qu'ils étaient. Et qu'elle tentait d'avertir son entourage. Évidemment, comment voulez-vous convaincre les gens de la réalité de choses qu'ils ne sont pas capables de voir ? C'est votre parole contre la leur. En conséquence, Sinead avait été mis à l’écart. Elle était devenue la barjo qui passait ses récréations à la bibliothèque pour lire des livres étranges qui parlaient de sorcellerie, d'esprits et d'autres choses joyeuses en tous genres. Alors bien sûr, on avait commencé à la traiter de folle, voir même, une fois, de psychopathe. Ce qu'elle n'était pas, bien sûr. Il n'empêche que depuis cette époque, toute évocation de cet état, même sous couvert de la plaisanterie, déclenchait en elle un sentiment de malaise.
Aussi sentit-elle comme une vague déferler sur elle à ces mots. Comme une douche froide. Ou chaude, elle ne savait pas très bien.
A ce moment, la voix de sa conscience se réveilla.
C'est pas le moment de te relâcher, espèce d'abrutie ! Tu veux vraiment qu'elle te prenne pour une petite chose faible ?
Mais les mots dépassèrent la pensée. Trop tard.
Elle bafouilla :

Sinead
« Mmh... C'est... »

Elle ne savait même pas quoi dire, cependant que l'autre enchaînait, aggravant son cas. Les mots lui parvenaient comme à travers du coton, elle n'en saisissait que la moitié.
Finalement, dans un souffle, elle déclara :

Sinead
« Humph... Laisse-tomber...»

Son filet de voix était si faible qu'elle doutais que la Brisingar l'aie entendu. Mais soudain, ça ne lui importait plus vraiment. Non, elle aurait préféré se trouver ailleurs. Enterrée sous terre, par exemple.
Bravo ! Ça va y aller en ragots, dans la sale des profs ! Tu viens de te tailler une super réputation ! J'espère pour toi que ça ne parviendra pas aux oreilles des élèves, sinon c'est mort.

Elle allait détourner son visage, le regard bas et les joues rougies par la honte, lorsque l'autre sembla manifester plus de véhémence.
Merde. Maintenant, c'était elle qui était en colère. Mais on récolte ce que l'on sème, n'est-ce pas ?
C'est maintenant ou jamais. Tu assume tes conneries ou tu passe pour une quiche. Enfin, si ce n'est pas déjà le cas...
Parfois, Sinead aurait volontiers étranglé la voix de sa conscience. Sauf qu'elle savait qu'elle avait raison.

Sinead
« Détends-toi, Brísingar... C'était de l'humour. »

Putain, je rêve ou c'est toi qui viens de lui dire de se détendre ?
Effectivement, elle ne pouvait pas choisir pire. C'était franchement l’hôpital qui se foutait de la charité.
Par contre, si elle commençait à jouer à ça...
Il faut savoir que défier Sinead ouvertement, ou même l'insulter, n'est pas la meilleure manière de s'en débarrasser. Tout simplement parce qu'une fois que les « vannes » sont ouvertes, elle a du mal à s'arrêter. Elle n'est pas de ces gens qui savent rester calmes. Elle, elle fonce dans le tas. Et il y a des gens qui, sous le coup de la colère, disent des choses qu'ils regrettent. Sinead fait partie de ces gens.

Sinead
« C'est quoi, ça ? Maintenant, tu m'insultes ? »

Heureusement pour la Brisingar, Sinead n'avait pas compris qu'elle s'était enfilé plusieurs verres. Autrement, c'est sûr, elle l'aurait attaqué sur ce sujet. Elle en aurait profité pour retourner la situation et la traiter d'alcoolique. Mais elle n'avait pas cette carte-là dans son jeu.

La mâchoire de Sinead se serra.
Toutes les barrières semblaient rompues, pourtant elle se réfugia derrière le sarcasme.

Sinead
« Merci, mais tu peux le garder, ton masquing tape. Profite-en pour refaire ta manucure, ça semble ton activité préférée. »

Au fond d'elle-même, la voix de sa conscience décéda. Parce que la voix de sa conscience était pleutre. Comme Sinead il fût un temps.
Sauf que là, c'était trop tard. Les hostilités étaient ouvertes.

Contre toute attente, Brísingar semblait bien décidée à débarrasser le plancher. Sinead lutta contre la panique. Son ego était touché, elle voulait avoir le dernier mot. Mais que pouvait-elle dire de plus qui ne soit pas ridicule ? Elle n'avait pas vraiment le choix. Elle n'allait pas la menacer tout de même... Non, ça serait encore pire.
Elle répugnait à cette idée, mais elle n'avait pas vraiment le choix. Elle devait abandonner le « combat ».
Aussi ne fît-elle rien pour la retenir... Si ce n'est qu'elle ajouta :

Sinead
« Bien sûr. Vas. Vas refaire ton chignon. Et n'oublie de jeter aux orties le peu de respect que tu as pour les autres. »

C'était tout ce qu'elle avait trouvé. Comment lui explique que cette histoire de livres était importante pour elle parce qu'elle était matérialiste ? Non, bien sûr, elle ne le pouvait pas. C'était quelque chose qu'on ne pouvait confier qu'à des amis. Et la Brísingar était loin d'être une amie.
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Mer 12 Avr - 11:45
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Ah. Visiblement, tu avais touché quelque chose, mais tu ne savais pas exactement quoi. Pendant un instant, les traits méprisants de Douglas s’étaient tordus, distordus et retordus. Ah, que c’était bon de voir que, même sans vraiment te rappeler ce que tu avais pu insinuer ou dire, tu faisais de l’effet. Néanmoins, si Douglas avait été de sexe masculin, l’euphorie aurait été totale.
Ah, ne venais-tu pas de lui demander si elle n’était pas un brin bipolaire ? Oui, ce devait être ça qui l’avait hérissée. Après tout, la bipolarité n’était pas quelque chose de bien vu, c’était un trouble de la personnalité. Ou du comportement. Tu n’en savais trop rien, tu ne t’étais jamais vraiment penchée sur le terme et la question. Mais face à la réaction de la rouquine et ses piètres bafouillement, tu savais que tu ne pourrais t’empêcher de creuser. Après tout, tu n’avais pas de pitié pour ceux qui te faisaient chier, alors si tu pouvais ajouter quelques cartes à ta main en cas d’une éventuelle autre entrevue aussi agressive, tout était bon à prendre. « Hum. » Oh que non tu n’allais pas laisser tomber, mais là, sur le moment, autant faire comme si.

Les bras toujours croisés sur ta poitrine, tu te mis à tapoter avec agacement ta manche. Comme si tout dans ton attitude ne montrait pas déjà à quel point tu avais envie de reprendre ta route. « De l’humour ? » Ce fut la goutte de trop. Elle te prenait vraiment pour une conne, en fait ? Pourquoi ? Parce que tu semblais superficielle, que tu jouais de ton corps et avec la gente masculine ? Parce que tu n’étais jamais vue le nez plongée dans un livre, parce que personne ne savait que ton appart débordait d’ouvrages ? Parce que te faisais passer pour la femme fatale que tu étais loin d’être, l’autre se permettait de t’attribuer trois neurones et demi ? Tu franchis l’espace vous séparant, t’approchant dangereusement. « Écoute-moi bien Douglas. Agresser quelqu’un en pleine nuit dans une rue parce qu’on est pas capable d’éviter une collision puis hurler à l’attentat, à l’assassinat et au feu de camp, ce n’est pas de l’humour. Exiger réparation pour une couverture cornée, ce n’est pas de l’humour. Agir comme une gamine capricieuse, c’est faire chier son monde, pas faire de l’humour. » Certes, tu y allais fort mais tu étais exténuée et elle jouait sur tes nerfs.

Respirant un bon coup et éloignant de force ta main qui s’était posée sur le tissu de ta robe, là où se trouvait ton holster, tu reculas d’un pas. « Pas besoin de tape, je dépasse pas. » Un sourire goguenard fleurit sur tes lèvres tandis que tu faisais mine d'observer tes ongles vernis bleu pâle. « Tu dois être sacrément intéressée par ma petite personne pour savoir que me vernir les ongles fait partie de mes loisirs favoris. » En vrai, tu faisais des efforts. Des efforts pour garder ton vernis au moins une semaine. Du temps où c’était la famille qui t’offrait tes produits cosmétiques, tu t’en fichais un peu de changer tous les deux jours et de vider quatre flacons par mois, minimum. Mais maintenant que c’était de ton salaire que ça dépendait, tu faisais des efforts. Dieu ce que c’était dur.

Mais ton sourire disparut presque aussi vite qu’il était apparu. Douglas sortait les crocs. D’une main précise, tes doigts virevoltèrent dans les mèches défaites pour retirer les épingles qui retenaient ta coiffure. Puis, secouant la tête, tu libéras la cascade de mèches à mi-chemin entre le chocolat noisette et le feu ardent, qui retombèrent sur tes épaules en boucles soyeuses, de par la manière dont elles avaient été attachées alors qu’elles étaient encore humides après ton bain. « J’aime pas les chignons, c’est chiant à faire et ça tue le crâne. Tu ne penses pas ? » Bien entendu, tu ne parvenais même pas à déterminer si Douglasd avait une longueur suffisante que pour faire un chignon digne de ce nom. Petite, tu avais eu les cheveux courts et ta mère s’entêtait à te faire d’ignobles ponytails. Et quand tu avais enfin pu laisser pousser tes cheveux, tu leur avais tout fait subir : tresses de toutes sortes, boucles à toutes les sauces, et tu en passes.
Dardant un regard glacial sur la rouquine, tu ajustas la lanière de ton sac sur ton épaule. « Je ne jetterai aux orties que le respect inexistant que j’ai pour toi. D’ordinaire, je respecte les autres, parce que les autres me respectent aussi. J’ai expliqué pourquoi je ne pouvais me baisser pour ramasser tes livres, mais tu es directement montée dans les tours en criant au meurtre. » Maintenant, tu hésitais vraiment entre rentrer chez toi ou retourner boire un verre.


Lady in Red
— damsel in black —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Sinead M. Douglas
Exorciste Inférieur de Première Classe † Aria
avatar
   
Messages : 81
¥ens : 107
Membre depuis le : 25/03/2017
À propos :


(www.) Fiche de présentation.
(www.) Fiche de liens et RPs.

(www.) Introducing the new teacher | feat. Rin.
(www.) Au fil de l'épée et des rencontres | feat. Lilith.
(www.) Devil in a midnight grove | feat. Gin.
(www.) Shadow of the baron | feat. Lilith.
(www.) Heat | feat. Saiki Nagare.
          
Mer 12 Avr - 12:53
       

LADY IN RED vs. DAMSEL IN BLACK- ou comment percuter sa rivale -

Sinead

Freya

Merde... Comment est-ce qu'une soirée qui s'annonçait tranquille, avec programme couette-thé-bouquin, pouvait partir en sucette d'une telle façon ? De manière totalement aléatoire, il fallait bien l'avouer. En vérité, ce n'était la faute de personne si deux profs se rencontraient de manière brutale dans une petite rue de la ville basse. A moins qu'il ne s'agisse d'un tour de cet enfoiré de destin et de ses caprices. Mais ce n'était ni le lieu, ni le moment pour faire de la philosophie de bas étage.
Sinead aurait presque secoué la tête pour chasser ses pensées, si elle n'avait pas été si tendue. Pourquoi fallait-il qu'elle s'égare tout le temps, et se perde dans ses pensées même en pleine altercation ? C'était décidément un trait de caractère incompréhensible.
Sauf que l'italienne venait de nouveau de taper dans le mille. Cela révélait d'elle une bonne capacité d'observation, ainsi qu'un sens de la répartie particulièrement aiguisé. Mais premièrement, Sinead doutait d'avoir réellement envie de la connaître, et deuxièmement, elle faisait les frais de ladite répartie. En même temps, c'était vrai qu'elle l'avait cherché...
Parce que effectivement, son comportement n'avait rien de cohérent. De même qu'elle agissait comme une gamine immature. Elle en avait conscience, et cela générait pas mal de honte dans son petit cœur tout mou. Cependant, son ego l'emportait, et elle ne pouvait pas reconnaître ses torts en face de l'autre. Du moins, pas entièrement. Elle allait biaiser, comme à son habitude.
Surtout qu'une petite lueur s'était allumée dans le regard de l'autre. Elle avait compris qu'elle avait touché un point sensible. Pas bon, pas bon du tout.

La Brísingar semblait de plus en plus agacée à mesure que le temps passait, comme l'attestaient ses mouvement nerveux. Ce qui eut le don d'agacer d'avantage Sinead.
C'était une situation de fous. Chacune était courroucée à son tour, puis agacée, puis sarcastique. Elles pourraient certainement continuer ainsi toute la nuit si aucune ne consentait à lâcher l'autre, comme un chien son os. Sinead commençait à se dire qu'elle ferait mieux de regagner son logement de fonction, et de se plonger dans un livre -non abîmé- pour oublier tout ça. Après tout, il n'y avait pas meilleure thérapie pour calmer ses peines... Et en l'occurrence, sa rage.

Que faire ? S'excuser ? Certainement pas. Si Sinead avait été seule, elle se serait étranglée rien que d'y penser. Mais comme ce n'était pas un comportement très glamour, elle préféra s'en abstenir.
Mieux valait couper la poire en deux.

Sinead
« Écoute, il est tard, et je pense que nous sommes toutes deux fatiguées. Alors certes, ma réaction était excessive... »

Et voilà. C'était trop tard. Elle l'avait fait. Elle s'était excusée alors qu'elle n'en avait pas l'intention. Pourquoi est-ce que les mots lui échappaient ? Une bouffée de rage, tournée contre elle-même cette fois-ci, la submergea, mais elle réussit à la contenir.

Son regard se fit un peu plus froid lorsque la Brísingar évoqua la possibilité qu'elle s'intéressait de trop près à sa personne. Elle leva un sourcil, narquoise.

Sinead
« Qu'est-ce que tu crois ? Ce n'est un secret pour personne que tu es toujours parfaitement apprêtée. Je ne suis simplement pas aveugle. »


Qu'est-ce qu'elle s'imaginait, l'autre ? Non mais ça, c'était fort.

Sinead
« Tu n'est pas le centre du monde, désolée de te décevoir.  »


Pendant ce temps, l'exorciste avait libéré sa crinière. Et la Douglas grinça des dents. Intérieurement. Voilà que mademoiselle sortait la grosse artillerie.
Autrefois, Sinead aussi avait été fière de sa chevelure. Qu'elle avait fort longue, par ailleurs. Mais allez savoir pourquoi, dans un moment de folie, elle avait décidé de la raccourcir radicalement. Ce qu'elle ne cessait de regretter, par ailleurs. Heureusement que ça repoussait. Mais, par conséquence, elle n'avait plus gère le choix en matière de coiffure. C'est pourquoi la seule chose qu'elle pouvait faire, c'était d'y placer un élastique pour empêcher ses mèches courtes de lui manger la moitié du visage.

La Brisingar
« J’aime pas les chignons, c’est chiant à faire et ça tue le crâne. Tu ne penses pas ?  »


Nouveau haussement de sourcils de la part de Sinead. Cette femme était surprenante. Ça aurait presque pu passer pour une tentative de dialogue amical. Mais la rouquine savait que ce n'était pas le cas.
Et en effet, elle ne s'était pas trompée. La Brísingar en revint rapidement à leurs moutons.

Sinead
« Écoute, je viens de le dire, ma réaction était exagérée. On ne vas pas en faire un fromage... »


Elle avait lâché cela dans un soupir las, presque à contrecœur. Mais elle n'avait pas vraiment le choix. Maintenant, tout ce qui l'intéressait, c'était de se passer de la présence de l'italienne, et de ne pas la revoir avant un moment.
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
          
Freya-G. Brísingar
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
avatar
   
Messages : 102
¥ens : 170
Membre depuis le : 19/02/2017
À propos : Co-fondatrice.


(www.) fiche
(www.) liens et chronologie.

(www.) L'appel du bar ❞ – ft. Renzô
(www.) Mise au point ❞ – ft. Saiki
Exorciste Moyen de Seconde Classe † Dragon & Dresseur
          
Lun 17 Avr - 19:20
       

I'm not a great fan of puppeteers, but I have a nagging fear; someone else is pulling on the strings. Something terrible is going down through the entire town, wreaking anarchy and all it brings. I can't sit idly, no I can't move at all, I curse the name, the one behind it all. Discord, I'm howling at the moon, and sleeping in the middle of a summer afternoon. Discord, are we your prey alone ? Or are we just a stepping stone for taking back the throne? Discord, we won't take it any more, so take your tyranny away !
Tes pieds commençaient à crier grâce et à te maudire jusqu’à la troisième génération tant tu piétinais sur place, autant par ennui que par nécessité. Le soir était tombé depuis un bout de temps déjà mais la fraîcheur commençait tout juste à s’installer, et tu n’appréciais guère le froid sur tes jambes à moitié nues. En plus, tu savais que si tu ne restais pas un minimum en mouvement, à défaut de rentrer au chaud quelque part, tu finirais couverte de chair de poule, et alors ciao le glamour et le statut de femme fatale. Elle trouvait sa réaction excessive ? Et pas qu’un peu, ouais. Toi aussi tu étais fatiguée mais ce n’était pas une raison pour te défouler sur un passant.
Bon, d’accord, tu avouais, tu l’avais déjà fait.
Mais cette fois-là, tu avais eu une soirée de merde avec une classe de merde pas foutue de réaliser un exercice con comme chou, et une bande de jeunes coqs déplumés t’avait sifflée. Alors oui, tu avais un peu foncé dans le tas et cogné quelques nez.

Néanmoins, tu gardas ta bouche close, pour une fois. En soi, Douglas venait de s’excuser, aussi maladroitement que tu avais expliqué pourquoi tu n’allais pas bouger tes fesses pour ses colis éparpillés au sol. Mais un sourire en coin fleurit sur tes lèvres. Tu n’avais guère suggéré que la rouquine puisse “être intéressée” mais c’était ainsi qu’elle l’avait compris, et cela t’amusait. Évidemment que toute personne douée de vue et gravitant au sein de l’Académie de la Croix-Vraie l’aurait remarqué, puisque tu dénotait franchement avec ta chevelure de feu et ton accent, sans parler de tes tenue moulantes et de ton uniforme “adapté à ta morphologie par toi-même”.
Moi, être le centre du monde ? Oh que non. Ce n’était pas mon but, c’en était même le parfait inverse. Si j’avais fui l’Italie, c’était pour ne pas être retrouvée d’un certain exorciste borgne. Si je voulais pouvoir être tranquille, je devais faire un minimum profil bas, qu’on ne parle pas de moi, qu’il n’entende pas parler de moi. « Je ne suis peut-être pas la plus discrète qui soit mais crois-moi, être le centre du monde ne me serait guère favorable... » Tu ignorais comment Alessandro avait réagi après ton départ de la branche italienne, son père ne t’en touchant nul mot dans ses lettres, ce dont tu le remerciais tout en le maudissant car si un jour il décidait de ramener ses fesses au Japon, tu serais prise au piège. Mais bon, c’était probablement un juste retour des choses au vu de tes propres actions.
Comme tu n’avais pas de nouvelles, tu ne savais pas s’il était passé à autre chose, s’il t’attendait ou même s’il s’était mis à ta recherche. Cette troisième option, bien que flatteuse, était de loin celle que tu aimais le moins. Tu n’avais pas envie de lui expliquer le pourquoi du comment, sachant que tu serais bien capable de lui mettre ton accident sur le dos.
Ce qui, en soit, ne serait pas tout à fait injustifié...

Jouant distraitement avec les mèches désormais libérées des pinces et des élastiques, je levais les yeux au ciel en l’entendant me sermonner gentiment. « Te bile pas, Douglas, ce n’était pas une pique. Juste une pseudo-tentative de civilité. » Et tu n’étais visiblement pas du tout douée pour cela.
En prime, tu n’aimais pas le fromage.

Blague à part, vous aviez toutes les deux passées une soirée de merde, soirée encore plus pourrie par cette petite altercation. Si vous n’étiez pas parties sur d’aussi mauvaises bases, tu lui aurais bien proposé de venir boire un verre avec toi, vous vous seriez peut-être découverte des affinités de ouf, un amour commun pour les livres, peut-être même des favoris communs. Mais non. Tu avais presque envie qu’elle garde de toi une image de femme superficielle et probablement illettrée.Pourquoi ? Parce que Douglas découvrira peut-être un jour que toi aussi tu es une amoureuse des bouquins, et que ça sera probablement extrêmement drôle de voir sa réaction.
Ça te faisait penser à un livre… c’était quoi le nom, déjà ?
Ah oui. La femme parfaite est une connasse.
Bon, certes, ça ne te représentait pas du tout mais pour le coup, ça collait assez bien.
« Sur ce, bonne soirée Douglas. » Et tu tournas les talons, direction le bar que tu avais quitté un peu plus tôt. Tant pis si demain tu étais clouée au lit à cause des cocktails que tu comptais t’enfiler, au moins les étudiants seraient ravis de terminer leur journée plus tôt, et toi tu pourras regretter des heures durant de t’être laissée aller à la facilité.

Lady in Red
— damsel in black —


© SWEETIE
              
              
       

       
              
       
        Revenir en haut Aller en bas       
                                          
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
                                                      
                       
Sujets similaires
-
   
       » Gold and Black [feat Sablée pour le goûter]
       » Teresa " Tess " Black ♣ Lady Lokison (ou pas ! )
       » New codex black templar
       » Black immigrants see personal triumphs in Obama
       » contenue de la boite :Battle for Black Reach.
      
                                                 
          
      
                                                 
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                             
Diabolic Canticle :: Soyons sérieux à présent :: Résidences-
   
   
                               
   
                          
                  Sauter vers: